La violence symbolique contre les Juifs, Shmuel Trigano

Publié le par danilette

http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=35253

 

Le climat s’est appesanti ces derniers jours pour les Juifs de France. L’élévation de l’assassin du ministre israélien Rehavam Zeevi au titre de citoyen d’honneur par le maire de Bezons, avec force cérémonies et inauguration de plaque, est venu renforcer le malaise qu’a engendré l’inquiétant hommage national à Stéphane Hessel et à ce qu’il représente sur le plan des Juifs et d’Israël. A cela s’est ajouté le dythirambe en faveur de Chavez que le ministre Victorin Lurel s’est senti obligé de faire au nom de la République, en ignorant son antisémitisme virulent qui a chassé du Vénézuela la majeure partie de la communauté juive. Chavez, l’allié d’Ahmadinedjad, comparé à De Gaulle et à Léon Blum réunis ! 

 

 

A vrai dire, il n’y eut pas que cela. Durant le pseudo débat sur le mariage homosexuel, la ministre Taubira a pu se sentir autorisée à fustiger ce qu’elle appelle « les racines judéo-chrétiennes de notre civilisation ». « Elles sont périmées », a-t-elle dit. « Vous représentez le passé. Nous voulons balayer tout cela. Nous sommes l’avenir ». « Balayer tout cela » ?  

 

 

Aurait-elle osé parler en ces termes de l’islam ? On sait que non car, quand elle proposa sa loi sur la mémoire de l’esclavage, on se souvient qu’elle avaitprogrammatiquement éliminé le rappel de l’esclavage en islam qui fut meurtrier pour les Noirs africains et qui persiste toujours dans les monarchies de pétro-dollars.  

 

Ces actes et déclarations sont d’une grande violence symbolique dont on peut justement mesurer l’ampleur en les comparant à l’apologie permanente de l’islam dont le dernier exemple fut donné dans le procès en sorcellerie fait à l’actrice Véronique Genest par le journaliste Aymeric Caron dans l’émission du service publique « On n’est pas couché », avec le maximum d’incompétence et d’inculture dont le journalisme dans ses pires heures peut être capable.  

 

Et s’agit-il d’autre chose que d’une violence que ce discours médiatique permanent qui cultive l’obsession d’Israël, dont il mène le procès nourri de désinformation programmée  (apartheid, etc) et abreuvé au discours de guerre palestinien ?  

 

Cette ambiance européenne qui témoigne d’une insensibilité totale à ce qui préoccupe les Juifs est éminemment perverse car elle s’accompagne d’un discours de compassion pour les Juifs souffrants (en rapport avec la Shoah et les agressions antisémites) ou « bien comme il faut », j’entends les Alterjuifs et les détracteurs existentiels d’Israël.  

 

On ne peut s’empécher, dans cette perspective, de constater une terribledissonnance entre la réception et la standing ovation faites à Shimon Péres par le parlement de l’Union Européenne et le boycott des produits de Judée-Samarie qu’il fourbit au même moment, comme si il n’avait pas plus de raisons de le mettre en œuvre pour de nombreux pays de la planète, à commencer par ses chers alliés arabes chez lesquels les infractions aux droits de l’homme sont massives.  

 

C’est le « camp de la paix »,  l’homme des Accords d’Oslo que la parlement européen célèbre avant tout. Ce partage sélectif entre deux types de Juifs (l’Israël condamné et l’Israël exalté[1]) est le ressort le plus profond du nouvel antisémitisme européen et sa couverture rhétorique contre l’accusation d’antisémitisme. Le président de l’Etat d’Israël ne s’est pas élevé contre le boycott européen, on ne peut que le regretter[2] 

 

Nous pourrions dire pour résumer ce théatre maléfique que l’Union Européenne favorise le profil d’un Etat d’Israël dont la légitimité serait de type « humanitaire » (en rapport bien sûr avec la Shoah et l’antisémitisme : toute sa mauvaise conscience) plutôt que souveraine et régalienne.  

 

C’est le même dispositif qui est à l’œuvre en France. Les quelques mots de réserve de François Hollande face à la dépouille de Hessel[3] sont très importants mais ils furent prononcés si rapidement qu’ils furent inaudibles. Si l’interprétation humanitaire de l’antisémitisme en France domine, générant dans certains secteurs de l’opinon compassion pour les victimes et demande de sécurité, sa dimension politique est systématiquement méconnue, or l’antisémitisme, a fortiori aujourd’hui, est plus qu’un phénomène de racisme. C’est une question politique qui doit être reconnue et combattue comme telle.  

