L'info sur "le chien condamné à la lapidation" était bien un hoax, démenti dans la presse israélienne

Publié le par danilette

Voir les détails de cette histoire qui a enflammé le web ainsi que de nombreux journaux et même TV, alors que des évènements tragiques sont en cours en Syrie, Iran, que des bouleversements politiques importants ont lieu en Egypte, Turquie... 

voir les media français sur le sujet 

et en particulier l'article mis en ligne par Oumma.com link ("l’ultra-orthodoxie et sa folie inquisitoriale conduisent à l’absurde teinté d’une rare cruauté") n'en déplaise à ces tartuffes qui n'ont jamais dénoncé ouvertement la lapidation humaine qui a cours en Iran, Arabie Saoudite, Nigéria, Somalie etc.

Lire l'excellent article de Deborah Fait :  Le chien de Jérusalem, Deborah Fait

et aussi :  Une rumeur propagée par les médias italiens : "Un chien a été condamné à mort par lapidation à Jérusalem" !!!


 

Adapté d'un article de Honest Reporting

Une histoire vraiment bizarre est parue dans la presse israélienne recemment : un tribunal rabbinique de Jérusalem aurait condamné un chien errant à mort par lapidation, sous pretexte qu'il aurait été la réincarnation d'un célèbre avocat laïque qui avait insulté les juges du tribunal 20 ans auparavant.

L'histoire a été reprise par le Daily Telegraph, le Time, l'AFP, la BBC, [la RAI et de nombreux journaux italiens] ainsi que par la BBC où elle est l’info la plus partagée du site Internet.

Cependant, il s'avère que cette histoire bizarre est une fable. Le journal israélien Maariv a publié des excuses (traduit de l'hébreu ci-dessous) dans son édition du 15 juin après la révélation que le seul et unique détail véridique est qu'il y avait un chien en liberté dans le bâtiment du tribunal qui avait provoqué des émois :

 "le 3 juin 2011, nous avons publié un article intitulé « Méa Chéarim : un tribunal rabbinique ordonne la lapidation d'un chien ». L'histoire en fait est une plainte à la police déposée par l'association pour les droits des animaux (Tza'ar Ba'alei Haïm) contre un tribunal rabbinique de Jérusalem pour une affaire financière. Le juge en chef du tribunal, Yéhoshoua Levin a complètement récusé cette histoire. Le rabbin a dit en particulier : « il n'y a aucun fondement ni dans la Halacha ni dans le simple bon sens qui autorise à faire souffrir un animal ». Il a déclaré que les employés de la municipalité sont venus recueillir le chien à l'intérieur du tribunal. [D'après ce que j'ai lu, il s'agissait d'un gros chien qui effrayait les personnes dans la salle d'attente et les empêchait d'accéder à la porte]. Le titre de l'article ne représente pas l'histoire complète et nous nous excusons pour avoir provoqué désagréments et angoisse chez les membres du tribunal rabbinique" .

Honte à la presse israélienne pour avoir publié cette info en première ligne !

En effet, la presse israélienne, comme tous les médias libres du monde développé est tout à fait capable d'un journalisme de mauvais goût style « Tabloïd », capable de distorsion politique et capable de faire des erreurs. La presse israélienne cependant a une responsabilité qui dépasse sa propre audience nationale.

Ainsi la plupart des infos publiées par les médias internationaux ne sont pas des exclusivités du New York Times, CNN ou The Guardian. elles arrivent souvent tout droit de la presse hébraïque. Et les journalistes étrangers n'ont même pas besoin de dire l’hébreu grâce à la prolifération de sites Israéliens en anglais comme Ha'aretz, Ynet et le Jerusalem Post.

Peut-être que le Daily Telegraph, Time, l'AFP et la BBC peuvent être pardonnés pour avoir publié une histoire jugée digne d'intérêt en raison de sa nature hautement inhabituelle. Cette histoire est numéro un sur la liste des articles les plus partagées de la BBC et témoigne de l'intérêt qu'elle a généré.

Même durant des périodes relativement calmes en Israël et quand les infos venant de pays voisins comme la Syrie sont bien plus importantes, certains médias se sentent obligés de publier des histoires négatives et vraiment dégradantes envers Israël ou envers la religion juive.

Les médias internationaux doivent maintenant agir avec conscience professionnelle et suivre la presse israélienne qui a publié des démentis.

Time a publié la mise au point suivante :

"selon des sources d'informations israéliennes, l’info initialement publiée dans le journal Behadrei Haredim ne semble pas être fondée sur un reportage factuel. Le tribunal dément que cette sentence ait jamais été prononcée, et déclare que la seule action prise contre le chien a été d'appeler le service municipal en charge des animaux errants pour faire enlever le chien".

Le Daily Telegraph, l'AFP et la BBC n'ont pas encore publié de démentis.

[ni les media italiens] 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cat Ola Hadacha 22/06/2011 00:02



Une sombre histoire qui en rappelle furieusement une autre...L'affaire al-Dura, un hoax mettant en scène un pauvre enfant "palestinien" en train de mourir sous les balles israéliennes: les
soldats, selon les dires de Charles Enderlin, et de son cameraman ("palestinien"...) se seraient acharnés sur un père et son fils, à 80m de là, pendant trois quart d'heure...Sur le mur, 8 impacts
de balles et pas une goutte de sang...Et 11 ans plus tard, France 2 n'a toujours pas daigné donner de démenti.Personne pour s'étonner que les soldats de Tsahal soient subitement devenus si
mauvais tireurs, à part Karsenty et quelques autres...


Ma question est la suivante: que peut-on faire contre les merdias ? Est-ce un combat perdu d'avance? Je suis légèrement estomaquée qu'un journal réputé serieux ici en Israël s'abaisse à propager
de telles idioties. Mais comme disait Goebbels, plus c'est gros, plus ça passe.


Ces salopards de journaleux ont-ils seulement conscience de leur formidable pouvoir de nuisance?