L'origine juive de la Chandeleur, le 2 février, 40 jours après Noël

Publié le par Sacha

Présentation de Jésus au Temple, Giovanni Bellini

Présentation de Jésus au Temple, Giovanni Bellini

L'Origine de la fête de la Chandeleur

 

Définition du dictionnaire de l'Académie française de 1762 :
Chandeleur : "La fête de la Présentation de Notre-Seigneur au Temple et de la Purification de la Vierge, ainsi nommée, à cause que ce jour-là il se fait une Procession où tout le monde porte des chandelles de cire, ou des cierges".

Beaucoup de Français et parmi eux beaucoup de catholiques ne connaissent plus l'origine de la Chandeleur qui comme la Circoncision de Jésus qui se fêtait le Jour de l'An, a été coupée (sans jeu de mot) de ses racines juives...

Fêtée le 2 février, la Chandeleur ou Fête de la Présentation est une fête chrétienne qui rappelle que, 40 jours après sa naissance, Jésus fut « présenté » au Temple de Jérusalem (Luc 2, 22-39). Le 2 février est officiellement la Purification de Marie et la Présentation de Jésus au Temple de Jérusalem qui correspond au Pidyon Haben, la mitsva juive du rachat du premier né (voir les explications de Félix Perez ci-dessous)

Marie se conforme donc tout simplement à la loi juive en se purifiant 40 jours après la naissance de Jésus et en effectuant le "rachat du premier né".

Évangile de Luc (2,21-40) :

Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l'enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l'ange lui avait donné avant sa conception. Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C'était un homme juste et religieux, qui attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui. L'Esprit lui avait révélé qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l'Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l'enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient. Syméon prit l'enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes,et gloire d'Israël ton peuple.

L'Évangile de Luc (2,21-40)

Des chandelles à la Chandeleur

Dès le IVème siècle, la fête de la Présentation de Jésus au Temple était  célébrée à Jérusalem comme le rapporte déjà Égérie dans le récit de son pèlerinage en Terre Sainte (381-384). Au VIème siècle, cette fête fut introduite à Constantinople, où elle sauva la ville de la peste. Elle fut alors nommée "Hypapantè", du grec classique "Rencontre", qui est aussi l'intitulé des icônes représentant cette scène.
Elle fut instituée à Rome au VIIème siècle par le pape Serge Ier (687-701), qui la fit passer au 2 février (soit quarante jours après la Nativité). La messe, pour rappeler la célébration orientale, était précédée d'une procession où chacun devait porter un cierge qui était béni, festa candelarum, la fête des chandelles (d'où le nom populaire de "Chandeleur").
Plus tard, vers 750, elle fut instaurée en Gaule où elle prit le nom de "Purification de la Vierge" - nom qu'elle garda jusqu'en 1969.
Wikipédia signale aussi que : "L'angle nord de la cour à l'entrée des Écuries de Salomon abrite une petite pièce rectangulaire nommée « Sidna Issa » (« Berceau de Jésus »). Selon la tradition, c'est l'endroit où la Vierge Marie coucha Jésus-Christ dans un berceau en bois après qu'il a été présenté au Temple.

[En 1996, les autorités palestiniennes ont changé le statu quo et ont transformé deux structures souterraines de la période du Second Temple en une nouvelle grande mosquée. Les deux structures, connues sous le nom d’"Ecuries de Salomon" et de "Corridor Oriental de la Porte de Hulda" n’avaient jamais été des mosquées auparavant]

Voici ce que dit Felix Perez l'auteur du livre 
"les origines juives des fêtes chrétiennes"

Source Facebook d'après le livre, pages 90 à 95 :
La "chandeleur" tient son nom des "chandelles" offertes au Temple 40 jours après la naissance d'un garçon par une mère pour sa purification rituelle, soit le 2 février pour Marie. Or, le rachat des 1ers nés qui a lieu en même temps que la purification de Marie devait avoir lieu 30 jours après la naissance de Jésus soit 10 jours plus tôt. Pour éviter les déplacements difficiles en hiver tout en bénéficiant du Cohen du Temple pour le rachat, on pouvait cumuler les 2 rites, le rachat souffrant un retard pour la bonne cause (le Rav Steinsaltz le confirme pour l'époque du Temple).
Le 2 février de la Chandeleur est une date chrétienne doublement juive : rachat de Jésus et purification de sa mère Marie au Temple ! Voir aussi lien

