La Stampa.it : demain l'échange pour Shalit, 447 noms qui font peur, Aldo Baquis

Publié le par danilette

Via le site www.informazionecorretta.com




ESTERI  
ALDO BAQUIS
Tra i prigionieri scarcerati anche assassini e terroristi. Ma molti di loro
non potranno tornare a Gaza. Peres: «Condono, ma non li perdono».

Demain, l'échange pour Shalit : libres, 447 noms qui font peur

Voici un article paru dans un grand journal italien, à quand un article similaire dans la grande presse française ? Ce journaliste italien ne mâche pas ses mots, bravo !

Demain devrait être le jour de la liberté pour Gilad Shalit. Le caporal Franco-israélien, enlevé par un commando palestinien le 25 juin 2006, va être échangé contre 1027 prisonniers. Sa libération aura lieu au passage de Rafah entre Gaza et l'Égypte. Hier Israël et le Hamas ont présenté la liste des premiers 477 détenus qui vont être libérés y compris 27 femmes. Dans la liste se trouve Ahlam Tamimi, complice d'un attentat suicide dans une pizzeria et Amneh Muna qui a organisé l'homicide d'un jeune israélien de 16 ans en 2001. L'accord prévoit la "déportation" de certains prisonniers. Une condition émise par Israël pour empêcher de futurs attentats. Parmi ces 477 prisonniers, 110 seront autorisés à retourner en Cisjordanie, 131 pourront retourner à Gaza. Les autres 236 seront "déportés" dans des pays dont on ignore encore les noms. Dans la seconde phase seront libérés 550 autres prisonniers. Cette liste doit être d'abord validée par Shimon Peres. Le président d'Israël à dit qu'il signerait en ajoutant la phrase : "je ne pardonne pas et je n'oublie pas".

Voici quelques unes des histoires :

Anna Muna : elle s'est faite passer pour une touriste américaine dans le but de tuer un jeune de 16 ans

Amna Muna, prisonnière 081042962, est probablement la Palestinienne la plus détestée en Israël. En 2001, cette étudiante palestinienne de Ramallah avait 23 ans et était très impliquée dans des échanges politiques sur Internet avec des Israéliens. Elle se présentait comme une Américaine de passage, Sally. Ophir Rahum était un jeune israélien de 16 ans et la "touriste américaine" lui semblait cordiale. En janvier 2001 elle lui a proposé de le rencontrer : "il faut absolument qu'on se voit mercredi, ne refuse pas j'ai très envie de te voir, my love". Ophir et Sally se sont rencontrés à la gare centrale d'autobus de Jérusalem, elle l'a fait monter dans une voiture et elle l'a conduit de Jérusalem à Ramallah dans une zone déserte où l'attendaient trois militants du Fatah [OLP] armée de kalachnikovs. Nous avions juste l'intention de le kidnapper, expliquera Muna mais Ophir contrairement aux expectatives a opposé une résistance désespérée, et fut criblé de balles dans la voiture. Son cadavre fut abandonné dans un chantier de construction.

Abdel Aziz Salha
L'homme qui a montré au monde entier ses mains maculées de sang

En octobre 2000, l'intifada venait de commencer, quand deux réservistes israéliens 
(Yosef Avrahami e Vadim Norjich) sont entrés par erreur à Ramallah et furent conduits de force dans un commissariat de police. Autour du bâtiment la foule écumait en demandant du sang. Dans une pièce du second étage, les deux réservistes furent lynchés et parmi leurs bourreaux (une dizaine) se trouvait Salha qui avait escaladé le mur extérieur et était entré par la fenêtre. "J'ai vu un soldat étendu sur le dos a raconté Salha , il avait un couteau planté dans le dos, j'ai saisi le couteau à mon tour et je l'ai poignardé à deux ou trois reprises puis je l'ai étranglé de mes propres mains. Quand j'ai vu que j'avais les mains pleines de sang je suis allé à la fenêtre et je les ai montrées aux manifestants".

La photo de Salha à la fenêtre est restée inscrite dans la mémoire collective des Israéliens. Le frère de Vadim a déclaré hier qu'il se sentait trahi par le gouvernement : " le ministre de la défense Ehud Barak m'avait promis que Salaam ne reverrait pas la lumière du jour, j'étais sceptique et j'avais raison".

Ahlam Tamimi [voir le clip de son ITW ici]

Le 9 août 2001 l'étudiante avenante de l'université Bir Zeit (Ramallah) Ahlam Tamimi se promenait vêtue à l'occidentale à Jérusalem avec son ami Ezzedin Al Masri. Lui aussi avait l'apparence d'un israélien banal avec une guitare à l'épaule.

Arrivés au croisement de la rue King George, ils ont noté qu'à ce moment-là, la pizzeria Sbarro était remplie de monde. Ils avaient reçu l'ordre du bras armé du Hamas de faire un massacre de Juifs. Ahlam se sépara de lui avec un sourire et Ezzedin entra dans le local où il fit exploser son corps bourré d'explosifs ainsi que la bombe cachée dans la guitare. Il y eut 16 morts et plus de 100 blessés. Parmi les victimes cinq membres de la même famille, les Shijveschuurder : le père la mère et trois des six enfants. À son procès au cours duquel il fut condamné à cinq peines à perpétuité, Ahman Tamimi a déclaré au juge que les victimes israéliennes étaient encore peu de choses par rapport aux victimes de l'intifada. Révolté par sa libération imminente, le fils aîné des Schijveschuurder, il y a quelque jour a barbouillé de peinture la plaque en souvenir du Premier ministre Itshak  Rabin qui avait parié sur la paix avec les palestiniens.


Abdel Hadi Ghanim
qui s'est jeté sur un chauffeur d'autobus en entrainant le véhicule dans un ravin profond [Abu Gosh à l'entrée de Jérusalem] 16 passagers furent carbonisés et de nombreux furent bléssés... [...]

Adapté par Danilette

© http://danilette.over-blog.com

Publié dans Terrorisme - Djihad

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nobeline 18/10/2011 07:33



Nous sommes tous conscients du danger que représentent ces tueurs en série relâchés dans la nature.


Mais comment faire autrement, quand une mère attend depuis si longtemps que son enfant chéri revienne à la maison ?


Je n'arrive pas à dissocier le sentiment affectif de la décision politique du premier ministre.


Le choix aura été d'autant plus terrible qu'il a mis cinq longues années avant de trancher.



danilette 18/10/2011 17:12



Très très chère Nobeline, toujours à nos cotés, ta phrase "Le choix aura été d'autant plus terrible qu'il a mis cinq longues années avant de trancher" n'est pas juste, il n'a pas mis 5 ans avant de
trancher, il a pris sa fonction il y a 2 ans mais surtout c'est le Hamas qui à chaque fois faisait capoter les négociations, exigeant toujours plus, même après avoir signé le deal, il y a 1
semaine, ils ont émis d'autres exigences (libérer toutes les femmes palestiniennes) ce sont les Egyptiens qui ont mis le holà car ils ont un atout de maître pour se faire obéir, Meshaal
cherchant à se rapatrier de Damas au Caire a besoin de la protection des Egyptiens... Très grosses bises, Dani