La grande historienne Rina Neher ז"ל sait de quoi elle parle

Publié le par danilette

Dans son introduction à "l’Histoire du Yichouv", voici ce qu'elle dit :

"L'idée est très répandue que la présence juive en Eretz Israël a disparu avec la chute du Second Temple pour ne réapparaître de manière valable qu'à la fin du XIXe siècle, avec Herzl  et les débuts du mouvement sioniste.

C'est une vision complètement erronée de l'histoire ; elle offre la caricature volontairement déformée par des doctrines religieuses ou politiques d'une réalité bien différente. L'habitat juif massif en Eretz Israël n'a cessé ni avec la destruction de 70, ni avec la révolte de Bar Kochba en 135. C'est bien plus tard, et progressivement, que la population juive deviendra clairsemée, sans cependant jamais disparaître complètement. L'intolérance des Chrétiens byzantins au Ve siècle, puis celle des Abbassides et des Fatimides musulmans au IXe et Xe siècle, enfin et surtout les carnages des Croisés en 1099 et leur intolérance dans le Royaume Chrétien Latin de Jérusalem, sont les moments de crise où culminent tragiquement les persécutions contre les Juifs.

Ainsi est provoquée et s'échelonnent à travers le premier millénaire le départ quasi forcé des habitants juifs.

Mais dès la reprise d'Eretz Israël par Saladin en 1187, et chaque fois que les conditions politiques, économiques et religieuses de la région le permettent, les Juifs opèrent un mouvement de retour. Mouvement lent, à cause de la grande instabilité politique du pays, sans cesse en butte aux convoitises des voisins du nord ou du sud. Mais avec des pointes d'alyah de nombreuses au XIIIe siècle d'abord, au XVIe siècle ensuite. Enfin, un mouvement désormais irréversible s'amorce autour de 1700 et amène des groupes juifs de plus en plus nombreux à s'installer en Eretz Israël.

Les obstacles surgissent de tous côtés, l'oppression n'a pas cessé ; mais la volonté des Juifs devient de plus en plus tenace et efficace : ils veulent retrouver leur patrie. Les dominations étrangères sont pesantes ; elles freinent l'entrée des Juifs sur le sol ancestral, mais n'arrêtent pas le mouvement. Il prend l'ampleur qu'on sait lorsque, avec Herzl, l'oeuvre de ses prédécesseurs aboutit au programme de Bâle en 1897 : créer un État juif garanti par une charte reconnue par les nations du monde."

Commenter cet article

'Ofek 'Enayim 16/09/2011 02:02



Oui, mais il y a eu aussi un exil, c'est aussi une réalité historique.