Le Vatican allié du Hamas, Giulio Meotti

Publié le par danilette

       

Giulio Meotti                                 le Vatican                                                               le Hamas

http://www.informazionecorretta.it/main.php?mediaId=115&sez=120&id=46966 

Le cardinal Gianfranco Ravasi, président du département de la culture du Vatican a commenté la guerre entre Israël et le Hamas en lançant des accusations graves contre le peuple juif : « je pense au ‘massacre des innocents’, à Gaza les enfants meurent, leur mère aussi, c’est une douleur éternelle et universelle ».

 

Le cardinal Gianfranco Ravasi

Ce haut représentant de l'église catholique a comparé l'action israélienne à Gaza contre les groupes terroristes avec l'histoire du nouveau testament* qui rapporte comment Hérode dans sa tentative de tuer Jésus, ordonne de tuer tous les petits enfants juifs.

Ravasi a donc défini les Israéliens comme des tueurs d'enfants, un acte d'accusation honteux et complètement antisémite parce qu'il accuse subtilement l'État juif de la mort d'un nouveau Jésus, cette fois symbole du peuple palestinien.

Il a réitéré cette diffamation contre Israël durant la présentation du nouveau livre de Benoît XVI sur la vie de Jésus. L'histoire d'Hérode qui tue tous les enfants innocents dans le but de tuer Jésus a toujours été utilisé par les organisateurs de pogroms.

 

William Shomali

il y a quelques semaines, dans une interview à l'hebdomadaire catholique « Famiglia Cristiana », Shomali a affirmé que "la haine contre le chrétien est déjà contenue dans le Talmud lui-même et que le Talmud, le livre sacré des ultra orthodoxes, plus vénéré encore que la Bible, parle de Jésus en termes négatifs, utilise des mots encore pires pour parler de Marie et en général de tous les chrétiens. Dans les écoles d'Israël on n'enseigne pas l'amour du prochain mais sa destruction ».

 

Dans une interview avec l'agence de presse du Vatican, Michel Sabbah, patriarche émérite de Jérusalem, a déclaré que « la bande de Gaza vit depuis de nombreuses années sous le poids d'un embargo absurde qui déshumanise la vie d'un million et demi de personnes ».

 The retired Latin Patriarch of Jerusalem, Michel Sabbah, was to preach in the Roman Catholic church in the northern West Bank city of Nablus. (File photo)

Sabbah a signé une pétition avec une centaine de dirigeants chrétiens afin que la communauté internationale se mobilise pour reconnaître l'État palestinien comme membre des Nations Unies. Parmi les différents signataires, l'évêque grec orthodoxe Atallah Hanna, un antisémite notoire qui bénit les attentats-suicides contre les civils israéliens.

 

A ce jour, le pape n'a jamais condamné les tirs de roquettes sur les villes du sud d'Israël même avant cette récente guerre. Les autorités catholiques et le pape lui-même ont condamné l'explosion de violence à Gaza seulement après qu'Israël ait commencé à bombarder les installations de missiles des groupes terroristes. Mais jamais une seule condamnation avant.

 

Pendant la guerre de 2009, les autorités du Vatican définissaient Gaza comme « un camp de concentration ». Après cette comparaison avec le nazisme, voici que l'église catholique reprend une autre accusation, celle « d'assassins du Christ ».

 

Giulio Meotti est l'auteur de « Nous n'arrêterons pas de danser », publié en anglais sous le titre « une nouvelle Shoah », il écrit pour le Yediot Aharonot, le Wall Street Journal, Arutz Sheva, FrontPage Mag, The Jerusalem Post, Il Foglio. Il prépare un nouveau livre sur les relations entre Israël et le Vatican.

 

--------------------------
Notes de la traductrice :

* il n’y a aucune trace historique de ce massacre de nouveau-nés juifs ordonné par Hérode, il s’agit de la transposition de l'ordre donné par Pharaon de tuer tous les nouveau-nés mâles des esclaves hébreux

                                    ©Traduit de l'italien par Danilette


Mise à jour : voici les liens qui renvoient à la traduction de l'article en anglais paru dans israelnationalnews, j'ai noté que la version anglaise très bien traduite par Aschkel est légèrement différente de la version italienne ...

http://www.debriefing.org/31287.html

http://www.israel-flash.com/2012/11/vaticangaza-la-reaction-abjecte-de-leglise/#axzz2D3ghLIeL


Publié dans Giulio Meotti

Commenter cet article

Fiodor 28/11/2012 09:46


Je pense qu'il faut commencer par distinguer la question des relations judéo-chrétiennes au plan religieux de celle de la situation politique au Proche-Orient. Sur la première, je reste convaincu
que les épouvantables thèses du déicide et de la substitution, qui ont provoqué tant de persécutions, sont définitivement enterrées, du moins dans la "grande nef" de l'Eglise. Il reste bien sûr
des courants qui ne les ont pas abandonnées, notamment parmi les intégristes, mais ils sont marginaux. 


