Bouleversement de la politique étrangère italienne : soutien de Mario Monti aux Palestiniens. Fiamma Nirenstein

Publié le par danilette

      Fiamma Nirenstein – Roma (Rome, Italy)Nirenstein: "Palazzo Chigi ha scavalcato indebitamente tutto il Parlamento e ha cambiato l'intera politica estera italiana"


Le Premier ministre italien, Mario Monti a illégitimement contourné le parlement
pour transformer complètement la politique étrangère italienne 


Déclaration de l’On. Fiamma Nirenstein,
Vice-présidente de la Commission
 des Affaires Etrangères du Parlement italien :

« On n’a jamais vu un bouleversement politique comme celui auquel le Palazzo Chigi [la résidence du Premier ministre Mario Monti] nous a forcé d’assister, à l’improviste, au dernier moment, un véritable coup de tonnerre : le soutien à la reconnaissance unilatérale de l'état palestinien. C'est vraiment une mauvaise surprise, un renversement incompréhensible de ligne politique d’un parlement qui au fil des ans a construit une relation spéciale avec Israël : le parlement italien avait voté à l’unanimité contre le frauduleux rapport Goldstone et avait rejeté la soi-disant conférence de Durban 2, des liens solides avaient également été tissés au cours de ces années entre l’Italie et Israël dans les domaines scientifique, culturel et économique.

 

L’Italie, l’un des plus proches alliés d’Israël par choix démocratique, se retrouve aujourd’hui, sans que le Parlement n’ait jamais été consulté, dans la même ligne automatique que les pays islamiques, ensemble avec ce qu’il y a de pire en Europe : une Europe idéologique basée sur la crainte, la faiblesse, la soumission et qui est sensible à l’odeur du pétrole et à la peur de l’islam. L’Italie s’aligne sur l’Europe anti-israélienne et philo-arabe dont les chefs de file sont la France et l’Espagne toujours prêtes à émettre les plus sévères jugements contre le droit d’Israël à la légitime défense, indifférentes à sa sécurité toujours terriblement en danger et à sa démocratie vibrante. La politique étrangère de l’Europe n’est pas axée sur la démocratie qui a toujours été considérée comme une valeur négligeable contrairement aux États-Unis et ce n’est pas par hasard qu'ils soutiennent Israël.

 

Il n’est pas vrai, comme l’affirme le Palazzo Chigi [le Premier ministre], que cette résolution affirme le principe de deux états pour deux peuples. Au contraire, il détruit tout le travail accompli pour construire un processus de paix bilatéral. Ce n’est pas ce qui va faire naître l’État palestinien. Cette résolution confirme que les Palestiniens pour obtenir ce qu'ils veulent, n’ont aucunement besoin de faire des concessions sur le plan idéologique ou territorial. Elle confirme qu'ils n’ont pas le devoir de s’asseoir face à leurs interlocuteurs et qu'on leur accords de même le droit de ne pas les reconnaître comme interlocuteurs.

 

Sans parler des accords internationaux d’Oslo et ceux qui ont suivi : ce vote les annule tous et crée une situation chaotique dont le Hamas saura tirer profit. Au contraire de ce qui est affirmé, ce vote ne va pas aider les modérés. Le Palazzo Chigi aide en fait un point de vue extrémiste, isolationniste, accusateur, chargé de mépris et de haine envers Israël. Il l’a fait contre l’avis exprimé par le Parlement au cours des quatre dernières années ».

Rome, le 29 novembre 2012.

©Traduit par Danilette

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article