 

Mise à jour : merci à C. qui m'a transmis cette remarque :

La mère juive d’ un garçon premier né, quarante jours après sa naissance, va au bain du Mikvé…ce sont les « relevailles » que suivra Marie avant d’ aller au Temple, « racheter » a Dieu son premier né (souvenir des premiers nés juifs épargnés par l’ ange de la mort en Egypte). Le rachat se faisait paisiblement sous la forme d’ un pigeon offert en sacrifice, or depuis la destruction du Temple, les juifs ne font plus de sacrifices et depuis, les mères juives d’ un premier né mâle procèdent au « rachat » auprès d’ un COHEN (grand prêtre) , sympathique cérémonie qui a lieu a la maison, la maman remet au Monsieur Cohen (on en trouve un peu partout) soit une bourse de pièces, soit des bijoux… des bénédictions sont dites pour la maman et son petit. Le « Cohen » rend ensuite la somme ou les bijoux du « rachat » et tout se fête avec un apéro, chouette kidouch, kémia et maintes libations... Souvent les mêmes pièces servent de génération en génération.

Antique souvenir et association dans la mémoire collective, je suis certain que les dames chrétiennes qui célèbrent la Chandeleur en faisant sauter une crêpe dans la poëlle, tout en tenant DANS LEUR MAIN UNE PIECE D’OR , ne savent pas qu il s’agit de la fameuse obole du « rachat »

La Chandeleur est donc l’ antique souvenir des relevailles de Marie et de la présentation de Jésus au Temple pour son « rachat » à Dieu, la présence de la crêpe est quant à elle le souvenir d’un rite païen en l’ honneur du rond solaire.

Fra Angelico, SYMEON avec le Christ Enfant, détail de "la Présentation au Temple", Florence

Fra Angelico, SYMEON avec le Christ Enfant, détail de "la Présentation au Temple", Florence

Hans Holbein l'ancien, présentation au Temple

Hans Holbein l'ancien, présentation au Temple

Giotto di Bondone , Presentazione di Gesù al Tempio

Giotto di Bondone , Presentazione di Gesù al Tempio

Philippe de Champaigne, La Présentation au Temple, vers 1630, musée des beaux arts Dijon,

Philippe de Champaigne, La Présentation au Temple, vers 1630, musée des beaux arts Dijon,

La Présentation au Temple, Simon Vouet

La Présentation au Temple, Simon Vouet

Ce qui devrait faire réfléchir tous les Arabes et leurs amis qui prétendent
qu'il n'y a jamais eu de Temple juif à Jérusalem !!!

Articles liés :

 

©http://danilette.com

dernière mise à jour 2 février 2017

Publié dans Monde chrétien, Monde juif

Commenter cet article

Marcoroz 01/02/2016 20:36

Cela ne fera malheureusement pas réfléchir ces Arabes et autres propagateurs de mensonges, car tous ces gens là n'ont aucune envie de réfléchir et ils préfèrent l'idéologie à la recherche de la vérité.

Elie de Paris 01/02/2016 09:01

Pour revenir sur l'Epilatoir de la belle jambe du premier commentaire, la Chandeleur n'est pas une "fete" juive... mais un evenement juif commun, dont le canon chretien a fait une fete.
Ce serait comme si on avait evoqué Noël comme d'0rigine fete juive !
Mais ,exceptés tous les evenements liés à des saints, toutes les fetes chretiennes sont issues du calandrier hebraïque. Sorties de leur contexte calendaire, puisque l'année liturgique juive est en premier lieu indexée sur les cycles de la lune, elles nont plus Que leur logique evenementielle, "désinscrite", curieusement, du Temps. Et, en fait, le calendrier juif et la fixation de la Pleine Lune est une faculté qui n'est accordee qu'au Seul Peuple Juif, calendrier recalé lous les trois ans dun mois supplementaire, comme ette annee en cours.
En quoi la belle jambe ,donc ? Un simple detail de la Falsification, pour ne pas que nos freres et soeurs aillent se sentir attirés par une mauvaise Copie.
Alors que l'Original est leur heritage.
Et que Dieu, bien vivant, n'a laissé, bien Sur, aucun testament !!

