La morale du Président Shimon Pérès Brigitte Ullmo Bliah

Publié le par danilette

Sur le site www.parolevolee.com

 

peres_juifs_musulmansKippour 2008, rappelez vous : émeutes à Saint Jean d'Acre (Acco en hébreu). Les arabes attaquent les juifs. Monsieur le Président Shimon Pérès se déplace : voici la photo de l'époque montrant le président suscitant une rencontre entre représentants religieux juifs et arabes.

Regardez : 4 juifs et un musulman. Les juifs ne sont autres que le Président, les deux grands rabbins d'Israël et probablement le responsable local. Regardez l'expression des visages : l'un d'eux ne semble ni heureux, ni convaincu.

Il y a quelques jours, incendie d'une mosquée, profanation d'un cimetière musulman. Le président de l'Etat s'indigne, il condamne avec la plus grande énergie la profanation d'un lieu saint, et dans son discours rappelle qu'une telle attitude n'a rien de juif.

Le Président de l'Etat croit remplir la fonction qui est la sienne, d'agir en vue d'une cohabitation pacifique entre citoyens juifs et arabes dans le pays. Il parle au nom de la morale juive, et condamne sévèrement les juifs qui se sont rendus coupables d'actions inqualifiables.

La recherche d'une cohabitation pacifique entre citoyens juifs et arabes constitue un objectif de première importance dans le pays. Pour atteindre cet objectif, les plus hautes autorités de l'Etat mènent une politique déterminée : ainsi par exemple, le Parquet ne poursuit jamais en justice les Imams qui dans les sermons à l'intérieur des mosquées excitent les foules musulmanes contre les juifs et l'Etat d'Israël (bien qu'il s'agisse d'un délit).

De la même manière, lorsque les arabes attaquent les juifs à Acco, le Président de l'Etat ne condamne pas les arabes ou les musulmans, mais il se rend sur place pour prôner la réconciliation, et en août 2011, à l'occasion du Ramadan, le Président se rend dans la principale mosquée d'Acco et déclare qu'Acco est le symbole de la coexistence pacifique entre juifs et arabes.

Hier soir à la télévision on a pu voir le cimetière juif du Mont des Oliviers à Jérusalem, dévasté. Depuis des années on sait que les arabes cherchent par tous les moyens à détruire les trésors d'archéologie qui se trouvent sous le mont du Temple, afin d'étayer leur thèse selon laquelle ce dernier n'aurait jamais existé. Mais il est inutile d'attendre un discours condamnant les arabes, ou les musulmans, responsables des dégradations.

Il faut rappeler que le Président de l'Etat est le Président de l'ensemble des citoyens, juifs et arabes. Il a le devoir de s'adresser de manière équitable à l'une et à l'autre des communautés, et le fait de culpabiliser systématiquement les juifs, et défendre exclusivement la minorité arabe sous prétexte que le pays est un pays juif, représente une déviation de la notion de justice et du devoir d'égalité devant la loi.

Mais il y a bien davantage: Ce faisant, le Président de l'Etat ajoute sa voix à celle des ennemis du pays qui mettent systématiquement les juifs en accusation et qui font d'Israël un éternel coupable.

Une telle action constitue une incitation à la terreur pour les arabes, qui sont d'avance excusés, puisqu'ils ont des motifs louables pour agir, et que leurs actes de terreur sont vite oubliés. Elle risque aussi de constituer une incitation à la terreur pour les juifs qui se sentent trahis.

*Brigitte ULLMO BLIAH est avocate à Jérusalem

PS : on vient d'apprendre que le tramway de Jérusalem vient d'être attaqué à coup de pierres en traversant le quartier arabe de shouafat, et qu'un autobus vient d'être attaqué également à coup de pierres à la porte de Jaffa. Le Président va-t-il condamner ces actes de terrorisme ?

 


lire aussi :

 

Publié dans Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article