L'expo "Israël innatendu" a ouvert ses portes à Milan, place du Duomo

Publié le par danilette

Voici l'affiche qui a été placardé à Milan et ailleurs contre l'exposition israélienne :
Non à l'occupation israélienne de Milan, appel à une manifestation nationale le 18 juin à 15h

Pour contester la kermesse de propagande sioniste et dénoncer le régime d'apartheid imposé à la population palestinienne !
Non aux accords économiques de coopération avec Israël ! etc.

Des paroles de haine contre des paroles de paix, en effet on peut lire sur le panneau israélien : en anglais, hébreu et même en arabe :

 

 

 

 

 

 

"Que la paix
soit sur vous"

Peace be
with you

véata shalom
vécol acher
lekha shalom

la même chose
en
arabe...........................

 

 

Sources : presse italienne

 

Momenti di tensione in piazza Duomo (Bettolini)

MILANO - Au cours de la conférence de presse qui a suivi sa rencontre à Rome  avec le Président du Conseil, Silvio Berlusconi,  le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a exprimé ses remerciements pour l'extraordinaire coopération qui a permis à l'exposition  "Israël innatendu" de voir le jour à Milan.

Cet évènement a fait l'objet de menaces et protestations de la part de groupes pro-palestiniens et il avait été envisagé de déplacer le lieu de cette manifestation. Finalement l'inauguration a bien eu lieu, lundi après-midi sur la place du Duomo à Milan malgré quelques moments de tensions quand des manifestants ont tenté d'entrer de force pour empêcher le bon déroulement de l'inauguration.

Cette expo (non politique) se tient du 13 au 23 juin et est consacrée :

- à la technologie (avec 5 séminaires consacrés aux technologies de gestion de l'eau, aux nouveaux média, à la medecine, la sécurité et la robotique)
-à la culture
-à l'économie
et au tourisme.

L'écrivain David Grossman et la chanteuse Noa participeront à un débat.


 

Comme l'a écrit la parlementaire Fiamma Nirenstein : (avec ma traduction rapide)


"Il semble que cette horrible maladie nerveuse dont sont atteints des milliers de personnes qui ont des délires insensées sur Israël ou pour dire les choses honnêtement sur les Juifs, se propage. Mais cette fois, ils n'ont pas réussi avec leurs méthodes d'intimidation, leurs Kefiehs sur le visage, leur fureur et leurs coups et Israël ne fermera pas boutique. L'exposition qui est programmée pour une semaine à partir du 12 juin sur la place du Duomo à Milan aura lieu nonobstant les menaces de violences des différents "centres sociaux" et groupes pro-palestiniens et les atermoiements du Maire Pisapia dans sa première épreuve (il vient d'être élu).

 

Le gouvernement a fait entendre sa voix. C'était un test fatal pour le nouvel electorat, un test difficile parce que face au thème d'Israël, on met à l'épreuve l'anticonformisme de ceux qui savent s'opposer au courant glacial de l'ignorance, on mesure la noblesse ou la pusillanimité de qui ose ou n'ose pas, répondre aux mensonges les plus typiques de notre époque : quand l'invocation des droits de l'homme suffit pour avoir raison alors que ces mêmes droits de l'homme pour les Syriens, les Iraniens ou les Chinois laissent indifférents, quand on transforme le droit à l'autodéfense en colonialisme, qu'on bavarde sur l'apartheid, le nettoyage ethnique sans savoir de quoi on parle.

Il aurait été intéressant de voir Pisapia défier les méchants lieux communs de l'extrême gauche sur Israël. Le nouveau maire de Milan, devant les menaces des foules d'anti-israéliens n'a pas dit qu'il défendait la liberté d'expression et qu'Israël a un droit d'expression spécial parce que c'est l'unique pays démocratique du Moyen-Orient au milieu d'une forêt de dictateurs et d'islamistes. Il a choisi une déclaration susurrée à voix basse demandant à Rome de choisir, sans exprimer son opinion sur sa place (du Duomo) et il a ajouté qu'il croit en deux états pour deux peuples, ce à quoi tout le monde est d'accord, de Netanyahou à Obama, de Berlusconi à Di Pietro. Son attitude est apparue comme un escamotage qui évite soigneusement de prendre position sur la défense indispensable du droit d'Israël à l'expression, à la pensée, au dialogue, de son droit à exister sans être délégitimé par les calomnies et la violence. Et il était facile de dire que sur cette grande place on a vu toutes sortes d'évènements : depuis les prières musulmanes jusqu'aux arbres de Noël et à toutes sortes de kermesses et on ne comprend pas comment il est possible de vouloir la rendre "judenrein". Si on regarde le document de ceux qui ont menacé de mettre le feu à la ville menacée d'occupation israélienne, seulement à cause d'une exposition qui parle de beauté, de medecine, de littérature et de technologie, la réponse spontanée qui vient à l'esprit est celle-ci : les signataires de l'appel contre Israël peuvent se permettre d'écrire avec la plus grande sauvagerie.

Voir la suite sur le site http://www.fiammanirenstein.com/articoli.asp?Categoria=3&Id=2615 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article