perez 05/02/2013 02:01


Ouais ca nous fait une belle jambe ! Que ce soit une fête doublement juive va diminuer la misère dans le monde ? Rechercher plutôt dans cette voie cela sera "doublement" plus utile !

hyppolite simon 01/02/2016 13:38

C'est le commentaire le plus drôle que j'ai lu !

danilette 05/02/2013 02:25



Et vous que faites-vous pour diminuer la misère du monde ? 


Je vous conseille donc de ne plus lire en particulier ce blog (cela ne va pas diminuer la misère du monde), ni vous instruire (cela ne va pas diminuer la misère du monde), ni perdre du temps sur
internet (cela ne va pas diminuer la misère du monde), alors recherchez plutôt dans cette voie : comment vous, vous pouvez faire diminuer la misère du monde ? pour faire diminuer la bêtise
humaine, j'ai la réponse ...



Neutrinos 03/02/2013 17:51


C'est le pape Gélase (492-496) qui institua officiellement la Chandeleur pour remplacer la fête romaine des Lupercales qu'il venait d'interdire. Ce n'est qu'en 1372 que fut ajoutée à la
"présentation" de l'enfant au Temple le rappel de la "purification" de sa mère, quarante jours après la naissance présumée. Mais il est intéressant de noter que la célébration de ces deux
évènements sont en contradiction totale avec ce que rapporte l'évangile selon Matthieu (ch.II, versets 13-16). Pour ce chroniqueur en effet, la famille avait fui en Egypte avec le nouveau-né pour
échapper aux menaces du roi Hérode. Dans ces conditions, ni l'enfant, ni sa mère ne pouvaient se rendre au Temple de Jérusalem quarante jours après la naissance. Il est vrai que les évènements
rapportés par Matthieu se passaient dix avant ceux rapportés par Luc.... Il est vrai aussi que la date du 25 décembre choisie pour célébrer la naissance du bébé le fut également pour remplacer
les festivités des Saturnales et celles liées à la naissance de Mitthra.

Sacha 10/02/2016 15:24

Vous démontrez bien que les évangiles sont remplis de contradictions, ne parlons même pas des Evangiles apocryphes ! Ce qui est rapporté par Matthieu, la fuite en Egypte pour échapper aux menaces du roi Hérode n'est absolument pas une vérité historique puisque ce n'est attesté nulle part en dehors de Matthieu, aucun des historiens de l'époque n'en parle, ni les textes juifs et ils n'auraient pas manqué de le faire si Hérode avait vraiment fait tuer les enfants mâles !!! Il s'agit d'un mythe en miroir de l'histoire de Moïse, sauvé alors que tous les bébés mâles devaient être tués ! Donc si Jésus, Marie, Joseph ont vraiment existé, il est probable que Marie soit montée au Temple pour le rachat du fils aîné et aussi la purification après 40 jours !!! Qu'il y ait différents mythes qui se mélangent Saturnales, Mithra, n'enlève rien au fait que c'est bien 40 jours après la naissance de Jésus et ce n'est pas choisi par hasard, les Saturnales avaient lieu au solstice donc autour du 21 décembre. Toutes les religions intègrent par syncrétisme des croyances antérieures... Il est aussi intéressant de noter que la plupart des premières églises étaient à l'origine soit des synagogues, soit des temples dédiés à Mithra comme par exemple la basilique St Clément du Latran à Rome ... pour les synagogues je peux aussi chercher des exemples, il y en a beaucoup...

Marcoroz 01/02/2016 20:34

Et pan dans les dents ! :-)