L'exécution du "Mandela iranien", l'Ayatollah Boroujerdi est imminente

Publié le par danilette

Alors que le monde a les yeux tournés sur l'État islamique et tandis que le Président iranien, Hassan Rouhani se trouve aux Nations-Unies à New-York, l'Iran a les mains libres pour les exécutions, arrestations de masse des minorités et désormais l'exécution de l'Ayatollah Boroujerdi, si toutefois il ne meure pas dans une forme d'exécution passive car sa santé s'est gravement détériorée et on lui refuse tout soin médical dont il a un besoin crucial.

Cela fait 8 ans que l'Ayatollah Boroujerdi a été condamné à une peine de 11 ans de prison et que les autorités iraniennes essaient de le tuer. La menace de son exécution intervient seulement 24 heures après qu'il ait réussi à envoyer une lettre au Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki Moon.

Selon des sources fiables iraniennes, les conditions de santé de l'Ayatollah Boroujerdi se sont tellement détériorées que s'il ne reçoit pas des soins médicaux d'urgence, il va mourir dans les jours ou même les heures qui viennent.

L'Ayatollah Boroujerdi s'est élevé contre l'Islam politique et a été un ardent défenseur de la séparation de la religion et de l'État, raison pour laquelle il a été condamné à 11 ans de prison.

L'Organisation pour les droits de l'homme et la démocratie en Iran a indiqué que le 23 Septembre 2014, Mohammad Mohamad, procureur de la Cour spéciale pour le clergé a visité l'ayatollah Boroujerdi dans le quartier 325 de la prison d'Évin.

M. Mohavdi a fait référence au livre et aux enseignements de l'ayatollah Bouroujerdi en informant le prisonnier que le contenu du livre était une "hérésie" contre les dirigeants iraniens et une insulte contre le Guide suprême de l'Iran.

Le procureur Mohavdi a poursuivi en disant que la punition de ces crimes était l'exécution, il a aussi déclaré que tous ceux qui avaient pris part à la publication de ce livre seront également tués. Lorsque l'ayatollah Boroujerdi a proposé un débat ouvert et public avec le Tribunal spécial pour défendre son point de vue, Mohavdi a déclaré que son rôle n'était pas de participer à des débats mais de punir et d'exécuter.

Cette menace d'exécution intervient seulement un jour après que la dernière lettre de l'ayatollah Boroujerdi à M. Ban Ki Moon, Secrétaire général des Nations Unies a été publié le 22 Septembre. Dans cette lettre, l'ayatollah Boroujerdi critique vivement le gouvernement de l'Iran pour avoir mal géré l'argent public, pour sa corruption et pour son financement de causes (soutien à la Syrie, Palestine etc.) dans d'autres pays musulmans, au lieu d'investir pour le bien de ​​ses propres citoyens, la lutte contre le chômage, contre la pauvreté endémique et de régler le besoin désespéré de soins de santé .

Boroujerdi, qui a un très grand nombre de supporters et est connu dans le monde entier comme le "Mandela iranien", a également imploré l'Assemblée générale de l'ONU d'aider le peuple de l'Iran au nom de l'histoire et des générations futures.


La République islamique d'Iran a essayé de tuer l'ayatollah Boroujerdi durant les huit dernières années durant lesquelles il a purgé sa peine de prison de 11 ans. Les autorités ont utilisé tous les moyens : tortures, privation de soins médicaux d'urgence et ont même mis le feu à sa cellule le 1er Juillet 2014 ! Jusqu'à présent, le gouvernement s'est abstenu de l'exécuter par crainte d'une mobilisation mondiale mais désormais alors que l'attention du monde est centrée sur les décapitations, les massacres et l'expansion rapide de l'État islamique, la République islamique va intensifier les exécutions et les arrestations de masse. L'exécution de l'ayatollah Boroujerdi semble imminente.

Adaptation française ©http://danilette.over-blog.com

Publié dans Iran

Commenter cet article