Les chrétiens palestiniens béatifient leur cauchemar, Guilio Meotti

Publié le par danilette

Lire l'article en entier sur : observatoiredumoyenorient.blogspot.fr

Voici l'éditorial écrit par Giulio Meotipublié par Arutz 7, adapté en français par Arthur,  sur le film "Les pierres Crieront" veritable instrument de propagande.

Je laisse parler Bat-Ye'or : "Otages du monde arabo-musulman, les églises chrétiennes d'Orient propagent en Occident l'antisémitisme et l'antisionisme. Prétendant avoir toujours bien vécu dans le monde musulman, elles attribuent la détérioration de leurs relations avec l'islam à la création de l'Etat hébreu, alors que la destruction du christianisme oriental et les nombreux massacres qui ponctuèrent [et ponctuent] ce processus, précédèrent de plusieurs siècles le rétablissement de l'Etat hébreu".

 Les Chrétiens arabes palestiniens ont choisi de soutenir ceux qui veulent détruire le christianisme. La haine des Juifs forge un lien entre ces ennemis. 


 Le film "Les pierres crieront" par la cinéaste italienne Yasmine Perni prétend "donner un compte rendu détaillé de l'histoire récente de la région historique, culturelle et politique occupée par les chrétiens palestiniens, et de leur lutte contre le colonialisme".


 

 
Le cinéma est l'un des outils les plus puissants de la propagande des chrétiens arabes palestiniens.  
Ce documentaire est financé et sponsorisé par Sabeel, l'organisation chrétienne basée à Jérusalem qui fomente l'antisémitisme à travers les Ecritures, alors que des autorités catholiques et les propagandistes de l'OLP , comme Hanan Ashrawi ont «béni» le film. Ashrawi et ses amis chrétiens ont repris la mission d'embellissement du cauchemar palestinien. Le problème de ces chrétiens n'est pas la barrière de sécurité, mais la barrière idéologique qui les a toujours placé de l'autre côté, contre les Juifs.

Ces chrétiens palestiniens croient qu'ils sont les bénéficiaires de la supériorité culturelle islamique et qu'ils peuvent se sauver en rejetant le judaïsme (Israël) et le christianisme (l'Occident) dans les poubelles de l'histoire.  Pour la première fois l'hiver dernier à Bethléem , on a pu entendre le muezzin clamer :  "après le samedi vient le dimanche». Cela signifie qu'une fois que les musulmans en auront fini avec les juifs, viendra le tour des chrétiens.  Et les chrétiens n'auront qu'eux-mêmes à blâmer.
Tout en se prétendant des victimes innocentes qui résistent à "l'occupation", qui n'aspirent qu'à "la «sécurité, la justice et la paix», ces chrétiens arabes palestiniens acceptent le vandalisme de synagogues et des cimetières, l'incendie des  écoles juives et l'assassinat d'innocents civils juifs, et surtout, surtout  la mantra , scandée face au monde que l'Etat d'Israël est une entité qui doit être détruite. 

Miftah, l'ONG fondée par Hanan Ashrawi, a récemment publié un article affirmant que les Juifs utilisent le sang des chrétiens pour des rituels de Pâque. Il y a une longue tradition d'antisémitisme de l'establishment chrétien palestinien. En 1989, le patriarche catholique romain de Jérusalem, Mgr Michel Sabbah a soutenu l'Intifada alors qu'il célébrait une messe de Noël dans la maison natale de Jésus. "En dépit de tout ce qui vous arrive, vous allez gagner, à la fin vous gagnerez», a déclaré le Patriarche Michel Sabbah, nommé par le pape Jean-Paul II.  Place de la Mangeoire, les musulmans scandaient: «Le sionisme est l'ennemi de Dieu!" Et : "Juifs, Mohammed est de retour!". 

Mais ce n'est pas seulement la faute d'Ashrawi. C'est toute toute un establishment chrétien, y compris des maires chrétiens de Bethléem, des prélats chrétiens et des évêques nommés par Rome, des intellectuels chrétiens comme Edward Said et des chrétiens ordinaires  comme les personnes interrogées pour des films tels que "Les Pierres crieront". Les chrétiens palestiniens ont manipulé si bien l'opinion publique occidentale, que lors des très rares occasions où les médias occidentaux couvrent la véritable situation des chrétiens dans les territoires palestiniens sous l'Autorité Palestinienne, ce n'est que pour dénoncer Israël et sa barrière de sécurité ou les checkpoints. 

