"Le plus important trésor archéologique et culturel juif, le rouleau d'Isaie" mis en ligne par le Musée d'Israël

Publié le par danilette

Sur les traces des manuscrits de la Mer Morte 

http://googlefrance.blogspot.com

lundi 26 septembre 2011 | 11:35

 

 

Du désert à la Toile : les manuscrits de la Mer Morte désormais accessibles en ligne

 

 

 

Du désert à la Toile : les manuscrits de la Mer Morte désormais accessibles en ligne

 

 

Il aura fallu attendre presque un quart de millénaire... Des travaux des archéologues, des érudits et des historiens à l’avènement d’Internet ; 24 siècles pour que les manuscrits de la Mer Morte puissent être accessibles à tous à travers le monde. A la veille de l’ouverture du centre culturel Google en France, nous sommes heureux d’annoncer la mise en ligne des rouleaux de la Mer Morte, un projet à l’initiative du Musée d’Israël de Jérusalem et rendu possible grâce à la technologie de Google.



 
Écrits entre le troisième et le premier siècle avant Jésus Christ, les manuscrits de la Mer Morte contiennent les plus anciens manuscrits bibliques connus à ce jour. En 68 av. J-C, ils furent cachés et mis à l'abri au sein des 11 grottes du désert de Judée, sur les rives de la Mer Morte, afin de les protéger des armées romaines qui s’approchaient.

Ces textes n’ont été découverts qu’en 1947 par un berger Bedouin qui, en lançant une pierre dans une des grottes, s’est rendu compte que quelque chose se trouvait à l’intérieur. Depuis 1965, ces manuscrits sont exposés au Sanctuaire du Livre au Musée d’Israël, à Jérusalem.

Ces parchemins offrent des informations essentielles sur la vie et la religion au temps de l’ancien Jérusalem, notamment sur la naissance du christianisme.

 

Désormais, n’importe qui à travers le monde peut voir, lire et interagir avec les cinq manuscrits numérisés de la Mer Morte. Les photographies, prises par Ardon Bar-Hamar offrent une résolution de 1200 mégapixels, une qualité 200 fois plus élevée qu’un appareil photo basique. Cela permet aux utilisateurs de percevoir les détails les plus infimes contenus dans ces textes. Par exemple, si vous zoomez sur le parchemin du Temple, vous aurez presque l’impression de toucher ce document écrit sur une peau d’animal dont l’épaisseur ne dépasse pas un dixième de millimètre. Vous pouvez parcourir les rouleaux par chapitre et verset, et cliquer directement sur le texte en hébreu pour lire la traduction anglaise. Partez à la découverte du Livre d'Isaïe, le plus connu des parchemins, qui se trouve dans la plupart des bibles, et laisser un commentaire ou contribuer à la traduction des ces textes dans votre langue.

 

Ces textes sont également disponibles directement depuis le moteur de recherche. Si vous cherchez des phrases célèbres issues de ces parchemins, un lien vers ce texte vous sera proposé dans vos résultats de recherche. Par exemple, si vous cherchez la phrase suivante [“Le loup habitera avec l’agneau“], vous verrez apparaître le lien vers le verset 6 du Chapitre 11 du passage du Livre d’Isaië.

Cette collaboration avec le Musée d’Israël de Jérusalem s’inscrit dans le cadre de notre engagement pour rendre accessible le patrimoine culturel et historique en ligne. Nous sommes ravis d’avoir pu contribuer à ce projet en offrant un hébergement sur Google Storage et App Engine : cela permet d’améliorer l’expérience des utilisateurs qui peuvent désormais consulter ces parchemins quel que soit l’endroit où ils se trouvent dans le monde. Nous nous sommes d’ailleurs déjà engagés dans des projets similaires par le passé. Par exemple, nous avons un partenariat avec Yad Vashem, le mémorial des victimes et survivants de l’Holocauste basé à Jérusalem, qui a permis de rendre accessible sur Internet la collection de photographies et de documents du musée. En février dernier, nous avons également lancé Google Art Project qui permet aux internautes du monde entier de découvrir plus d’un millier d’oeuvres d’art dans leurs moindres détails, grâce à un partenariat avec 17 musées du monde entier, dont le Château de Versailles pour la France.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article