Les composantes de la force du Hamas, Mordechai Kedar

Publié le par danilette

Par le docteur Modehaï Kedar, le 30/07/2014, traduit par Meïr Ben-Hayoun

http://dev.tobeweb.eu/esty/J24/blog/2014/08/04/les-composantes-de-la-force-du-hamas/

Avant l’Opération Rocher inébranlable[i],  de nombreux « experts » ont été entendus dans les médias nous expliquant à quel point le Hamas est au plus bas : on lui a coupé les vivres - l’Egypte d’A Sissi lui a tourné le dos – il est en disgrâce par l’Arabie saoudite - il n’a plus de quoi payer les salaires – dans la Bande de Gaza il a un Etat dont il doit se soucier en premier lieu –par conséquent, sa capacité à lutter est tout ce qu’il y a de plus limitée et nous serons en mesure de le mettre à genou parce que nous disposons du « Dôme de fer » qui nous protègera et donnera du temps et tout l’espace nécessaire pour faire usage de force militaire, et plus particulièrement notre force aérienne infiniment plus puissante que de la force du Hamas. De plus, de façon exceptionnelle, cette fois-ci, le monde nous soutient dans cette confrontation.

Aujourd’hui, après quatre semaines de frappes aériennes et deux semaines après le début de l’offensive terrestre, après plus de 1200 tués et plus de 7000 blessés dans la Bande de Gaza, le Hamas ne cède pas et ne brandit pas le drapeau blanc. Il continue à lancer ses missiles sur Tel-Aviv et sur le Sud. La population de Gaza ne se rebelle pas. Réfléchissons un instant ce qui arriverait au Gouvernement israélien si nous avions un nombre semblable de tués et de blessés. C’est alors qu’il s’avère que tous les « facteurs de faiblesse » du Hamas, les tunnels vers le Sinaï qu’A Sissi a fermés, l’Arabie Saoudite le boudant, les fonds et tout le reste, tout ceci n’a pas l’effet escompté par ces « experts ».  Ou bien que le Hamas n’est pas du tout ce que ces « experts » nous ont raconté qu’il est.

Effectivement, notre erreur procède du fait que nous avons tendance à regarder notre ennemi au travers du prisme de notre culture : nous avons besoin de fonds, d’une  armée puissante, d’être protégés des missiles, d’alliés régionaux et de soutien international. Et nous estimons que si le Hamas ne dispose pas de tels éléments, alors il est faible comme nous le serions si nous ne les avions pas. Il n’y a d’écueil plus énorme que cela du fait que le Hamas se structure sur une culture totalement autre, différente de ce que nous connaissons, et ses composantes de force ou de faiblesse n’ont rien à voir avec les nôtres. LIRE LA SUITE 

Publié dans Mordechai Kedar

Commenter cet article