Le Judaïsme n’est pas une religion! Il y a un Peuple Juif, l’Etat d’Israël et …..Brigitte Ullmo Bliah

Publié le par danilette

Le Judaïsme n’est pas une religion! Il y a un Peuple Juif, l’Etat d’Israël et …..

Brigitte Ullmo Bliah* Mercredi, 19 Janvier 2011

Pat Quartier:Un brillant article venant au soutien de la thèse perçue comme audacieuse  développée par Arnold Lagémi: Le judaisme n'est pas une religion! Un débat est ouvert. Qui souhaite y participer? La "boîte" aux commentaires est ouverte. Les auteurs vous répondront.

 Arnold Lagémi a parfaitement raison. La notion de religion est parfaitement étrangère à la Torah, qui parle de Dieu, du Peuple Juif et de la Terre d’Israël. L’ensemble des lois juives concernent l’organisation sociale autant que l’individu : on a tendance à l’oublier parce que pendant des siècles de dispersion, les rabbins ont statué sur des questions relatives aux individus.

Arnold Lagémi a raison de souligner que les chrétiens avaient intérêt à ramener le judaïsme à un ensemble de pratiques religieuses privées. Il faut rappeler aussi la philosophie qui a présidé à l’octroi de la citoyenneté aux juifs en France : tout aux juifs en tant qu’individus, rien en tant que Peuple.

Bien que l’Etat d’Israël ait été défini comme Juif et démocratique, le caractère juif de l’Etat est encore compris par rapport à la notion de religion : il n’est pas simple de se débarrasser des conceptions de l’exil même lorsqu’elles ont été imposées de l’extérieur.

A partir du moment où le caractère juif du pays n’est pas pris au sérieux au plan de l’Etat et de la société, c'est le caractère démocratique du pays qui constitue la valeur de référence . Or, la prolongation de cette tendance met en danger l’identité juive du pays :

Cette évolution a été assez précisément définie par l’ancien Président de la Cour Suprême Aaron Barak : selon lui  il faut avoir une conception élargie de la démocratie, qui comprenne aussi les droits de l'homme et la morale. Par contre, il faut comprendre le caractère juif de l'Etat de la manière la plus abstraite possible. Par conséquent la conception du judaïsme – universelle et d'ordre moral - est déjà comprise dans la définition de la démocratie, de sorte que la référence juive s'avère dès lors, superfétatoire. Un tel raisonnement ouvre la voie de la revendication d’une partie de la population visant à la transformation de l'Etat en Etat de l'ensemble de sa population, proposition qui met un terme à l'existence d'un Etat Juif.

C’est la raison pour laquelle il est de la plus haute importance que les  juifs israéliens comprennent que leur identité juive ne saurait être reléguée à la synagogue : il est parfaitement absurde de soutenir qu’il faut créer une identité israélienne séparée de l’identité juive : la nation israélienne s’inscrit à l’intérieur de l’histoire du peuple juif. Encore faut il que les juifs vivant en Israël aient conscience du fait qu’ils ne sont plus en exil, et que par conséquent ils doivent construire leur identité de peuple juif revenu sur sa terre.

La raison d’être de l’Etat d’Israël est de créer une société organisée à partir des principes fondamentaux de l’identité juive. Le but est de préserver le caractère Juif de l'Etat d'Israël, de définir une nouvelle identité pour le peuple israélien à partir de la communauté de destins entre le peuple israélien et le peuple juif, et de donner un contenu juif à la société israélienne.

La logique du Président Barak est liée au fait que le caractère juif de l’Etat n’a aucune marque précise dans le fonctionnement des institutions. Les éléments qui relèvent du judaïsme dans la société sont  : la langue hébraïque, le calendrier et les fêtes, la loi du retour, les symboles du pays, les lois régissant le statut personnel – lesquelles renvoient aux divers cultes, et pas seulement au judaïsme. La société israélienne fonctionne comme toutes les sociétés des pays développés : la vie politique, les politiques économique et sociale ne sont pas différentes des modèles extérieurs.

Dans un tel contexte, il faut donner un contenu juif à la société israélienne. L'idée consiste à rechercher à partir des sources juives des solutions à des problèmes de la société contemporaine en Israël, afin de faire des propositions concrètes .Il s'agit au niveau méthodologique de ce que devrait être le mishpat haivri  au droit : rechercher dans les sources juives des solutions aux problèmes de la société contemporaine.

Nous proposons d’appliquer cette méthode à d'autres domaines, comme par exemple à l'éducation, au domaine économique et social. Il est vrai que certains principes ont été élaborés pour une société agricole, mais rien n’interdit de réfléchir à une adaptation des concepts en fonction de leurs objectifs, ce que les savants juifs ont toujours fait.

Le peuple juif qui a réussi à survivre dans les affres de la diaspora doit apprendre à exister en tant que Peuple Juif revenu sur sa terre.

Il s'agit, en améliorant le fonctionnement social de la société grâce à des propositions puisées dans les sources juives,  d’ajouter une nouvelle réalité au caractère juif de l'Etat – qui ne soit pas du domaine du religieux.

Qu’on se rassure : il n’est pas question de théocratie ou de totalitarisme . Bien au contraire : il ne faut pas oublier que les grands systèmes de droit contemporains fondés sur les droits de l’homme précisent qu’ils se sont inspirés du ‘’droit mosaïque’’.

