"Mur israélien" et murs dans le monde

Publié le par danilette

Voici un article d'autant plus intéressant qu'il est écrit par Shiraz Maher*, ancien membre du groupe islamiste Hizbut-Tahrir, désormais repenti !


 9/11/2009

A world of walls?
Un monde de murs ?
Par SHIRAZ MAHER
http://standpointmag.co.uk/node/2396 

http://newsimg.bbc.co.uk/media/images/44142000/jpg/_44142020_ext_mayer2_203.jpg

  Israel has one - but have you heard about the others?
Israël en a un mais avez-vous entendu parler des autres ?


Aujourd'hui marque le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin. Durant cette période de nombreuses autres barrières et murs ont été élevés autour du monde et la BBC a très bien documenté ce sujet dans un article étonnant : http://news.bbc.co.uk 


Bien sûr, celle dont nous avons tous entendu parler, c’est la barrière de sécurité d'Israël, qui a provoqué de féroces critiques après sa construction en 2003. Elevée en réponse à l'intifada palestinienne qui a causé plus 
de 900 morts depuis septembre 2000, la barrière a stoppé drastiquement le nombre d'attaques terroristes à l'intérieur du pays. Excusez le jeu de mots [de mur à mur ], mais elle a reçu une couverture telle que vous pourriez penser que la décision d'Israël de se défendre de cette façon est sans précédent. Pourtant ce n'est pas seulement faux mais ironiquement, un grand nombre de barrières physiques actuellement en place sont situées dans le monde musulman.


mur du monde

La frontière entre l'Arabie Saoudite et le Yémen est justement un endroit où une barrière physique est utilisée par un régime musulman pour se défendre contre la "contrebande" et le "terrorisme". Le chef du contrôle des frontières de l'Arabie Saoudite, Talal Anqawi, la 
décrit comme : étant une sorte d'écran destiné à empêcher les infiltrations et la contrebande. 
 


La frontière entre l'Arabie Saoudite et le Yémen a toujours été problématique servant de passage pour la contrebande d'armes.En effet, les explosifs utilisés dans les attentats de Riyad en 2003, qui avaient ciblé un complexe de logements des expatriés occidentaux ont été fournis par des passeurs yéménites. Ce n'était pas la première fois que cela se produisait en Arabie saoudite, accusée par les Yéménites de ne pas faire suffisamment d’efforts pour arrêter le terrorisme. Les contrebandiers yéménites sont également soupçonnés d'avoir aidé à faciliter la campagne de bombardements contre des bases militaires américaines dans le milieu des années 1990.

À partir du moment où le gouvernement saoudien a perdu confiance dans la capacité du Yémen à lutter contre le terrorisme intérieur, il a décidé de construire une barrière physique. Une grande partie de celle-ci traverse un territoire contesté. Selon le traité de Djedda en 2000 sur la frontière entre l'Arabie saoudite et le Yémen, une zone démilitarisée « tampon » doit exister entre les deux pays, protégeant les droits des tribus de bédouins nomades qui vivent dans la zone transfrontalière.


mur du monde


Pourtant une partie de la barrière saoudienne se trouve à l'intérieur de la zone démilitarisée en violation des accords de 2000, ce qui exaspère le Yémen. Le Ministre des Affaires Etrangères, Abu Bakr Al-Qirbi, a fait une réclamation officielle auprès du gouvernement saoudien en 2003 enfaisant valoir :


Cette zone est censée servir de pâturage. Cela faisait partie de l'accord. Les tribus ont été autorisées à traverser d'un côté à l'autre pour le pâturage. C'est un mode de vie traditionnel des tribus dans cette région.

 

Ce n'est plus le cas désormais. Un dirigeant éminent de la tribu Wayilah qui occupe la zone contestée, explique :


La barrière gêne la circulation de nombreuses tribus qui ne peuvent plus faire paître leurs troupeaux. Les tribus ont droit à la liberté mais la barrière les en a privées.


Autant que je sache, ce "siège" n'a pas été couvert par les télévisions, mais je suis sûr que Yvonne Ridley et George Galloway vont bientôt prendre la tête d'une délégation de soutien aux membres de la tribu Wayilah durement persécutés, qui sont surtout victimes de discriminations parce qu'ils sont chiites - une secte de l'islam minoritaire [en Arabie Saoudite]méprisée par les wahhabites.


