La chasse aux sorcières contre le professeur Kedar a commencé, Angelo Pezzana

Publié le par danilette

J'apporte mon soutien au professeur Kedar et bravo à Angelo Pezzana pour cette mise au point, je vais traduire plus tard la réponse reçue ce matin du principal intéressé, Mordechai Kedar. Suite à un article de mauvaise foi du journal Haaretz, une rumeur, telle que vous pouvez la trouver en tapant sur google s'est propagée, ex : "Un universitaire israélien préconise de violer les mères et soeurs des combattants palestiniens" : http://www.algerie-focus.com/blog/2014/07/un-universitaire-israelien-tient-des-propos/

 


E’ iniziata la caccia alla strega Mordechai Kedar
lettera da Gerusalemme, di Angelo Pezzana
Source : www.informazionecorretta.com

 

Une des techniques pour détruire un ennemi, dans lesquelles excellait le KGB de la défunte Union Soviétique, consistait à l’attaquer sur le plan personnel en faussant sa pensée, en le présentant comme un ennemi du peuple, une première étape avant de passer à l’acte d’accusation, à la déportation en Sibérie ou si la personne avait une certaine notoriété, à son élimination physique. Sans oublier une confession, pas toujours signée, dans laquelle la victime reconnaissait toutes ses fautes.


Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis mais cette habitude est restée dans une certaine extrême gauche qui continue à utiliser cette méthode pour mettre hors-jeu un adversaire politique, encore plus s’il jouit d’une bonne notoriété. Alors on prend une de ces ses déclarations, on l’isole le plus possible du contexte et on passe à l’attaque. C’est ce qui se passe en Israël pour Mordechai Kedar, que nos lecteurs connaissent bien. Kedar est l’un des historiens du monde arabo-musulman les plus influents. Il enseigne au Département d’Arabe de l’université Bar Ilan à Tel-Aviv, il parle l’arabe aussi bien que l’hébreu, il est également chercheur au Centre Begin-Sadate d’études stratégiques dans la même université. Quelle faute grave a donc commis le professeur Kedar pour susciter l’intérêt du journal Haaretz qui lui a dédié un long article le 22/7, dont le titre (en hébreu) est : « le professeur d’extrême droite : seul le viol de sa sœur peut arrêter un terroriste sur le point de commettre un attentat ».


Depuis le début de l’opération à Gaza, il y a deux semaines, Kedar est présent presque tous les jours sur de nombreuses chaînes télévisées et son avis sur le monde arabo-musulman suscite beaucoup d’intérêt. Cela a servi de déclencheur à une gauche intolérante qui ne partage pas son opinion pour tenter de ruiner sa réputation.


Dans une interview le 1er juillet dans le programme «Hacol Dibourim », immédiatement après la découverte des corps de Gilad Shaar, Naftali Frankel et Eyal Yfrah, les trois jeunes Israéliens enlevés, Kedar avait déclaré : « nous devons comprendre la culture dans laquelle nous vivons… Concernant les terroristes comme ceux qui ont enlevé et tué des trois garçons, la seule chose qui pourrait les empêcher de commettre ce genre d’action serait de savoir que leur soeur ou leur mère pourrait être violée dans une action similaire à celle qu’ils commettent… ». Le journaliste avait répondu : « nous ne pouvons pas nous comporter comme ça… ». Kedar avait alors répliqué : « je ne suis pas en train de parler de ce que nous devrions faire ou ne pas faire, je dis que la seule chose qui peut empêcher un terroriste-suicide de se faire sauter c’est de savoir que s’il active le détonateur, sa sœur sera violée…  Il choisira de rentrer à la maison pour sauver l’honneur de sa sœur ».


C'est pourtant évident que Mordechai kedar n’a pas dit qu’il fallait violer, il a simplement rappelé un concept présent dans la société arabo-musulmane, celui « d’honneur », dont l’importance est toujours ignorée des soi-disant experts du Moyen-Orient, alors que c’est un facteur important d’influence non seulement sur les mœurs mais sur la politique.


Comme nous le disions, la chasse aux sorcières contre Kedar a commencé. Des féministes ont envoyé une lettre au doyen de l’université Bar Ilan pour savoir si la présence de Kedar était acceptable, après ses commentaires sur le viol des femmes, et si cela ne mettait pas en danger aussi bien les Israéliennes que les Palestiniennes. Pourtant nous n’avons jamais vu de féministes, israéliennes ou non, manifester leur solidarité aux femmes palestiniennes ! La cible visée est bien sûr Kedar, qui parle du monde islamique sans le filtre de l’autocensure de la gauche, celle de gauche qui déteste le dialogue et enclenche cette campagne contre lui. Elle cherche à lui faire perdre son poste universitaire, à le faire licencier, au nom bien sûr de cette politique qui justifie la diffusion des mensonges les plus infâmes de la propagande palestinienne, au nom de la liberté d’expression. Tiens bon, cher Mordechai Kedar, ils ne vont pas gagner ! Angelo Pezzana

 

Adapté de l'italien par Danilette

Publié dans Mordechai Kedar

Commenter cet article

Edmond Richter 23/07/2014 16:55


Il faut défendre à tout prix le Dr.Mordechai Kedar. J´ai lu ses articles sur les fondements de la violence en terre d´Islam. Je n´ai jamais rien lu d´aussi lumineux.


Cet homme a vraiment compris les racines tribales, ethniques et islamiques menant à une violence immanente et destructrice.


AIDEZ-LE