La honte, carte postale d'Eurabia, Ugo Volli

Publié le par danilette

Je vous engage à regarder les titres des media à propos de la libération par Israël d'Arabes palestiniens, sous la pression américaine : lien 
Israël libère des prisonniers, Israël libère des prisonniers et va construire de nouveau..., Israël annonce la libération de 26 prisonniers palestiniens, etc.
Tous reprennent en choeur le même vocabulaire, aucune mention des actes commis par ces prisonniers !

 Isaac Rotenberg, assassiné à coup de hache

 

www.informazionecorretta.com

La vergogna, Ugo Volli

Chers amis, comment nommez-vous quelqu’un qui abat à coups de hache un homme de 67 ans, survivant de la Shoah, survivant du camp de Sobibor et autres épreuves extrêmes (voir sa vie ici en anglais), cet homme, Isaac Rotenberg a été assassiné à Petah Tikva, [ville israélienne fondée en 1878 par des pionniers juifs sur des marécages infestés de malaria et qui ont pourtant nommé leur village : « porte de l’espoir »]. L’assassin d’Isaac Rotenberg, Abu Musa Salam Ali Atia est aujourd’hui libre, et vous osez le désigner comme un « détenu palestinien », « prisonnier palestinien » ou même « combattant de la liberté » comme le demande le ministre palestinien des Affaires étrangères lien

Relatives of Israelis killed in terror attacks holding signs as they demonstrate outside the Supreme Court in Jerusalem on August 11, 2013. (photo credit: Yonatan Sindel/Flash90
Manifestation des familles d'endeuillés contre la libération des assassins de leurs proches devant la Cour suprême israélienne

Et l'autre Salah Ibrahim Ahmad Mugdad qui en 1993 a tué à coups de barre de fer sur la tête Israël Tenenbaum âgé de 72 ans, vous le qualifiez comment ? Et Ra'ai Ibrahim Salam Ali qui a également tué à coup de hache Moris Eisenstatt, âgé de 79 ans, alors qu'il lisait un livre, assis sur un banc de Kfar Saba ? Et les deux autres Abu Satta Ahmad Sa'id Aladdin et Abu Sita Talab Mahmad Ayman qui sont entrés de nuit dans un appartement et ont assassiné David Dadi et Haïm Weizman dans leur sommeil et qui leur ont coupé les oreilles en guise de preuve de "leur combat pour la liberté" ? Comment vous les qualifiez ?

On peut malheureusement continuer cette liste sans fin, il y en a 26 qui sont désormais libres et ce n'est qu'un début...

Permettez-moi d'insister : quel nom leur donnez-vous ? Assassins ? C'est d'après la définition "celui qui tue volontairement des êtres humains". Terroristes ? C'est un fait : ils ont tué des civils pour terroriser la population. On devrait aussi les appeler héritiers des SS ? Les uns et les autres ont en commun la traque des Juifs et leur obsessionnel antisémitisme. Ces individus méprisables vont être libres.

Le Ministre des Affaires Etrangères palestinien, dans une lettre diffusée aux ambassadeurs palestiniens, leur demande de faire pression sur les diplomates internationaux et les media pour que le terme utilisé soit "combattant de la liberté", la lettre publiée affirme également que la majorité des terroristes sont en réalité des "prisonniers politiques" forcés d'agir contre l'agression israélienne, les vrais terroristes étant les Israéliens.

C'est clair ? Combattants pour la liberté, résistants, des héros quoi. Inutile d'objecter que les résistants ne tuaient pas des civils, des personnes âgées, qu'ils ne coupaient pas les oreilles de leurs ennemis, qu'ils ne faisaient pas exploser des autobus et des restaurants, c'est pour eux la même chose.

Il va sans dire que ces libération ont provoqué douleur et amertume en Israël et pas seulement parmi les parents des victimes.

Bien sûr, s'il s'agissait d'un vrai processus de paix, réel par lequel Israël pourrait enfin vivre en paix dans des frontières défendables, par lequel l'antisémitisme universel qui se poursuit sans interruption depuis un siècle et demi, depuis les terribles pogroms des tsars jusqu'au nazisme et pour finir, la diabolisation d'Israël, alors il serait possible d'avaler ce fiel et penser qu'après toutes les guerres, il y a des compromis douloureux et des coupables de crimes horribles qui obtiennent l'impunité. Mais en réalité, il n'existe pas de perspectives de paix véritable, ni même d'un armistice plein à long terme, lien

Et  surtout ceux qui devraient être des partenaires de paix continuent à semer la haine, par la propagande, la télévision, les déclarations officielles, la négation obstinée des liens entre le peuple juif et ses lieux saints  ...

