L'illusion des négociations par Gadi Taub, pour Ynet News

Publié le par danilette

Lire l'article sur le site objectif-info

Titre original : The negotiations illusion

 

Traduction : Objectif-info

 

Rédaction d'Objectif-info: 
Le texte de Gadi Taub date du début des négociations directes patronnées par le couple Obama-Clinton. Son intérêt est de constater qu'aucune des deux parties n'est aujourd'hui en mesure ou désireuse de passer un accord. Les Palestiniens ne sont pas du tout en train de "rater une occasion" selon la formule éculée, mais ils sont parfaitement rationnels. Il ne veulent pas d'un état juif, et pour l'empêcher, leur solution est de refuser tout ce qui pourrait séparer irréversiblement les deux peuples. Ils appliquent en cela la tactique défendue naguère bec et ongles par Edward Saïd. De ce point de vue, le temps "long" joue en leur faveur. Et aujourd'hui Israël est dans une position fâcheuse, celle de la défensive. Face au projet d'Obama et à la montée de la menace iranienne, les autorités israéliennes n'ont pas d'autre solution à court terme que gagner du temps. La souplesse est impérative, il ne faut surtout pas tomber dans la précipitation comme l'y incite la gauche aveugle et des personnages aussi douteux qu'Elie Barnavi. En même temps, il faut bien voir que dès que possible, Israël devra reprendre l'initiative, et travailler sur la question cruciale de la séparation. Il ne s'agit nullement de retrait unilatéral comme semble le suggérer l'auteur, mais de fixation autonomes de frontières définitives sur la base des invariants moraux du projet sioniste et des impératifs de sécurité.

Au lieu de compter sur de vaines négociations de paix , Israël ferait mieux de se séparer les Palestiniens.

Les médias et l'opinion israéliens ne sont pas tellement convaicus par la reprise des conversations de paix directes entre Israël et les Palestiniens, et ils ont tout à fait raison. La Gauche dit que le gouvernement de Netanyahu fera échouer tout règlement, et c'est vrai; la Droite dit que les Palestiniens feront échouer tout règlement, et il vaut mieux se rendre compte que c'est également vrai.

 

Dans l'éventail politique qui va du Meretz à Kadima, nombreux sont ceux qui croient encore que les Palestiniens sont vraiment prêts à signer un accord de partition de la terre. Malgré tout, derrière des portes closes, ils disent qu'ils sont consternés par le rejet de l'offre généreuse du premier ministre Olmert. Mais il n'est pas suffisant de le dire derrière des portes closes. Depuis maintenant 17 ans, derrière des portes closes, les Palestiniens ont exprimé régulièrement leur accord pour des arrangements, et depuis 17 ans cette volonté s'est régulièrement évanouie dès que l'on franchissait ces portes.

 

Peut-être y a-t-il à cela une explication plus simple. Peut-être que ce n'est pas une coïncidence. Peut-être que les Palestiniens savent ce qu'ils font. Peut-être que, comme d'ailleurs ils le disent, ils n'ont pas l'intention de renoncer à leur demande de retour des réfugiés (qu'ils considèrent comme un « droit ») même si le droit international ne reconnaît pas le droit au retour des réfugiés et certainement pas celui de leurs descendants.) Peut-être qu'en réalité ils n'ont pas l'intention de renoncer à Jaffa. Peut-être que ce n'est pas une coïncidence s'il refuse de reconnaître le droit du peuple juif à un État. 

Publié dans Arabes palestiniens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article