Proposition utopique, direz vous. Sans aucun doute, de la même manière que l’idée de créer un  Etat Juif était une idée folle. Cette proposition suppose la création d’un organisme capable de rassembler les recherches existantes sur des sujets comme l'économie, les sciences, les sciences politiques, l'éthique dans la médecine, les sciences ou les affaires. Il s’agit de choisir les sujets susceptibles de trouver des applications concrètes. De créer des équipes de travail…

Si nous voulons conserver le caractère juif de l’Etat nous devons prendre au sérieux l’identité juive et lui donner un contenu au plan du fonctionnement de la société. C’est la condition de la poursuite de l’existence de l’Etat d’Israël. Nous devons devenir Hébreux – c’est l’enseignement de Manitou. Ajoutons, qu’un tel effort de recherche permettra à notre pays d’échapper à la crise existentielle qui secoue les nations du monde développé.

*Brigitte Ullmo Bliah est avocat à Jérusalem

www.parolevolee.com

Publié dans Monde juif, Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

danilette 24/10/2013 18:14




Malheureusement, cher Jonathan, votre "modestement" était bien à propos, vous ne connaissez pas grand chose à la culture juive. Ce n'est pas parce que
vous portez (ou est-ce un pseudo ?) un magnifique nom juif, Jonathan Narboni, que vous connaissez une culture avec laquelle vous n'avez aucun lien. Ce ne sont pas vos lectures partiales qui
vont améliorer votre inculture, je suppose que vous vous basez sur la lecture mal digérée des livres de Shlomo Sand, du sable, de la poussière, de la hargne gratuite. Si vous étiez vraiment
juif vous sauriez qu'il n'y a pas de race juive, mais un peuple juif oui basé sur l'immense amour et nostalgie d'une terre, la terre d'Israël à laquelle tout juif religieux se réfère 3 fois
par jour et à chaque actions de grâce après les repas, une langue qui a permis de relier les communautés juives du monde entier qui correspondaient énormément les unes avec les autres par
l'intermédiaire de rabbins, commerçants, financiers, prophètes, mendiants, collecteurs de fonds pour les communautés restées de tout temps en Israël, basé sur la Torah qui est bien plus
qu'une religion, un mode de vie avec des règles appliqués par des Juifs du fin fond de l'Afrique à la Sibérie, en Inde, au plus profond de la forêt amazonienne... Les Juifs dont vous parlez
ne sont plus juifs que par l'ascendance, le souvenir de l'avoir été sans savoir quoi au juste... vous avez raison ceux-là ne font plus partie d'un peuple, il leur manque tous les attributs
essentiels. J'ai hésité à perdre du temps pour vous répondre, j'espère n'en avoir pas perdu, j'espère aussi ne pas être trop dure avec vous, je ne voudrais pas contribuer à vous éloigner
davantage de votre héritage si tel est le votre. Bien à vous, merci d'avoir laissé ce commentaire.


Narboni Jonathan 22/09/2013 02:18


  Bonjour, je parcours ce blog depuis un moment, et bien que plutôt en désaccord avec le contenu des billets, je ne rechigne pas à lire les analyses présentées, car intéressé par l'histoire
d'Israël. Cependant, cet article n'est que trop offensant pour l'amoureux d'histoire que je suis. Certe si l'on peut accepter aujourd'hui l'existence d'un peuple juif, c'est bien car celui-ci
possède un etat auquel s'adosser, et donc le "peuple juif" se confond avec le peuple israëlien, car Israël se déclare comme etat juif. "L'etat précède les peuples" est peut être un postulat
dogmatique, il n'en est pas moins dénué de tout sens. Avant 1948 (date plus importante symboliquement que chronologiquement), à mon sens il n'existait pas de "peuple juif". En effet, quelles
caractéristiques définissant un peuple pouvait-on accoler aux différents communautés juives d'avnt l'existence d'israël? Il y avait autant de difference culturelles entre un ashkénaze allemand
intégré dans le capitalisme occidentale, et un sépharade tunisien parlant arabe, qu'entre un catholique malien, et un catholique Nord-Américain. Pas d'organiqation administrative commune,pas de
langue commune, pas de terre commune, et pas de pratiques communes fors celles ayant attraint à la religion. Il n'y a pas à mon sens de "retour" du "peuple juif" sur la terre d'Israël. Il n'y
avait pas plus de peuple juif avant Israël, que de peuple catholique, musulman, ou hindou. Et il n'est de peuple juif que parce qu'Israël s'est déclaré Etat rattaché à cette population.


      Le judaisme avant l'Etat d'Israël n'était qu'une religion avec tout ce que cela implique: certaines règles de vie, une morale, des fêtes. Ces choses qui relient les
juifs d'Israël aujourd'hui: la langue, la terre, les lois...etc ne sont qu'une création/reconstruction d'israëlien ou de proto-Israëlien (je m'excuse pour ce terme malheureux, mais il ne m'en
vient pas d'autre à l'esprit pour décrire le premiers sionistes). Alors, en tant que sépharade, et surtout en tant qu'amoureux de l'universalisme, je tient à contredire les propos de cet article.
Le judaisme EST une religion, "l'exil" des juif n'en est plus un car la plupart des juifs descendent de convertis, et les "diasporas" juives ne peuvent pas légitimement se déclarer en tant que
telle après des millénaires de vie au fil des générations sur un autre continent. Il n'y a pas eu de "retour" sur une terre mais bien une immigration. Je suis peut être naif et surement ignorant
sur de nombreux points de la "culture juive", mais il me semble, modestement, qu'avant Israël il n'existait pas de "culture juive", mais des cultures juives (arabe, germanique, chinoise, ou
levantine...), et il n'existait pas de "peuple juif", mais des minorités juives (la plupart du temps, en europe en tout cas oppressées) dans différents pays du monde, ayant des cultures, des
habitudes de vies, des terres, des paysages, des langues, des organisations internes, des rapports avec l'extérieur complétement différents d'un pays à l'autre, d'une région à l'autres. Le peuple
juif/israëlien est une construction moderne au même titre que le peuple romain le fut à son époque.