La grandeur de l’homme est de savoir faire le « premier pas ! », Arnold Lagémi

Publié le par danilette

Lire l'article en entier sur : http://www.arnoldlagemi.com/?p=5744

Si Israël a été confronté à l’Egypte et si, Moïse en a été le vice Roi,  avant d’en être le proscrit, c’est que l’Egypte des Pharaons représente  quelque chose de bien particulier, qu’Israël doit être capable de vaincre.  Evitons, à propos de Moïse, les enfantillages. Si, le fils adoptif de la princesse royale est devenu vice roi, alors que cette fonction sacrée est politico-religieuse, le vice roi ayant « la haute main » sur le clergé, c’est que Moïse, grand Connétable d’Egypte, avant sa révolte, sa fuite et la rencontre avec l’i.neffable a …sacrifié à l’idolâtrie. Soutenir  une autre vision, réduirait la Bible à une mythologie.


 

Je relèverai deux éléments qui donneront accès à une ébauche de compréhension sur les raisons de cette « rencontre » et confirmeront que, tout comme Abraham savait que les statues de son père ne prenaient pas assise sur la vérité, sans pour autant savoir où se trouvait la route qui y menait, Moïse a su « qu’il fallait rendre justice » en exécutant l’Egyptien, sans avoir reçu « d’informations » sur la nature du droit, et les moyens de le pratiquer.                                                                                                                                                                                                                                                    
Le constat de carence s’impose à l’homme et signe sa grandeur. La substitution de la vérité au mensonge dépend de l’opportunité, laissée à la seule appréciation de la transcendance. Les deux éléments retenus concernent la morale individuelle et l’orientation de la destinée des hommes. Le premier est relatif à l’inceste, couramment pratiqué par la famille royale.


 

Le pharaon « prend » sa sœur qui devient sa femme,  alors que l’hébreu « prend » une femme et s’efforce d’en faire sa soeur.


Le deuxième, sera la vision embryonnaire, d’une conception de l’homme et de sa relation au monde, où l’histoire ne sera pas prise en charge par l’homme. Celui-ci devra, au contraire, attester, démontrer que sa destinée ultime est au-delà de l’histoire et,  fonder son authentique espérance, sur son aptitude  à trouver place au Royaume des… morts ! 

Lire la suite sur : http://www.arnoldlagemi.com/?p=5744

Publié dans Arnold Lagémi

Commenter cet article