Plus récemment, l'Arabie saoudite a également construit une barrière physique le long de sa frontière avec l'Irak pour arrêter les djihadistes du Royaume qui traversent pour rejoindre les moudjahedins. Talal Anqawi a salué ce 
succès majeur déclarant que les incursions transfrontalières ont baissé de 40%.

 

http://3.bp.blogspot.com/_7DHvOfFN7Rg/SUvMMBqZ_xI/AAAAAAAABUY/l5K1uVK7zrY/s320/large_370586.jpg


Au-delà du Moyen-Orient, la frontière de 900 km entre l'Iran et le Pakistan est actuellement remplacée par un mur de béton (10 mètres de haut, 1 mètre d'épaisseur), fortifié avec des tiges d'acier. Apparemment construit pour contrer les trafiquants de drogue et les terroristes, les populations locales baloutches s'opposent à sa construction car il s’élève à travers leurs terres et sépare les communautés vivant de chaque côté du mur. Le chef de l'opposition de l’Assemblée provinciale du Baloutchistan, Kachkol Ali, s'estfarouchement opposé au mur car son peuple n'a jamais été consulté à son sujet et parce qu'il coupe les familles les unes des autres. Un communiqué du Parti du peuple du Baloutchistan affirme :


... la communauté Baloutche du village frontière de Sorap dans la région du Mekran occidental a montré ses craintes d'être politiquement et socialement divisée. Les gens ont été contraints par les autorités iraniennes à libérer la ville dans un délai stipulé (de 10 jours).

http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2009/10/tap.gif

Un certain nombre de communautés Baloutches, en particulier dans le district de Kech du sud-ouest du Baloutchistan, se trouvent à cheval sur la frontière irano-pakistanaise. Après le début de la construction du mur iranien, beaucoup de ses membres se trouvant du coté iranien ont été transférés de l’autre coté de la frontière, au Pakistan où ils sont séparés de leurs familles et leurs terres.
J’espère participer à l'occupation prochaine des amphithéâtres dans les universités à travers le pays pour protester contre ce scandale insupportable. J'entends déjà: « Vive, Vive la Balochistina » !


Il y a bien d'autres exemples à l’intérieur du monde musulman. Dans le désert du Sahara occidental, le Maroc a construit un mur massif, s'étendant sur plus de 2700 km. Son but premier est de se prémunir contre les séparatistes sahraouis du Front Polisario - un mouvement politique et terroriste - qui prône l'indépendance pour le peuple sahraoui. Une grande partie du mur est bordée de barbelés et de mines, c’est la même chose qui existe aussi sur une partie de la frontière pakistano-indienne (en particulier au Cachemire).

 

Sahrawi independence activist (top right) and men looking for landmines (top right - images David Siro), Moroccan soldiers on the border (bottom)



Vingt ans après l'effondrement du mur de Berlin, des barrières physiques continuent à être utilisées dans le monde. Elles ne sont peut-être pas belles, mais elles sont efficaces. En effet, même les plus grands critiques d'Israël doivent admettre que les attentats suicides ont diminué considérablement depuis la construction de la barrière de sécurité à Gaza et en Cisjordanie. Pourtant, l’unique obsession des islamistes et d’une partie de la gauche politique est Israël et ils ne condamnent pas de la même façon l'Iran, l'Arabie saoudite, le Maroc ou le Pakistan.


Je ne connaissais rien sur le sujet des autres murs de sécurité et clôtures construites dans le monde. Nous avons tendance à entendre parler seulement d'Israël en raison de la grande couverture médiatique et de l'activisme hippy qu'il suscite. Aucune autre barrière de sécurité n’a attiré autant d'attention et ceci, malgré la grande vaque d'attaques terroristes dont a souffert Israël en 2000-2003. En fin de compte, mon point de vue est le même que celui que j’ai exprimé plus tôt dans l'année, quand le conflit à Gaza a éclaté : où est [le manque] d'équité et de cohérence dont les islamistes et les empathiques dirigeants de gauche se plaignent constamment ? Et pourquoi cette obsession focalisée sur tout ce qui est israélien ?

Adapté par Danilette

 

*Voir à son sujet : http://ripostelaique.com/L-apostasie-racontee-par-un.html

 


Autres murs : 
Northern Ireland peace wall Melilla border security Pakistan-Iran border
Irlande du Nord Ceuta et Melilla Iran-Pakistan
Man at the India-Pakistan border fence Border between North and South Korea Sahrwari independence supporter in Western Sahara
Inde-Pakistan Corée du Nord Maroc-Sahara occidental

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article