Conseil à la France : l'opposition syrienne doit apaiser les craintes des minorités et écarter la Ligue Arabe, Farid Ghadry

Publié le par danilette

Syrian Opposition 2.0: Alleviate the Fears of the Minorities, Drop the Arab League

http://ghadry.com

Après le véto de la Russie et de la Chine s'opposant à une résolution des Nations Unies contre le régime d'Assad, le président Sarkozy a annoncé que la France va aider l'opposition syrienne en accord avec la ligue Arabe. 

Si le Quai d'Orsay réussi à réorganiser, remodeler et élargir l'opposition syrienne alors il réussira à dissiper les craintes de nombreux membres des minorités à l'égard du SNC [Conseil National Syrien] et il existera une chance d'enlever à Assad son atout le plus précieux : leur soutien. En effet, les minorités syriennes considèrent le SNC comme structurellement illégitime car établi par les acrobaties de Sheikhs pétroliers [allusion au Qatar] qui soutiennent les Frères Musulmans.

Au cours de mes discussions avec les communautés alaouite et chrétienne à Los Angeles et en Europe, j'ai appris que celles-ci n'abandonnent pas le régime d'Assad pour deux raisons : 

  1. A leurs yeux, le SNC n'est pas un sauveur mais symbolise plutôt un train qui a déraillé. Ils n'ont pas envie de remplacer la dictature d'Assad extérieurement violente mais intérieurement protectrice à leur égard, par une solution alternative, extérieurement pacifique mais intérieurement dangereuse pour leur sécurité et leur survie. 
     
  2. Qui va assurer leur sécurité et protéger leurs intérêts après Assad ? Pour eux, les musulmans modérés au sein du SNC ne sont pas assez forts pour affronter aujourd'hui et publiquement l'extrémisme islamique et la mise en œuvre de la charia, leur ennemi. Mais si un tel courant émergeait, ils voteraient en masse pour l'aider à accéder au pouvoir. 

Au cours de cette période sensible, cela n'arrange pas les choses de voir les pays du GCC [Gulf Cooperation Council*] tenter de contrôler l'Armée libre syrienne alors que leur marionnette, le SNC, n'y a pas réussi. Ces déserteurs et ces civils devenus combattants qui contrôlent la rue syrienne ne font que réagir à la violence par la violence et ils résisteront par le mépris et plus de violence encore à toute tentative de museler leurs droits à se défendre. 

Ne laissez pas les pays arabes s'en mêler parce que plus ils interviennent et moins il y a de chances que les minorités lâchent Assad. Les minorités syriennes sont irritées de leur intervention et craignent leur influence pro-islamiste. Ils ont tiré les leçons de ce qui est arrivé en Égypte. 

Si les Français agissent avec détermination pour atténuer ses craintes et surtout sans que le Premier ministre Erdogan ou les pays du GCC s'en mêlent ou donnent des conseils, alors la Syrie pourra éviter une guerre civile. Soit les minorités syriennes prennent en main aujourd'hui le destin de la Syrie et il y aura une solution pacifique soit on laisse l'Armée Syrienne Libre en avoir le monopole et la fin sera violente.   

*Conseil de coopération du Golfe, composé de l'Arabie Saoudite, de Bahreïn, de Oman, du Qatar, des Émirats Arabes Unis et du Koweit ; il y a un pays observateur mais non membre : le Yemen 

Farid Ghadry

Voir sa présentation sur :  A propos de Farid Ghadry

Adapté par Danilette


articles connexes :

Publié dans Syrie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article