Les Juifs de Zante (Zakynthos), Olivier YPSILANTIS

Publié le par danilette

http://zakhor-online.com/?p=6292

A ma grand-mère grecque qui m’a toujours parlé des Juifs avec émotion et, parfois, avec des larmes aux yeux. A Laura Stroumsa, juive d’Athènes, et à son époux Jacques Stroumsa, juif de Salonique, tous deux rescapés de la Shoah, que j’ai eu la chance de rencontrer à Madrid, par une journée d’hiver tiède et ensoleillée. 

 

Monseigneur Chrysostomos

Monseigneur Chrysostomos (1890-1958), déclaré «Juste parmi les nations» en 1978 avec le maire, Lucas Carrer :

http://www.yadvashem.org/yv/en/righteous/stories/chrysostomos_karreri.asp

 

Zante (ou Zakynthos) est la plus méridionale des îles ioniennes, un groupe d’îles au débouché de l’Adriatique dont l’histoire antique et moderne est particulièrement riche. Parmi ces îles, Céphalonie, l’île de Mangeclous du clan des Valeureux, ‟Mangeclous” le roman éponyme d’Albert Cohen né à Corfou en 1895. L’île de Céphalonie m’est chère pour Albert Cohen mais aussi parce que l’une des branches de ma famille y a jeté des racines. Ils venaient de Crète où, à la fin du XIIe siècle, quelques années après le départ des occupants arabes, l’empereur Alexis II Comnène (un bien triste empereur) avait envoyé des colons en Crète sous la direction d’une douzaine de nobles byzantins. Parmi ces derniers, l’ancêtre de cette branche. L’émigration entre la Crète et Céphalonie s’est faite en plusieurs temps et sur plusieurs siècles. En 1669, une troisième vague de Crétois quitta La Canée pour les îles ioniennes ; ils étaient les derniers combattants à s’être opposés à l’envahisseur ottoman. Parmi eux un parent, encore.

 ▿

8 septembre 1943, le maréchal Pietro Badoglio signe l’armistice. La 33a Divisione Acqui constitue l’essentiel des troupes italiennes de Céphalonie, soit 11 500 hommes et 525 officiers commandés par le général Antonio Gandin. Les Allemands se mettent à considérer les Italiens avec suspicion. Le 10 septembre, ils leur présentent un ultimatum exigeant qu’ils déposent les armes sur la place centrale d’Argostoli, un village de l’île. Les Italiens refusent une condition si humiliante. Le jour suivant, les Allemands transmettent leurs nouvelles conditions. Le général Antonio Gandin doit choisir entre : rester à la disposition des Allemands, les combattre ou rendre les armes. Le 14 septembre, les soldats de la 33a Divisione Acqui sont invités à exprimer leur opinion sur ces nouvelles conditions. Réponse unanime : ‟Guerre à l’Allemand !”, d’autant plus qu’un message envoyé de Rome engage les soldats italiens à prendre les armes contre les Allemands. Le 15 septembre, les Allemands numériquement inférieurs font parvenir des renforts et de l’aviation. La lutte va se poursuivre jusqu’au 22 du mois. Les Italiens qui ne disposent que d’une très faible défense antiaérienne sont écrasés. Par ailleurs, la décision prise par le général Antonio Gandin d’abandonner les hauteurs de l’île ne facilite pas la défense italienne qui ne peut empêcher l’arrivée des renforts allemands. Le 22 septembre, les Italiens hissent le drapeau blanc. Les soldats italiens qui ont été faits prisonniers sont fusillés sur ordre direct de Hitler. Les Allemands entreprennent de ratisser l’île. Les Italiens sont massacrés par milliers. Le général Antonio Gandin n’est pas épargné. L’historien Giorgio Rochat estime à 6 500 les pertes italiennes, dont seulement 1 300 au combat, tandis que l’historien Alfio Caruso les estime à 9 400 en incluant les victimes des naufrages. En effet, environ plusieurs milliers de prisonniers entassés dans des pontons ont fait naufrage après avoir heurté des mines disposées dans la mer Égée. Les rares survivants mourront pour la plupart dans des camps. La 33a Divisione Acqui est pratiquement anéantie. Des survivants rejoignent les partisans grecs.

En hommage à ces soldats et officiers massacrés :

— un reportage en italien (durée 52 mn), ‟Cefalonia 1943 – L`eccidio della divisione Acqui” :

http://www.lastoriasiamonoi.rai.it/puntate/cefalonia-1943/455/default.aspx

— un compte-rendu en italien des événements, suivi d’un historique de la 33a Divisione Acqui et une notice biographique concernant le général Antonio Gandin :

http://www.pacioli.net/ftp/def/cefalonia/cefalonia_storia_di_una_strage.htm

 

J’en viens au sujet principal de cet article, les Juifs de Zante (Zakynthos), une communauté qui fut sauvée grâce au courage des autorités grecques de l’île, tant politiques que religieuses, avec l’appui de la population locale. Ils furent sauvés, contrairement aux Juifs de Corfou... lire la suite

 


Ionienne Carte

 

Publié dans Olivier Ypsilantis, Shoa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article