Les statistiques bidons du Hamas, professeur Alan Dershowitz

Publié le par danilette

http://www.gatestoneinstitute.org/4585/hamas-phony-statistics-on-civilian-deaths

Alan Dershowitz, professeur de droit à Harvard

C'est un mystère pourquoi tant de media acceptent comme parole d'évangile les chiffres du Hamas sur le nombre de civils tués dans la récente guerre. Le Hamas proclame que 90% des 1800 Palestiniens tués sont des civils [NDT : 1800, chiffres du Hamas]. Israël dit que la moitié des tués sont des combattants. Les faits objectifs sont plus proches de ce que dit Israël que du Hamas.

Même des organisations de droits de l'homme anti-israéliennes reconnaissent, selon le New York Times, que le Hamas compte probablement parmi ces "civils tués par Israël", les groupes suivants : Les Palestiniens tués comme collaborateurs, ceux tués de violences domestiques (crimes d'honneur), les Palestiniens tués par des roquettes ou obus de mortier du Hamas et les Palestiniens qui sont morts de mort naturelle durant le conflit.

Je me demande si le Hamas compte aussi les 162 enfants [NDT : chiffre officiel du Hamas, il y en a eu beaucoup plus...] qui sont morts en travaillant comme esclaves pour construire les tunnels. Le Hamas ne comptabilise pas comme combattants, ceux qui construisent les tunnels, ni ceux qui permettent à leurs maisons d'être utilisées comme cache d'armes et lancement de roquettes, ni les policiers du Hamas, ni les membres de la branche politique et ni les autres qui travaillent main dans la main avec les terroristes armés.

 

Est-ce que ce membre du Hamas qui a entreposé des armes dans sa maison est un civil ou bien un combattant ? Cette photo a été prise par l'armée israélienne dans la chambre à coucher d'une maison de Gaza en juillet.

 

Il y a plusieurs années, j'ai forgé un concept pour essayer de montrer que la distance entre un civil et un combattant n'est souvent qu'une question de degré, je l'ai appelé "continuum of civilianality". Il est clair qu'un enfant dont l'âge ne lui permet pas encore d'aider les combattants du Hamas est un civil et qu'un combattant du Hamas qui tire des roquettes, porte des armes ou opère dans les tunnels est un combattant. Entre ces deux extrêmes, se trouve une grande variété de gens, dont certains sont plus proches des civils et certains sont plus proches des combattants. La loi de la guerre n'a pas établi de distinction claire entre combattants et civils, en particulier dans un contexte de guerre urbaine où des gens peuvent transporter des armes la nuit et être boulangers durant la journée, ou tirer des roquettes durant la journée et aller dormir avec leurs familles la nuit. (Il est intéressant de noter que la Cour suprême israélienne a essayé d'élaborer une définition fonctionnelle du terme combattant en plein contexte trouble de guerrilla urbaine).

Les données publiées par le the New York Times suggèrent fortement qu'un très grand nombre, peut-être la majorité des gens tués sont plus proches du combattant de l'extrêmité de l'échelle que du civil de l'extrémité de l'échelle. Premièrement, la vaste majorité des tués sont plutôt des hommes que des femmes, deuxièmement la majorité ont entre 15 et 40 ans, le nombre de personnes âgés de plus de 60 ans sont rarissimes, le nombre d'enfants en dessous de 15 ans est aussi relativement petit, bien que leurs images aient été prépondérantes ! En d'autres termes, les genres et âges des tués ne sont pas représentatifs de la population générale de Gaza mais plus représentatifs du genre et de l'âge des combattants. Ces données suggèrent qu'un très grand pourcentage de Palestiniens tués sont du coté des combattants de l'échelle (continuum).

Elles prouvent également, comme si des preuves étaient nécessaires à des yeux impartiaux, qu'Israël n'a pas ciblé des civils au hasard. Si cela était le cas, les tués seraient représentatifs de la population générale de Gaza plutôt que de sous-groupes étroitement associées à des combattants.

Les médias devraient cesser immédiatement d'utiliser les statistiques approuvées par le Hamas qui déjà dans le passé se sont révélés être très peu fiables. Ils devraient plutôt essayer de documenter, de façon indépendante, les données de chaque personne tuée : âge, sexe, profession, affiliation au Hamas et autres facteurs objectifs pertinents à la définition de son statut de combattant, non-combattant ou mixte. Les media font preuve de paresse en s'apuyant sur les chiffres de la propagande du Hamas et mettent en danger la profession. Lorsque l'infâme rapport Goldstone a faussement affirmé que la grande majorité des personnes tuées dans l'Opération Plomb Durci étaient des civils et non des combattants du Hamas, beaucoup d'habitants de Gaza se sont plaints, ils ont accusé le Hamas de lâcheté puisque tant de civils avaient été tués alors que les combattants avaient été épargnés. À la suite de ces plaintes, le Hamas a été forcé de dire la vérité : il a reconnu le nombre de combattants et policiers armés tués. Il est probable que le Hamas fera une "correction" similaire à l'égard de ce conflit. Mais cette correction ne sera pas diffusée dans les médias, comme la correction précédente ne l'avait pas été.

Les gros titres du genre "La plupart des personnes tuées par Israël sont des enfants, des femmes et des personnes âgées" vont continuer à être diffusés malgré la fausseté des faits. Tant que les media ne démentiront pas, le Hamas poursuivra sa "stratégie de bébés morts" et plus de gens des deux côtés vont mourir.

Adapté de l'anglais par http://danilette.over-blog.com/

Articles liés :

Depuis quand les chiffres des Talibans de Gaza sont-ils fiables? 

Consultons ensemble la liste officielle des morts comptabilisés par le Hamas, publiée par AlJazeera

Attention, au décompte du Hamas, voici un autre décompte des tués de Gaza !

Israël, un état d'apartheid ? Alan Dershowitz

Le Hamas aurait tué plus de 160 enfants palestiniens, utilisés pour construire les tunnels !

Commenter cet article