Les Chrétiens critiquent Israël mais ferment les yeux sur les violences islamiques, Fiamma Nirenstein

Publié le par danilette

http://www.fiammanirenstein.com/articoli.asp?Categoria=3&Id=2448


Il Giornale, 19 ottobre 2010
Les religieux accusent Jérusalem pour la situation en Palestine mais l'Etat juif est l'unique de la région dans lequel la population des fidèles du Christ augmente.
 Il est facile d'imaginer les préoccupations de l'Église concernant ses Chrétiens au Moyen-Orient, et c'est pourquoi le Synode des évêques a tenu une longue session de travail sur les problèmes de la région. L'islam n'aime pas les Chrétiens d'Orient : il les a forcés à fuir, et il est vrai qu'ils constituent aujourd’hui seulement 6% de la population du Moyen-Orient. Il existe un seul pays où les chrétiens ont augmentés en nombre : Israël où la population chrétienne est passée de 34 000 en 1949 à 163 000 aujourd’hui et d’après les projections, elle atteindra 187 000 en 2020. Au contraire, dans les pays musulmans, la population chrétienne diminue, mais les 50 églises de Terre sainte ne semblent pas s’en rendre compte. Elles préfèrent accuser Israël, où elles jouissent pourtant de la pleine liberté de culte et d’expression.
 Selon le rapport du Département d'Etat américain sur la liberté religieuse, en Turquie en 2007, il y avait 2 millions de chrétiens, aujourd’hui ils sont 85 000 ; au Liban ils sont passés de 55 % de la population à 35 % ; en Égypte, leur nombre a été réduit de moitié ; en Syrie où ils constituaient la moitié de la population, ils ne sont plus que 4 % ; en Jordanie, ils sont passés de 18 % à 2 % ; en Arabie Saoudite on parle de « Chrétiens invisible ». En Iran, il n’existe pratiquement plus de Chrétiens. À Gaza il en reste 3000 soumis à une constante persécution. Tout cela, les hiérarchies chrétiennes l’avouent du bout des lèvres, ce qu’on peut comprendre ; mais il est inadmissible que pour ne pas heurter leurs propres persécuteurs, ils accusent à la place Israël, dans un forum important comme le Synode.
 Pourtant une partie de l’église le pense aussi : après un premier incident où un personnage de grande importance, le Custode de Terre sainte, Pierbattista Pizzaballa prétend avoir eu sa signature abusivement utilisée dans un document qui était une excommunication théologique de l’État d’Israël, il dit dans une conférence de presse qu’aucune église de Terre sainte n’y a souscrit. Il fait savoir qu’il n’est plus de la partie. Mais si vous allez sur le site www.kairospalestine.ps *,vous trouvez en bonne place des signatures très importante au bas de ce document rédigé en décembre 2009 et qui doit être présenté aujourd’hui au synode : en fait, on trouve le Patriarche latin, Mgr Fouad Twal, Pizzaballa lui-même (un brave franciscain intelligent et fin intellectuel), le Patriarche grec orthodoxe Théophile III, l’Arménien Torkon Manugian et le Copte Anba Abraham en plus du Luthérien Manib Yunan et de l’Anglican Suheil Dawani. 

Le précédent Patriarche Michel Sabbah, un apôtre inconditionnel de la cause palestinienne, présentera un document qui parle au nom de « nous, les Chrétiens palestiniens ».Ce document dit : « l’occupation militaire est un péché contre Dieu et contre l’homme » et excommunie de fait les Chrétiens qui soutiennent Israël, s’en prend à l’existence même d’Israël, compare la barrière de sécurité qui a bloqué 98 % des actes de terrorisme, à l’Apartheid, attaque les implantations en invoquant le nom de Dieu, éradique conceptuellement l’État juif, en l’imaginant mixte, musulman, chrétien et peut-être aussi un petit peu juif. Il donne également une légitimité au terrorisme quand il dit que « des milliers de prisonniers croupissent dans les prisons israéliennes » et « qu’ils font partie de notre réalité ». En fait « la résistance au mal de l’occupation est un droit et un devoir pour un chrétien ».