L'année dernière, le présentateur vedette de CBS, Bob Simon, a présenté les chrétiens arabes palestiniens, accusant "l'occupation" israélienne d'être responsable de leur disparition dramatique. Ces "60 Minutes" ont causé d'énormes dégâts à l'image d'Israël. Comme dans le cas de "Les Pierres crieront", la vidéo de CBS ne mentionne pas les mariages forcés, les conversions, les coups, les vols de terres, les incendies criminels, le boycott commercial, la torture, les enlèvements, le harcèlement sexuel et l'extorsion dont souffrent les chrétiens arabes sous la terrible dictature de l'OLP.

Un rapport de 2002, basée sur le renseignements recueillies par les israéliens lors de l’Opération Bouclier Défensif, a démontré que «le réseau des forces de sécurité d'Arafat ont intimidé la population chrétienne de Bethléem. Ils ont extorqué de l'argent, confisqué des terres et des biens et ont laissé sans protection les chrétiens à la merci des gangs de rue et d'autres criminels ".
Les tombes Chrétiennes, des croix et des statues ont été profanées et des chrétiens ont souffert d'abus physiques, les coups et des attaques au cocktail Molotov.Mais ce serait une erreur que de dépeindre ces chrétiens comme de simples victimes de violence arabo-musulman. 

Eux aussi sont coupables, car ils choisissent de diaboliser Israël comme le violeur des droits de l'homme.Après la guerre de 1948, les communautés chrétiennes ont le plus souffert en Judée, pas «sous l'occupation d'Israël», mais parce que les réfugiés musulmans ont été installés chez eux par la direction corrompue de l'OLP . Selon le journaliste émérite Danny Rubinstein, qui écrit sur les Arabes palestiniens depuis 46 ans : "Bethléem a vu affluer de milliers de réfugiés musulmans des villages du  sud de Jérusalem, et trois camps de réfugiés y ont été érigés".  
Jusqu'à ce que les terroristes palestiniens aient transformé Bethléem en sanctuaire pour des kamikazes et des assassins de juifs, les arabes chrétiens de Bethléem  étaient libres d'aller  à Jérusalem, tout comme beaucoup d'Israéliens visitaient la "petite ville" en Judée.


L'horrible gang d'Arafat a transformé Bethléem et ses lieux saints en une ville qui a lancé une série d'attentats terroristes meurtriers à Jérusalem au cours de l'Intifada de 2000. A Beit Jala, la ville chrétienne à la périphérie de Bethléem, les tireurs d'élite islamiques ont établi et utilisé des positions de tir à côté des églises et des institutions chrétiennes. Leur cible était Gilo, un quartier résidentiel juif, du Sud de Jérusalem, mais in fine ils voulaient aussi nettoyer la région des arabes chrétiens.Le résultat est que 25.000 chrétiens ont quitté Beit Jala , seulement 6.000 chrétiens vivent encore dans cette ville.

Les Juifs ont toujours contesté toute sorte de totalitarisme et sont aujourd'hui en première ligne pour contester un islam politique qui veut détruire leur âme: l'Etat d'Israël. Les chrétiens palestiniens se présentent aujourd'hui du côté opposé de la barricade. Un jour, ils pourraient se rendre compte de l'erreur stratégique qu'ils ont faite en se joignant au fascisme palestinien, mais ce sera trop tard pour eux tous.

 

Commenter cet article

abbé arbez 29/10/2013 16:46


je confirme le fait que les commandos d'Arafat ont terrorisé les chrétiens de Beit Jala. Le Père Yacoub Abdennnour, le curé catholique de cette ville a passé plusieurs jours chez moi à Genève et
m'a raconté en détail le cauchemar vécu par ses paroissiens. L'impunité des harceleurs, les représailles contre ceux et celles qui osaient se plaindre, la traque meurtrière de pauvres victimes...