 

Accepter de se laisser enfermer dans ce cercle vicieux de faux-semblants, c’est choisir l’échec. Il faut que la communauté juive change de stratégie. Nous sommes trop gentils, trop effacés, trop pleurnicheurs. Il faut passer à l’attaque dans l’arène de l’opinion publique. Un principe doit nous guider : il ne faut pas que devienne acceptable que l’on puisse impunément porter atteinte au prestige du peuple juif et du judaisme.  

 

La violence symbolique prépare toujours une violence réelle.   

 

* A partir d’une chronique sur Radio J, le vendredi 14 mars 2013.



[1] Les liens manifestes entre Jcall et l’Union européenne sont très parlants à ce propos tout comme le subventionnement de ONG militantes hostiles à Israël en Israël et en Judée Samarie.

 

 

[2] Faut-il s’en étonner ? Il y a quelques semaines, devant tous les ambassadeurs étrangers accrédités en Israël, il s’est livré à une attaque politicienne virulente contre le premier ministre israélien, lui reprochant, de façon ahurissante au regard de la réalité, de ne pas avoir fait la « paix » avec l’OLP. Il semble que, chez lui, l’homme de parti l’emporte sur l’homme d’Etat, à savoir que le président israélien n’a qu’une fonction symbolique représentant l’unité de la nation et pas un parti. On se souvient qu’au soir d’une élection qui ne lui était pas favorable, il eût cette parole terrible : « Les Israéliens ont perdu, les Juifs ont gagné »… L’échec faramineux de l’utopie dont il s’est fait le porte drapeau à l’époque d’Oslo, « le Nouveau Moyen Orient », devrait l’inciter à plus de réserves. Elle n’a pas échoué du fait des « Juifs » mais des Arabes.

 

 

[3] « Il pouvait aussi, porté par une cause légitime comme celle du peuple palestinien, susciter, par ses propos, l’incompréhension de ses propres amis. J’en fus. La sincérité n’est pas toujours la vérité. Il le savait. Mais nul ne pouvait lui disputer le courage. »

 

Publié dans Shmuel Trigano

Commenter cet article

Ami Artsi 28/03/2013 21:58


Ce qui est excessif, c'est de parler au nom de tous. Voilà ce qui l'est !


Il n'est pas excessif de se battre verbalement. Ce qui l'est, c'est attendre quelqu'un des barres de fer, des cutters, canifs, clubs de golf, chaînes, etc pour lui régler son compte.


Je pense que tu devrais vraiment revoir ta définition de l'excès, Danilette !

Ami Artsi 28/03/2013 21:48


Non, ce n'est pas excessif... Loin s'en faut. Ce qui l'est, ce sont ces excuse et l'apathie  de toutes ces personnes qui les justifie au nom du "Tout dépend ce qu'il a pu obtenir en
contrepartie"... Ce qui est excessif, c'est le fait que des personnes ont été lynchées et qu'il ne se trouve plus personne, même sur les blogs juifs, pour les défendre ! C'est cela qui est
excessif, Danilette. La trahison, c'est même bien pire que l'excès !

Ami Artsi 23/03/2013 04:09


PAS EN NOTRE NOM


Vendredi 22 mars 2013, le Premier Ministre israélien Binyamin Netanyahou, sur les pressions insistantes du Président des États-Unis Barack Obama, a téléphoné au 1er Ministre turc Recep Tayyip
Erdogan pour lui présenter ses excuses pour la mort de terroristes de l'IHH sur le Mavi Marmara le 31 mai 2010 et verser des indemnités aux familles des terroristes tués (!!!!)


Cette attitude traître et pleutre de Netanyahou appelle une réponse :


Voici la mienne :


" Monsieur Netanyahou,


Le 31 mai 2010, un groupe terroriste turc répondant au nom de l'IHH avait lancé la première flottille pour briser le blocus israélien sur Gaza (blocus nécessaire pour empêcher le 'Hamas
d'être approvisionné en armes et en matériaux pouvant être utilisés dans le cadre de la confection d'armes).


Les islamistes de l'IHH avaient préparé ce coup depuis bien longtemps et espéraient l'affrontement avec Tsahal afin de mourir en martyr. Les caméra de sécurité du Mavi Marmara ont montré
également ces terroristes chanter "Khaybar Khaybar ya Yahoud", un chant commémorant le massacre perpétré contre les Juifs à Khaibar par les troupes de Mu'hammad, un chant appelant à un nouveau
massacre.


Les commandos de la Shayetet 13 (branche de Tsahal) ont plusieurs fois contacté le Mavi Marmara lui demandant de rejoindre le port d'Ashdod. Il n'en a rien fait. La Shayetet 13 a donc
abordé le navire armée de paintballs et d'une arme de poing au cas où. Ne pouvant aborder par voie de mer, ils ont abordé par hélicoptère directement sur le pont supérieur. Une horde de dégénérés
les a tiré vers le sol et les a lynché à coup de poings, de pieds, de barres de fer, de chaises, club de golf, etc.