Sur la question politique, je ne dispose évidemment pas - pas plus que vous sans doute - de "toute" l'information sur les prises de position des uns et des autres, dans l'Eglise. Je ne pense
pas que le Vatican ait d'autre position "officielle" que de prôner la création d'un Etat palestinien indépendant vivant en paix côte à côte avec l'Etat d'Israël. On peut la juger utopique, mais
n'est-elle pas aussi soutenue par des franges importantes de l'opinion juive? Difficile donc d'y voir de l'antisionisme et, a fortiori, de l'antisémitisme.


Tout cela étant, la partie n'est pas gagnée. Mais soyez confiants: beaucoup de catholiques (et davantage encore de protestants évangéliques) aiment Israël et dénoncent résolument les prises de
position partiales ou injustes de responsables catholiques. עם ישׂראל חי

Fiodor 27/11/2012 22:33


Les paroles du cardinal Ravasi sont particulièrement malvenues et déplacées, mais je doute qu’il soit motivé par des sentiments antisémites. Qu’il y ait des responsables
catholiques hostiles à Israël n’est un secret pour personne. C’est, en particulier, le cas de la plupart des prélats du Proche-Orient, comme Michel Sabbah. Mais je pense qu’il est excessif
d’incriminer « le Vatican » (signifiant qui désigne finalement l’Eglise catholique tout entière), alors qu’un bon nombre de responsables catholiques luttent pour éliminer les vestiges
d’antijudaïsme qui subsistent chez un certain nombre de chrétiens. Benoît XVI, sans doute d’une manière plus effacée que son prédécesseur, est certainement un allié convaincu de ceux qui
promeuvent les avancées réalisées depuis Nostra Aetate dans le dialogue judéo-chrétien et la prise en compte de la mission particulière du peuple juif. Donc, on a raison de dénoncer des
prises de position telles que celles de Ravasi ou de Sabbah – et, pour ma part, je m’y emploie, avec mes modestes moyens – mais évitons de généraliser…

danilette 28/11/2012 00:00



Le titre de l'article m'a également interpellée, le titre n'est généralement pas écrit par le journaliste mais par le rédacteur du journal,  je serais très heureuse de savoir que ce n'est
pas la position officielle du Vatican, comment pouvez-vous me le confirmer ? La position des évêques orientaux est notoirement anti-israélienne et souvent anti-juive et n'a malheureusement pas
évoluée depuis le célèbre Mrg Capucci qui servait de passeur d'armes pour l'OLP. Pourquoi se trompent-ils autant ? Pourquoi ne témoignent-ils pas, eux qui sont en première ligne, d'un peu de
solidarité avec leurs frères chrétiens Coptes terriblement discriminés en Egypte ? Je me pose la même question depuis longtemps avec le Pape, pourquoi ne condamne-t-il pas les persécutions des
Chrétiens par les Musulmans ? Il ne faut évidemment pas espérer qu'il adopte une attitude équilibrée et condamne par ex les tirs de roquettes sur les civils israéliens... on me l'a expliqué à
plusieurs reprises c'est pour ne pas aggraver la situation etc. mais j'avoue que j'ai du mal à comprendre cet argument. C'est certainement grâce à des Chrétiens comme vous que les choses pourront
évoluer un jour mais vous êtes si peu nombreux, merci encore plus pour ce que vous faites.



Arnold Lagémi 27/11/2012 06:16


Excellente analyse qui confirme qu'en dépit de la rectification papale, l'habitude de considérer les Juifs comme peuple déicide est plus ancrée dans les consciences que toutes les conclusions de
Vatican II.


Les tentatives de nos amis Catholiques pour dire que leur fraternelle solidarité  reste plus forte, n'efface pas le point de vue du Saint Siège, seul habilité à parler au nom de l'Eglise.
Elles confirment que Vatican II n'était qu'un "catalogue d'intentions." Guerre aux illusions et aux chimères: l'amitié de nos amis ne vaut pas engagement de l'Eglise!

danilette 28/11/2012 00:01



Je me demandais justement ce que vous pourriez penser de cet article, j'ai la réponse. Regardez le commentaire de notre fidèle ami Fiodor



jacobys 24/11/2012 08:59


le vatican devrait s'occuper de ses enfants en syrie egypt etc...au lieu de cracher leur venin sur les juifs ils esperent LA CLEMENCE DES ARABES ENVERS LES CHRETIENS (ils croient au pere
noel) SI ILS PRENNENT PARTI CONTRE LES JUIFS