Les Fleurs du Mal, Jacques Kupfer

Publié le par danilette

http://www.israel7.com/2012/03/les-fleurs-du-mal

Plusieurs événements se sont déroulés ces derniers jours impliquant des arabes « israéliens » et présentés comme n’ayant aucun lien entre eux.
Une meute d’arabes composée d’une quinzaine d’individus agresse à la sortie d’un hôpital à Haiffa deux soldats qui s’y rendaient pour des soins. Les arabes les frappent avec des bâtons et barres de fer, gravent au cutter le mot chien sur le crâne de l’un des soldats. Un véritable lynchage de barbares déchainés qui n’a pris fin qu’avec l’arrivée des services de sécurité de l’hôpital. Et cela se passe dans cette Haiffa que l’on désignait comme « Haiffa la Rouge ». Une ville où en 1948, les parents de ces arabes recevaient des tracts leur demandant de rester et de construire ensemble un avenir harmonieux de coexistence ! Une ville où la gauche israélienne a tout fait pour mélanger les populations et pratiquer la « discrimination positive ». Une ville où l’on ne chante plus la Hatikvah à l’Université pour ne pas heurter la sensibilité de ces squatters arabes. Une ville où les arabes ont bénéficié de logements sociaux, de travaux municipaux, d’assistance sociale et de tous les droits civiques. Une ville qui devait être le modèle d’une sereine vie commune. Comme à Akko avant le pogrome récent où furent incendiées des habitations juives. Coexistence !!
Le Mont des Oliviers…
Dans le même temps, une délégation de juifs américains est venue se plaindre à la Knesseth auprès de la Commission d’Alya, d’intégration et des liens avec les Communautés de Diaspora présidée par M. Dany Danone.
La plainte concernait la situation sur le Mont des Oliviers où existe un des plus anciens cimetières juifs du monde. Les pierres tombales avaient servi sous l’occupation des Transjordaniens à l’édification d’édicules et le cimetière a été saccagé. On ne peut que constater aujourd‘hui que les juifs désireux de se rendre sur les tombes des disparus doivent prendre une escorte armée car l’insécurité y est totale. Les habitants du quartier jouxtant le cimetière ont pris l’habitude de vandaliser les pierres, briser les stèles mortuaires et profaner les sépultures. Les élèves de l’école arabe de Ras El Amoud ont pour jeu préféré la lapidation des voitures de Juifs traversant ce quartier. Si une telle situation avait prévalue dans n’importe quel pays européen, si des tombes étaient profanées, les protestations auraient fusé mais à Jérusalem ni Tsahal ni la police ne mettent un terme à ces exactions.
Le Mufti…
C’est de manière routinière que le Mufti de Jérusalem dans la droite ligne de ses prédécesseurs et du premier d’entre eux, le collaborateur d’Hitler, continue de lancer ses imprécations, appeler au meurtre des Juifs et inciter aux émeutes en propageant mensonges et calomnies. Il reste en fonction sans intervention des services judiciaires de notre Etat.
Dans la douleur, le peuple juif commémore l’assassinât il y a un an de la famille Fogel à Itamar. L’animal sanguinaire qui a commis ces meurtres a déclaré être « fier d’avoir égorgé un bébé juif ». Il ira en prison pour y recevoir des conditions d’un hôtel étoilé, aura une rue à son nom chez les modérés de Ramallah et attendra le prochain échange de prisonniers. La peine capitale n’avait pas été requise. Lire la suite

 

Commenter cet article