Le boycott d'Israël va envenimer le conflit israélo-palestinien,Denis MacShane

Publié le par danilette

signalé par Olivier

http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/12/14/le-boycott-d-israel-va-envenimer-le-conflit-israelo-palestinien_1452950_3232.html

Denis MacShane, député britannique, ancien ministre de des affaires européennes
Denis MacShane a présidé une commission d'enquête de la Chambre des communes sur l'antisémitisme actuel en Grande-Bretagne. Il est l'auteur de"Mondialiser la haine. Le nouvel antisémitisme !" (Weidenfeld et Nicolson). 

 LEMONDE.FR | 14.12.10 | 

Kauf nicht bei Juden– "N'achetez pas chez les juifs" – est de retour. L'appel au boycott du commerce juif est une vielle lubie politique de l'Europe. Une fois de plus, alors qu'une avalanche de haine s'abat contre Israël, a droite comme à gauche, des idéologues islamistes aux élites culturelles, on souhaite punir les juifs. Que les actions du gouvernement israélien soient critiquables est un fait. Mais quels sont les arguments au fond ?

Premièrement, qu'Israël a tort de défier le droit international en tant que force d'occupation de la Cisjordanie. Mais que dire de la Turquie ? Celle-ci compte 35 000 soldats occupant le territoire d'une république souveraine – Chypre. Ankara a envoyé des centaines de milliers de colons dans le nord de Chypre. La Turquie a été appelée maintes fois par les Nations unies à retirer ses troupes. Au lieu de cela, elle se voit encore accusée de la destruction d'anciennes églises chrétiennes de Chypre du Nord.

A-t-on appelé à un boycott de la Turquie ou incité les entreprises à se désinvestir du pays ? Non, seuls les juifs d'Israël sont visés. Et que penser de l'Inde ? 500 000 soldats indiens occupent aujourd'hui le Cachemire. SelonAmnesty International, 70 000 musulmans ont été tués au cours des vingt dernières années par les forces de sécurité et les soldats indiens. Ce nombre dépasse de loin les musulmans palestiniens tués par les forces israéliennes pendant la même période. Cependant, les idéologues de l'islamisme se concentrent sur les juifs, pas les Indiens.

Se permet-on de parler du Sahara occidental et de la fermeture de la frontière du Maroc par l'Algérie qui rend la vie sur place bien plus difficile que celle des Palestiniens à Ramallah ou à Hébron ? Non, on ne risque pas. Voltaire – aussi antisémite qu'il fut – aurait sans doute raillé l'hypocrisie de ces nouveaux grands prêtres qui souhaitent uniquement attirer la malédiction sur la tête des juifs en Israël.

 

Deuxièmement, le désir de paix au Proche-Orient est une priorité mondiale. Mais la paix exige la reconnaissance de l'existence de l'Etat juif d'Israël. Quarante Etats membres de l'Organisation des Nations unies ont le mot "musulman" ou "islamique" dans leur titre. Nul ne conteste leur droit à exister ou à se défendre. Israël s'est retiré unilatéralement de Gaza, mais sa récompense fut de voir le territoire transformé en champ de tir de missiles destinés à tuer des juifs. Il y a eu plus de missiles tirés depuis Gaza contre Israël que de missiles V1 ou V2 tombés sur Londres en 1944. Personne n'a reproché à Churchill d'avoir riposté avec autant de force que possible, lorsque des villes comme Hambourg ou Dresde subissaient la colère de la Royal Air Force. En revanche, si les Israéliens engagent la moindre action contre les tueurs de juifs du Hamas, alors toute la haine du monde s'abat sur eux.

Troisièmement, il est difficile de voir comment on peut faire la paix avec un Israël que beaucoup cherchent à discréditer en tant qu'"Etat d'apartheid". J'ai travaillé dans les années 1980 avec le mouvement syndical noir en Afrique du Sud. On devait se cacher dans les fossés quand la police de l'apartheid parcourait les cantons pour traquer les activistes politiques. Je ne pouvais pas nager depuis la même plage que ma femme, une Française vietnamienne, à cause des lois racistes de l'Afrique du Sud. A l'inverse, les musulmans et les juifs nagent au large des mêmes plages de Tel-Aviv. Ils peuvent séjourner dans les mêmes hôtels, être élus au même Parlement et faire appel à un système judiciaire indépendant. Par définition, un Etat d'apartheid n'a pas le droit d'exister et ne peut pas être membre de l'Organisation des Nations unies. La campagne de stigmatisation d'Israël en tant qu'Etat d'apartheid vise à en faire un "non-Etat", n'ayant ainsi pas le droit d'exister. Comment la paix peut-elle être conclue avec un Etat dont les opposants nient son existence-même ? Lire la suite



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article