Le peuple qui n'avait pas de nom

Publié le par danilette

En 135 après J.C, les Romains changèrent le nom du royaume d'Israël en Palestina. Les auteurs qui utilisent le nom “Palestine” et à fortiori palestinien avant le retrait des Romains, sont des ignorants ou des révisionnistes qui souhaitent ancrer un “peuple” dont le nom est romain à une terre juive. Israël, Etat Juif, avait Jérusalem pour capitale lorsque fut rédigé le Nouveau Testament. Pourquoi certains Chrétiens qui fréquentaient le catéchisme relaient le doute de l’existance du Royaume Juif d'Israël et de son antériorité, en affirmant l'éternelle présence d'un peuple palestinien? 

…Ou alors, n'en déplaise aux pros palestiniens d'aujourd'hui, les premiers palestiniens authentiques sont des Juifs !

 

À Jérusalem comme à Tolède en Espagne, des synagogues furent détruites ou converties en églises ou en mosquées. Ces traditions barbares préfiguraient de ce qu'est le révisionnisme aujourd'hui. De même pour le Temple de Jérusalem dont restent un mur et quelques fondations ; ce lieu où a été érigée la Mosquée du Rocher était un lieu saint pour les Juifs, qui ont bâtit le premier et le deuxième Temple à l’endroit où Abraham vit sa main arrêtée par un Ange qui l'empêcha de sacrifier son fils Isaac. Qui peut ne pas comprendre la sainteté de ce lieu pour les juifs ? ...et l’évidente antériorité juive?

Comment croire que ce lieu est devenu saint pour les musulmans car, comme par hasard, c'est précisément de là que Mahomet s'est envolé à cheval vers les cieux !

 

A partir de  1936, détruire le patrimoine Juif d'Israël pour tenter d'éradiquer toute trace juive de Jérusalem devint un objéctif de Hal Husseini, grand Mufti de Jérusalem qui reste un modèle pour les intégristes, et les antis sionistes. Dans sa correspondance et lors de ses visites (filmées) à Hitler, il demanda à ce que la Luftwaffe bombarde Jérusalem. L'objectif était triple : détruire Jérusalem la juive, tuer les juifs et chasser les Anglais. 

Après s'être compromis avec Himmler (photos existantes), et d'autres Nazis de haut rang; après avoir fourni des troupes qui intégrèrent la S.S., le grand Mufti de Jérusalem qui était chef des Arabes de Palestine refusa le partage de la Palestine voté par l'O.N.U.en novembre 1947. 

La guerre fut déclenchée par la ligue arabe, la Nejada et la Futuwa contre Israël avec des armes nazies. 

 

Pourquoi les arabes de Palestine ont ils fui ?  

Qui les a influencés ?

En 1947, la Ligue Arabe réunie à Sofer (Liban), recommanda aux Arabes de Palestine de libérer les lieux pour faciliter l'entrée en Palestine de l'armée arabe, qui allait “ massacrer les Juifs”.

La fuite du mukhtar, de l'effendi et du cheikh des villes et villages fut suivi de près par une grande partie des classes moyennes.

Les pays limitrophes étaient tous d'accord pour accueillir les Arabes de Palestine. 

 

En décembre 1947, La Ligue Arabe créa l'Armée de libération arabe.

Début 1948, la ligue arabe publia des instructions : “Cherchez refuge dans les pays voisins, vous reviendrez dans le sillage des armées arabes victorieuses pour recueillir votre part des biens juifs abandonnés”.

Le 15 mars 1948, le Premier Ministre Irakien déclara dans la presse de Bagdad: -”Nous écraserons le pays et les Juifs. Les Arabes devront emmener femmes et enfants pendant le danger, après, toute la Palestine sera à eux.” 

Le 18 mars, le Recteur Al Azhar déclara à la presse du Caire : -”Nous jetterons à la mer les sionistes et il ne restera plus un seul juif en Palestine. Pour que nos armées victorieuses puissent accomplir leur mission sacrée, il faut que nos frères arabes quittent provisoirement le pays, afin que nos combattants exercent dans une liberté totale, l'œuvre d'extermination”.