Comment penser que la paix est possible avec de tels partenaires, émules des nazis (Mahmoud Abbas est un négationiste avéré)

Et alors pourquoi libérer ces terroristes sadiques, qui à peine arrivés à Gaza ou en Judée-Samarie, recommenceront avec une bonne probabilité à essayer d'imiter Eichmann et Heydrich et se remettront à tuer des Juifs ou bien à organiser leurs assassinats car ils ne sont plus très jeunes mais ont accumulé beaucoup d'expériences ?

Pourquoi donner à ces héritiers du parti nazi qui gouvernent à Ramallah une occasion de se réjouir ? Est-il juste de dénoncer, comme le font certains, la trahison de Netanyahou et de ses ministres, je ne le pense pas. Netanyahou ne remet pas ces 26 qui sont libérés aujourd'hui et ceux qui suivront à  Mahmoud Abbas, mais au puissant ennemi d'Israël (et de l'Occident tout entier) dont le nom est Obama.

Gouverner Israël et protéger sa sécurité est une mission périlleuse, à un moment où le président des États-Unis est un ami des Islamistes et soutient les Frères Musulmans en Egypte plutôt que les Laïcs, où il invente des justifications invraisemblables (confer "la colère populaire provoquée par le film sur Mohammed) pour couvrir l'assassinat de son propre ambassadeur à Benghazi, un président américain qui se prosterne devant le roi d'Arabie Saoudite, et ainsi de suite. Obama a été choisi et rechoisi par les Américains, malheureusement, et la seule chose à faire est d'espérer qu'il ne provoque pas trop de dégats jusqu'au prochaines élections.

Si pour gérer les pressions de son administration, le prix à payer est de libérer les criminels exigés par Abbas, cela en vaut la peine. Obama voudrait sans aucun doute extorquer un prix bien plus elevé à Israël et s'il pouvait le réduire aux frontières d'Auschwitz, les lignes d'armistices de 1949, il le ferait avec plaisir. Il arrive parfois que la meilleure défense soit la flexibilité, se plier pour éviter d'être cassé.

Israël ne doit pas en avoir honte, ceux qui doivent avoir honte, ce sont les défenseurs des Palestiniens qui pour négocier exigent la libération de lâches assassins de vieillards désarmés. C'est l'Amérique qui doit avoir honte de protéger des assassins qui chez elle auraient été condamnés à mort. Si j'avais un passeport américain, je rougirai à la pensée de cet échange de tueurs contre des discussions inutiles autour d'une table de négociation, imposées de force par mon président. La honte, c'est celle d'Obama, le pire président américain, l'homme politique le plus inepte et dangereux produit par l'Amérique depuis un siècle.

La honte c'est celle des Américains qui l'ont élu :  quos perdere vult, amentat Deus. Quand Dieu (Jupiter) veut perdre quelqu'un, il lui fait d'abord perdre la raison.

Adaptation libre de l'article d'Ugo Volli

©http://danilette.over-blog.com

mise à jour à 10h30

Publié dans Ugo Volli

Commenter cet article

Charles DALGER 14/08/2013 21:45


Nous espérons tous que le gouvernement israélien n'a rejeté ces déchets nazislamistes dans la nature, que sous fortes contraintes et pour des raisons valables. Et surtout pas comme un geste
d'apaisement comme jouit à le rabâcher la propagande antijuive ordinaire de francekipu.


Le fin du fin, ce serait tout de même de profiter que les déjections sont dehors pour en finir définitivement avec. Les Israéliens ont su le faire. Ils doivent le refaire. S'ils ne le refont pas,
tous les politocards qui ont trempé dans cette sombre saloperie devront être à jamais considérés comme suspects et non fiables. Et si une majorité d'Israéliens persiste à voter pour les mêmes,
alors, hass vé shalom, le peuple d'Israël méritera le chatiment Divin, explicitement prévu dans la Torah.