Le Mont Sion en danger

Publié le par danilette

Le Mont Sion en danger 

http://www.actu.co.il/2009/04/le-mont-sion-en-danger/

Des tractations officieuses et dangereuses, peu médiatisées, visent à aboutir à de nouvelles concessions israéliennes : cette fois-ci, il s’agirait d’une partie du Mont Sion, en faveur du Vatican. 

Des négociations discrètes se trament depuis plus de dix ans entre Israël et le Vatican, et seraient sur le point d’aboutir à un accord des plus inquiétants. Il s’agirait de concéder le contrôle du bâtiment abritant la Tombe de David, à Jérusalem.

La Commission bilatérale permanente de travail, équipe de négociateurs représentant Israël et le Vatican, a ainsi fait état de “progrès sensibles, d’une grande cordialité, et d’une compréhension mutuelle visant à parvenir à un accord final, au plus tôt”.

Mais le jeudi 30 avril (6 Iyar) risque peut-être d’entériner ces projets. En effet, une nouvelle réunion est prévue au ministère des Affaires étrangères, présidée par les deux ministres concernés, Danny Ayalon du côté israélien, et Monseigneur Pietro Paolin pour le Vatican. Tout porte donc à croire qu’un accord final sera signé au terme de cette rencontre.

Petit retour en arrière : les deux Etats négocient un traité depuis déjà 10 ans (mars 1999), sur la question de propriétés appartenant à l’Eglise ou réclamées par elle. L’une des revendications les plus significatives exprimée par le Vatican fut celle de “La chambre du Dernier repas”, située au second étage du bâtiment du Mont Sion, également considéré par la Tradition juive comme le lieu de sépulture des Rois David, Salomon et Ezéchias.

En outre, les demandes du Vatican ne s’en arrêtent pas là. D’autres zones, proches du Kinneret (Lac de Tibériade), tout comme près de la ville de Césarée, ou encore Jérusalem, sont évoquées.

Tout laisse penser que la prochaine venue du Pape en Terre Sainte n’est pas étrangère à cette “hâte” manifestée par toutes les parties. Veut-on ainsi faire un “cadeau » de bienvenue au chef de l’Eglise ? Sans doute.

“C’est une honte et une disgrâce sans précédent”, déclare Daisy Stern, à l’origine d’une campagne de protestation et d’information sur la question. “Abandonner de tels sites importants ne trouve aucune légitimité d’un point de vue halachique (d’après la loi juive). Et surtout, signer un tel accord risque de nous empêcher de pouvoir un jour les récupérer”.

Situé non loin du Mont du Temple, ce site sacré est tout à fait symbolique et cet accord risque d’affirmer davantage encore les ambitions chrétiennes sur la ville de Jérusalem tout entière. Après avoir cédé le Mont du Temple et le Caveau des Patriarches aux autres religions, les dirigeants israéliens semblent poursuivre la voie de l’abandon spirituel.

Publié dans Jérusalem

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article