L'aveuglement de Bernard Henri Lévy

Publié le par danilette

Si vous voulez vous rendre compte de l'aveuglement de Bernard Henry Levy, lisez son article : la-libye-la-charia-et-nous

"Il y a charia et charia. Et il faut, avant d’entonner le grand air de la régression et de la glaciation, savoir de quoi on parle.
Charia, d’abord, n’est pas un gros mot.
Comme « djihad » (qui signifie « effort spirituel » et que les islamistes ont fini par traduire en « guerre sainte »), comme « fatwa » (qui veut dire « avis religieux » et où le monde, à cause de l’affaire Rushdie, a pris l’habitude d’entendre « condamnation à mort »), le mot même de charia est l’enjeu d’une guerre sémantique sans merci mais continue de signifier, heureusement, pour la majorité des musulmans, quelque chose d’éminemment respectable."

Tout d'abord voici la définition de la Charia d'après les Musulmans eux-mêmes :

"La shari'ah, signifie la "Loi", c'est-à-dire la totalité des ordonnances tirées du Coran et de la Sunnah et toute autre Loi déduite de ces deux sources par des méthodes jugées valables en jurisprudence islamique".

Pour la notion de Charia,  consultons ce que disent les autorités religieuses comme le grand sheikh d’Al-Azhar, Mohammed Sayed Tantawi, la plus haute jurisprudence du monde Sunnite, il dit :

 "L’Arabie Saoudite est à la pointe de la protection des droits humains parce qu’elle les protège d’après la sharia de Dieu…Tout le monde sait que l’Arabie Saoudite est le pays leader pour l’application des droits humains en islam, de manière juste et objective, sans agression ni préjudice".

Pour la notion de Jihad, je préfère me référer à Mordechai Kedar, spécialiste de l'Islam, qui parle, lit et écrit l'arabe, connaît parfaitement le Coran et sait de quoi il parle plutôt qu'aux leçons moralisatrices de cet intellectuel vivant bien protégé dans sa petite bulle imaginaire et qui n'a même pas été capable de voir l'antisémitisme des rebelles libyens. Il aurait fallu qu'il comprenne l'arabe ou s'entoure de traducteurs fiables et surtout qu'il ait la curiosité intellectuelle de regarder la réalité, de la questionner et non de la voir à travers le prisme de ce que lui en rapporte ses amis du Conseil National de transition. Il n'a pas vu cet antisémitisme qu'un journaliste italien curieux et non juif a si bien décrit : "Les rebelles libyens déclarent que les chars de Kadhafi seraient construits en Israël et quand ils parlent de Kadhafi, leur insulte préférée c'est "Yahud" (juif)"  

Bat Ye'or, une autre grande spécialiste, d'origine égyptienne, parlant l'arabe et connaissant le Coran : "La dhimmitude fut l'univers juridique, politique, spirituel des Juifs et des Chrétiens indigènes dont les pays furent conquis par le jihâd et gouvernés par la loi islamique: la shari'a. Le concept de jihâd exclu toute légitimité d'une souveraineté politique autre qu'islamique. C'est pourquoi tout acte de guerre est licite, dans les pays non-musulmans (dar al-harb) excepté dans le cas de traités qui ne peuvent être que provisoires". 

Articles à lire :


 


© http://danilette.over-blog.com

Publié dans Terrorisme - Djihad

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article