Le Tombeau de Joseph, clé de l'unité Juive, Michaël Freund

Publié le par danilette

La semaine dernière, dans le plus improbable des lieux, je suis tombé nez à nez avec la puissance de l'unité juive. C'était bien après minuit, lorsque le convoi de voitures israéliennes et d'autobus fortement gardé a commencé le court parcours à travers les rues désertes de Sichem (Naplouse). Des jeunes  hommes en uniforme de Tsahal, étaient postés le long du chemin,  gardant un œil vigilant sur les centaines de Juifs qui avaient bravé l'heure tardive et nos voisins hostiles pour visiter un antique Lieu saint juif dans le cœur du territoire sous contrôle palestinien.

Pendant des années, j'avais envie de visiter le tombeau de Joseph, le lieu de sépulture d'un de nos plus grands ancêtres bibliques et l'un des premiers sites religieux, historique et archéologique d'Israël. En effet, le regretté Dr Zvi Ilan, l'un des archéologues éminents d'Israël, a décrit le tombeau de Joseph comme "l'un des tombeaux dont la localisation est connue avec le plus haut degré de certitude et est basé sur la documentation continue depuis les temps bibliques" (tombeaux des Justes en Terre d'Israël, p. 365).

Selon le Livre de Josué (24:32), "Les os de Joseph que les enfants d'Israël ont remonté d'Égypte ont été enterrés dans Sichem [Naplouse en français], dans la partie du champ qui avait été acheté par Jacob." Les anciens textes rabbiniques tels que le Midrash mentionnent le site, ainsi qu' Eusèbe de Césarée, historien de l'Église, qui l'a visité il y a près de 1700 ans. Les géographes arabes,  les pèlerins juifs de l'époque médiévale, les historiens samaritains et même les cartographes britanniques du 19e siècle s'accordent tous sur l'emplacement du Tombeau de Joseph et son histoire.

Mais depuis qu'Israël a honteusement abandonné le site sous une grêle de tirs palestiniens le 7 Octobre 2000, la visite, est devenue un défi logistique.
Actuellement, les Israéliens sont autorisés à accéder à la tombe qu'une seule fois par mois, aux aurores et sous la supervision étroite de l'armée israélienne.
Des droits fondamentaux tels que la liberté de culte et de réunion sont bafoués, avec pour conséquence que seul un nombre restreint d'environ 1.200 Juifs sont en mesure de visiter le tombeau, au petit jour, une fois par mois .
Cela peut sembler beaucoup, mais la demande est beaucoup plus forte. Lors de ma visite, j'ai remarqué comment les téléphones portables des organisateurs n'arrêtaient pas de sonner,  ils étaient obligés de négocier avec les personnes qui argumentaient pour bénéficier d'une place  dans l'un des bus afin de pouvoir visiter la tombe. La plupart ont dû y renoncer .

Quand nous sommes arrivés à la petite enceinte, qui a été récemment rénovée après avoir été profanée par des Arabes palestiniens locaux, les fidèles sont descendus des autobus et se sont précipités dans la pièce minuscule, cherchant à obtenir une place le plus près possible de la tombe.
Des prières silencieuses étaient récitées, tandis que divers fidèles se balançaient, les yeux fermés,  la tête tournée vers le ciel. D'autres avaient sorti des petits volumes et ils pleuraient doucement en lisant les versets éternels des Psaumes.

Après avoir adressé quelques prières à mon Créateur, j'ai regardé la salle, m'émerveillant de la puissance spirituelle du lieu. Seul le peuple juif invoque les mérites de Joseph, son père fondateur avec cette force transcendante dans l'espoir de susciter la miséricorde divine même si de nombreux pays rendent hommage à leurs pères fondateurs.

Et puis une scène a attiré mon attention, si subtile et sublime qu'il m'a fallu quelques instants pour en apprécier la splendeur. Debout, près de la tombe, l'un à côté de l'autre, se tenaient quatre hommes qui apparemment n'avaient rien en commun. L'un était un officier de Tsahal religieux sioniste  en uniforme vert kaki. A côté de lui se tenaient un Juif hassidique avec sa longue barbe blanche,  habillé en costume traditionnel, un policier séfarade et un touriste américain portant une casquette de baseball arborant les lettres «NY».

Je pensais : Ces quatre Juifs vivent tous dans des mondes différents, leurs origines sont variées, leurs coutumes et idéologies sont diverses, et même les rythmes quotidiens de leurs vies sont différents. Et pourtant, pour quelques brefs instants, ils ont tous été attirés par ce lieu saint, et en dépit de tout ce qui peut les diviser, ils sont restés là, comme un seul homme, en mettant de côté toutes leurs distinctions et leurs divergences. Ils étaient quatre Juifs venus pour prier, seulement pour prier. Et c'est ainsi que cela devrait être.

Pendant des millénaires, le Tombeau de Joseph a été un aimant pour le pèlerinage juif et la prière. Mais aujourd'hui, il est au service d'une fonction tout aussi importante: un sanctuaire de l'unité juive  et de la concorde. Quelle parfaite ironie, pensai-je,  que Joseph,  victime de la rivalité fraternelle dans le récit biblique, puisse désormais devenir une telle force pour créer la fraternité juive.

Dans les circonstances actuelles, cela devrait être une raison suffisante pour élargir l'accès des Juifs à son tombeau. Actuellement, comme des voleurs dans la nuit, les Juifs sont obligés de se glisser dans Naplouse dans l'obscurité avec un arrangement qui est aussi humiliant que rebutant. Aucune nation se respectant n'imposerait de telles restrictions de visites sur un site d'une telle importance nationale et  Israël ne devrait pas le faire non plus.

L'état juif devrait reprendre le contrôle complet du Tombeau de Joseph et mettre en place des mesures permettants aux Juifs de pouvoir le visiter quand ils le souhaitent,  à la lumière du jour. C'est le minimum requis par la liberté de religion.

Deux fois dans l'histoire juive, Joseph a été abandonné par ses frères et remis à des étrangers. La première fois, c'était dans le récit biblique, quand il a été jeté dans une fosse et vendu à une caravane de marchands. La deuxième fois, c'était en Octobre 2000, lorsque sa tombe a été abandonnée aux émeutiers palestiniens.
Il est temps pour nous de réparer une fois pour toutes cette faute  et de reprendre le tombeau de Joseph qui est la clé de l'unité juive.

Article en anglais adapté par malaassot revu par Danilette

Articles liés :

Tombeau de Joseph en 1894

Tombeau de Joseph en 1894

Dernière mise à jour 16/10/15

Commenter cet article