Le visage de l'autre

Publié le par danilette

Lire l'article en entier sur : http://adamharishon.wordpress.com/2014/07/22/la-vie-valeur-supreme/

 

Dans le conflit qui nous oppose à l’islam (fondamentaliste et moins fondamentaliste) il y a deux inversions de valeurs qui sont irréconciliables. En plus de mettre une barrière infranchissable entre nous elles génèrent la forme du conflit armé auquel elles donnent naissance:

 

D’une part il y a l’obsession de masquer le visage, des femmes, des guerriers, obsession qui fini par être identitaire, iconique, d’autre part il y a un culte de la mort qu’on"chérit plus que la vie".

 

Les deux se rejoignant de façon pathologique dans la négation et les interdits de la sensualité ( sexualité, alcool) dans la vie pour devenir la permissivité totale après la mort.

 

Cette façon de masquer le visage permet de nier à l’autre sa qualité de semblable, elle autorise toutes les violences, envers les femmes, envers autrui et ne connait aucune barrière face à son ennemi 

 

La mise en scène de la mort est instrumentalisée à l’envi et pour bien marquer la différence avec la vie où le visage est masqué, comme si le vivant était mort, le visage est découvert, exhibé, le mort est enfin vivant !

 

En face, tout le contraire, la vie est célébrée par le visage et surtout par le visage qui exprime le mieux la vie: celui qui sourit. Et au moment de la mort, c’est ce visage qui vivait que l’on retient.Cela explique aussi qu’en masquant le visage pendant la vie, les guerriers( comme les femmes) sont interchangeables et le peu de cas que font les islamistes pour leurs troupes, leurs populations relève de cet anonymat.Bien au contraire, pour nous, chaque mort est un individu non interchangeable, il avait un visage pendant la vie, et nous le conservons à jamais dans nos mémoires.Le fossé qu’il y a entre ces deux cultures est infranchissable, à moins de beaucoup, beaucoup de patience et d’éducation.Et ça ne peut commencer qu’en dénonçant sans relâche ce culte obscène de la mort, et refuser la moindre complaisance à son égard.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article