 

Fait surprenant mais vérifiable, les appels des Juifs d'Israël (en direct, par tract, par voix de presse, par radios, et même par l'intermédiaire des anglais) à leurs voisins arabes pour qu'ils ne quittent pas leur maison et leur activité en Israël.

 

Le 15 Mai 1948, le dernier soldat britannique quitta la Palestine, et le mufti pro Nazi de Jérusalem appela les arabes -”à quitter Haïfa, Jaffa et les autres villes... car les armées arabes allaient chasser les Juifs ”. 

Lors d'une conférence de presse au Caire, reprise par le New York Times du 16 Mai 1948, Azzam Pacha, Secrétaire Général de la Ligue Arabe, déclara : -”Ce sera une guerre d'extermination et un massacre dont on se souviendra.”    

Ces appels ont été relayés par la presse tant arabe qu'étrangère ; il en reste des preuves irréfutables ; Pourtant, les arabes de Palestine vont transformer leur fuite d'Israël en l'un des plus gros mensonges des temps modernes.

 

Le 6 octobre 1948, dans The Economist de Londres, un témoin raconte -”... il était clairement précisé (par le Haut comité arabe), que les Arabes qui resteraient à Haïfa seraient considérés comme des traîtres”.

Le 19 octobre 1949, dans le Falastin, journal jordanien : -”Les Etats Arabes ont encouragé les Arabes de Palestine à quitter leur foyer pour ne pas gêner l'invasion.  ...Ils n'ont pas tenu leurs promesses d'aide aux réfugiés”.

 

Le 6 octobre 1954, dans Ad Diffa, journal jordanien, un arabe palestinien témoigne : -”Les gouvernements arabes nous ont dit: Sortez pour que nous puissions entrer; nous sommes sortis, mais ils ne sont pas entrés”.

 

On ne peut manquer de se poser la question comment les 650.000 « réfugiés supposés » de 1947 sont devenus 4.500.000 aujourd'hui.

Nous sommes à la quatrième génération de « réfugiés » dont la grande majorité n'ont jamais été réellement des réfugiés. Ils se sont en fait octroyés un statut héréditaire encouragés par l'UNRWA, institution onusienne créée spécialement à leur intention et qui a entretenu leurs souffrances et leur sous-développement en les confinant dans des camps gérés par des milliers de fonctionnaires internationaux.

Il est évident que personne ne souhaitait voir disparaître ces camps qui, pendant des années, ont constitué des abcès de fixation instrumentalisés pour focaliser la haine contre Israël.

Alors que le régime universel de protection des réfugiés a pour objectif leur intégration dans leur pays d'accueil, alors que des centaines de milliers de réfugiés juifs des pays arabes ont été intégrés en Israël et dans le monde sans aide internationale, les réfugiés palestiniens ont été maintenus dans un total dénuement sans aucune possibilité d'intégration dans un pays arabe.

 

La propagande palestinienne est nourrie d'un négationnisme nauséabond qui les oblige à nier leur histoire, les appels de leurs chefs, les témoignages des journalistes et des témoins civils arabes qui, obéissant aux ordres de fuir se sont transformés en victimes de la bêtise de leurs chefs. Ils ont tout perdu car n'étant pas déplacés par le feu, mais abandonnant leurs biens, leur droit à réparation ou au retour sur une terre qui n'a jamais été leur patrie est impossible.

 

La notion de “peuple Palestinien” apparait pour la première fois en 1964 dans la charte de l’OLP.

 

Heureusement pour la vérité, les discours, les appels, les films, les photos, les articles de presse, les témoignages et les archives ne manquent pas.

 

*Emmanuel ABRAMOWICZ

Membre du Comité Directeur de Siona

http://www.siona.fr/#/les-refugies-palestiniens/3788360

Publié dans Réfugiés

Commenter cet article