Le monde à l’envers, Abbé A.R. Arbez

Publié le par danilette

Le monde à l’envers, Abbé A.R. Arbez, 1er mars 2010 

Les états-majors islamiques s’agitent, ces derniers jours, et ameutent toute une série de médias qui évidemment ne connaissent rien à l’histoire biblique de la région. Ils accusent Israël de vouloir inscrire à son patrimoine culturel les Tombeaux des Patriarches et la tombe de Rachel situés dans des secteurs chargés de mémoire hébraïque, mais intégrés en «Cisjordanie» depuis une cinquantaine d’années, en raison d’aléas politiques compliqués.

Le problème qui est à la base de ces événements est que l’islam, a non seulement conquis des territoires, mais qu’il s’est approprié certaines figures de la Bible, comme Abraham - devenu Ibrahim, avec un rôle d’ailleurs différent -, ou encore Jésus, devenu le prophète Issa dans le même Coran, et qui devient, là aussi, un personnage musulman si éloigné du véritable Christ que, selon les hadiths, ce Issa coranique va revenir un jour pour « briser les croix et tuer les porcs », assurant ainsi le triomphe final de la religion de Mahomet.

Si l’organisation de la conférence islamique réclame aujourd’hui des droits sur les tombeaux de personnages spirituellement chers à la Bible des juifs et des chrétiens (qui ont les mêmes Ecritures), qu’est-ce qui garantit que demain, dans la même logique, la puissante association politico-religieuse n’exigera pas comme étant sien le tombeau de Jésus, son prophète Issa ?

Malgré cette évidente captation d’héritage judéo-chrétien par l’islam, les instances musulmanes accusent encore Israël de « judaïser » Jérusalem lorsque l’Etat hébreu cherche à retrouver ses légitimes fondations (détériorées par l’occupation jordanienne entre 1948 et 1967).

Ces mêmes organisations islamiques  vont-elles bientôt reprocher aux chrétiens d’avoir « christianisé » le saint sépulcre parce qu’ils l’ont reconstruit après sa furieuse destruction, au 11ème siècle, par le sultan Al Hakim ?

 

© Abbé Alain René Arbez


lire aussi 

-L'UNESCO n'est pas antisémite, elle veut juste effacer l'histoire juive, Guy Millière 

-Le détournement musulman de Ground Zero, Daniel Greenfield

"L'islam ne détourne pas seulement des avions, il détourne les choses qui ont une signification importante pour les gens. Les lieux sacrés de nombreuses grandes villes du monde sont recouverts des reliques de l'occupation musulmane. Jérusalem, Delhi, Constantinople et Alexandrie témoignent de la prédilection musulmane à s’accaparer des lieux sacrés des autres pour les transformer en mosquées. "

-La destruction des antiquités sur le Mont du temple, Mark Ami-El

"Le manque de respect de l’Islam pour l’héritage des autres 
La destruction par les Talibans du patrimoine antique de la culture bouddhiste dans la Vallée de Bamian, en Afghanistan, en 1998, aurait dû constituer un avertissement d’un bout à l’autre du monde concernant le mépris que l’Islam intégriste nourrit à l’égard de l’héritage religieux des autres. L’extrémisme des Talibans était en partie le résultat de l’influence de leur hôte, Oussama ben Laden, et plus généralement de celle de leurs bailleurs de fonds saoudiens wahhabites. 

Israël a été le témoin d’un déploiement d’actions, similaire mais plus étendu, de la part des Islamistes à l’appui d’une revendication islamique dominante, si ce n’est exclusive, sur la Terre Sainte :
  • A Nazareth, des fanatiques musulmans ont tenté, depuis 1997, de construire une grande mosquée, qui éclipserait la basilique chrétienne de L’Annonciation. 
  • Le 7 octobre 2000, après des attaques constantes par des foules palestiniennes, le lieu saint juif de la tombe de Joseph, à Naplouse (Shechem), fut saccagé et brûlé, et par la suite converti en mosquée. Cinq jours plus tard, l’antique synagogue Shalom Al Yisrael, de Jéricho, fut saccagée et brûlée par les Palestiniens. 
  • La tombe de Rachel, à la limite de Jérusalem et de Bethléem, subit des attaques constantes de tireurs palestiniens."

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article