Un terroriste s'est emparé du pistolet d'un soldat qui a pu le récupérer. Devant la meute enragée qui fonçait droit sur lui avec tout cet attirail, sentant sa vie menacée, en état de
légitime défense, il a tiré et tué neuf terroristes qui se ruaient vers lui.


Monsieur le Premier Ministre, ces excuses que vous avez faites à Monsieur Erdogan sont non seulement iniques, injustes et minables, mais elles sont surtout une insulte, une claque, une
honte, une salissure, et une trahison faite à l'humanité, à l’État d'Israël, à l'armée d'Israël, à la Shayetet 13, aux Israéliens et au peuple d'Israël partout dans le monde.


En tant qu'enfant d'Israël, je ne peux que condamner le plus fermement possible votre acte inqualifiable et injustifiable !


Personne n'oubliera jamais votre geste pleutre et profondément abject !


Monsieur le Premier Ministre, vous avez le droit de vous excuser, mais en votre nom propre et non au nom de l’État d'Israël et à travers lui, des Juifs du monde entier !


En tant que Juif, je ne peux que dénoncer cette iniquité ! Et en tant qu'humain, je ne peux que la réprouver !


Monsieur le Premier Ministre,


Ethiquement, votre acte est inadmissible !


Politiquement, il est catastrophique !


Stratégiquement, il est une erreur monumentale !


Monsieur le Premier Ministre, vous venez de montrer à la face du monde qu'on peut (encore) lyncher un Juif et que c'est à celui-ci de présenter ses excuses à son agresseur pour s'être
défendu !


Monsieur le Premier Ministre, vous venez de renforcer le statut de Recep Tayip Erdogan aux yeux de tous les islamistes (qui deviendra l'image de l'accomplissement de ce que tout islamiste
rêve de faire, celui du 1er musulman à avoir réussi à mettre à genoux Israël (l’État mais aussi le peuple !), à l'humilier devant le monde entier pour avoir été lynché et presque tué parce que
Juif ! Nous n'avions vraiment pas besoin de cela, qui plus est après Mera'h ! C'est un énorme recul dans les droits de l'homme, une honte dans l'Histoire du monde, une claque à tout progressiste
et musulman modéré qui s'oppose à l'islamisme, et c'est aussi une catastrophe aussi bien nationale qu'internationale. Vous venez de faire entrer Israël (l'Etat et le peuple), dans un tourbillon
de tourments. Vous venez de renforcer Erdogan et les islamistes du Moyen-Orient, les terroristes antisémites du monde entier, à commencer par le 'Hamas. Vous venez aussi d'affaiblir
Israël.


J'ose espérer que cet acte vous coûtera votre démission ou de nouvelles élections, votre expulsion de l’État d'Israël où vous serez désormais persona non-grata.


Monsieur le Premier Ministre, comment pouvez-vous vous regarder dans le miroir, regarder votre épouse, vos enfants, tous les Israéliens et l'ensemble des enfants d'Israël de par le monde
après un acte aussi inqualifiable (et qui sera lourd de conséquences négatives, à n'en point douter ?)


Avec cet acte, c'est aussi sur votre frère, Yonatan Netanyahou (Z"L), tué lors du raid de Tsahal contre des terroristes qui prenaient en otage les passagers d'un avion à Entebbe, en
Ouganda. Cet homme, ce soldat de Tsahal, qui est intervenu pour libérer tout le monde de la menace de mort de ces terroristes, qui a participé à l'élimination de ces mêmes terroristes. Devrait-il
lui aussi s'excuser aujourd'hui ?


Monsieur le Premier Ministre, vous n'avez pas la trempe de votre frère et vous ne l'aurez probablement jamais, mais vous êtes descendu bien bas ce vendredi 22 mars 2013, plus bas que
beaucoup dans l'Histoire de notre peuple.


Vous n'êtes pas digne de représenter notre État, ni notre peuple.


Monsieur le Premier Ministre, si je puis vous donner un conseil : sortez par la petite porte, quittez la politique, quittez Israël, et que l'on ne vous revoit jamais plus.


'Ami Artsi"

danilette 24/03/2013 03:42



Je mets en ligne sans approuver ce ton excessif et cette critique très dure de Netanyahou, Ces excuses ont fait couler beaucoup d'encre, je conseille la synthèse de Barry Rubin :


http://pjmedia.com/barryrubin/2013/03/23/did-israel-apologize-to-turkey-well-no-not-exactly/