Mgr Twail a fait plusieurs déclarations, il a dit qu'au lieu de deux Etats pour deux peuples, on pourrait en imaginer un seul, ignorant le fait que les réfugiés et le taux de natalité arabe submergeraient les Juifs. Il a déclaré aussi que la raison de l’exode des Palestiniens chrétiens est à 100 % sans le moindre doute dûe à l’occupation israélienne. Il fait probablement référence à la liberté de mouvement réduite par la barrière et les contrôles de sécurité qui augmentent ou diminuent en fonction des menaces terroristes complètement ignorées par Twail. Mais il y a une erreur dans le raisonnement du Patriarche, Israël est le seul pays au Moyen-Orient où la population chrétienne augmente, alors qu’en Cisjordanie sous l'Autorité palestinienne, elle a diminué de 29%.

L'occupation israélienne réduit certains déplacements, mais réduit certainement davantage les enlèvements, les meurtres, les représailles des Tanzim (de l’OLP) et du Hamas contre les Chrétiens. En plus, même s’il peut y avoir des discussions entre les trois religions à Jérusalem (seule ville où la présence chrétienne en Israël a diminué, peut-être en raison du climat de conflit), elles sont toujours ouvertes et se déroulent dans un climat totalement libéral garanti par la loi. Toute personne qui se rend dans la capitale d'Israël, peut voir les foules de pèlerins, les processions, les fidèles de différentes confessions et ethnies. 

La liberté de religion, d'accès, de culte est totale, comme elle ne l'a jamais été depuis l'époque de la conquête islamique.

Les églises de toutes sortes, de toutes dimensions ont voix au chapitre, ont une entité juridique, des propriétés immobilières et des capitaux, en plus d’une totale liberté d’opinion. Dans les pays arabes, c’est le contraire qui est vrai. Certaines personnes à l’intérieur du synode, contrairement aux représentants de Jérusalem, ont dénoncé la persécution musulmane comme l’a écrit le journal Il Foglio : Gregorius III Laham, Patriarche d’Antioche, l’archevêque syrien d’Irak, Basile Georges Casmoussa, François Eid, évêque égyptien et d’autres ont osé parler de la situation de contrainte dans laquelle vivent leurs frères. 

Dans l'ébauche d'appel final qui sera voté vendredi, le Synode propose à nouveau l'Église comme garante de la liberté de culte et des libertés individuelles de toutes les religions.

Mais s'il manque une sanction pour ce que subissent les Chrétiens dans les pays musulmans et si elle continue à s’en prendre aux Juifs qui n’y sont pour rien, comment elle pense les soutenir moralement et pratiquement ? 

© adapté de l’italien par http://danilette.over-blog.com
 Pour toute diffusion, merci de mettre un lien renvoyant à l'article


- Voir le bel article sur le même sujet  En Israël les judéo-chrétiens se développent par Sandro Magister 

*Voir une brève introduction au document KairosPalestine en français :

Ce document est la parole qu’adressent au monde les Palestiniens chrétiens à propos de ce qui

se passe en Palestine. Elle est écrite en ce moment où nous désirions voir la gloire de la grâce

de Dieu dans cette terre et dans les souffrances du peuple qui l’habite. C’est dans cet esprit

que ce document prie la communauté internationale de se tenir aux côtés du peuple

palestinien qui a supporté l’oppression, les déportations, les souffrances et un véritable

apartheid pendant plus de six décennies. Les souffrances continuent tandis que la

communauté internationale observe en silence l’état occupant, Israël... (Pour ceux qui ont le courage de lire cette prose)

*ou version complète en anglais 

Mise à jour 17/4/2014




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bernard 18/04/2014 11:48


Il faut se souvenir que l'église Catholique a eu des papes qui ont soutenu les nazis ..Il n'y a donc rien d'étonnant a ce que les Catholiques soutiennent encore cette secte politique islamiste
pédophile qui les arrangerait bien car ils pourraient pratiquer au grand jour la pédophilie qui est le fort de tous leur ecléciastique et que le pape soutient .
Grand bien leur en fasse et que leur diables les maudissent !!