Miracles ? Léon Rozenbaum

Publié le par danilette

Lire sur http://www.sourceisrael.com/read.php?id=253

Il n'y a pas de miracles. Le monde virtuel n'a pas remplacé le monde réel. La technologie ne résout pas les problèmes à la place des hommes. Ni le téléphone mobile, ni les caméras omniprésentes, ni les écrans tactiles n'ont diminué la force des éléments. Les tempêtes, les ouragans, les hautes marées, les tremblements de terre, les éruptions volcaniques, continuent de frapper la planète et parfois au cœur des métropoles de la civilisation humaine. L'Ouragan "Sandy" sonne comme un rappel, malgré les victimes et les dégâts, de la modestie à laquelle sont invités l'Homme et ses œuvres. Cette invitation pourrait avec profit être transposée également dans le monde économique et même dans le monde politique.


Depuis l'ouverture de la campagne électorale en Israël, nous voici de nouveau confrontés à des torrents de bavardages, parfois malveillants à l'égard des principaux acteurs politiques du pays. Dans un pays démocratique et avant une élection, il n'est que naturel que s'ouvrent les bouches et les coeurs. Or, ce pays démocratique est en butte, comme jamais, à des offensives avouées, tous azimuts, pour le calomnier, le délégitimer et en dernière analyse, l'éradiquer, sur fond de crise économique mondiale et de montée de l'extrémisme islamiste.
Cependant le Gouvernement sortant qui malgré ses erreurs, a réussi à maintenir l'économie nationale à un niveau de croissance appréciable, à augmenter la cohésion interne de la nation, à développer les capacités de défense et la dissuasion du pays, à maintenir et développer des alliances sur tous les continents, à faire montre d'une très grande prudence dans l'emploi de la force, alors que l'environnement immédiat connaît une déstabilisation sans précédent, a droit au minimum à être traité avec équité sur ses actes et ses réussites objectivement considérables.

Ce qui est peut-être le plus désolant c'est de s'apercevoir que la gauche israélienne n'a rien appris. Elle reste enfermée dans les deux coudées d'"a-prioris" obsolètes. Continuer de se prendre pour les "apôtres de la paix" quand tous leurs prétendus "partenaires" se sont révélés depuis 18 ans des ennemis irréductibles, insatiables, méprisants, et profondément antijuifs, c'est déjà plus de que l'autisme, cela frise la haine de soi.
Nombreux, à gauche, sont ceux qui franchissent allégrement cette barrière ténue. Ils ont si peu d'imagination qu'ils ressassent, dix sept ans après le meurtre de Rabin,(dont d'ailleurs bien des aspects restent mystérieux et évoquent souvent le "syndrome Arlosoroff"(1)), les prétendues leçons "démocratiques" de son héritage. Mais nous sommes quelques-uns à nous souvenir précisément du mépris affiché d'Itzhak Rabin pour l'opposition parlementaire: "Ils peuvent tourner comme des turbines, je m'en moque..", de ses expressions vulgaires: "hem lo mezizim li…" (déclaration trop célèbre que je ne traduirai pas, ceux qui comprennent, comprendront…). Qui peut oublier aussi la mise au pas de la presse et des médias en général, le lavage de cerveau massif de type stalinien pour soutenir les inénarrables "Accords d'Oslo", qui ont constitué une trahison de l'Histoire Juive, du Sionisme et en absolvant le terrorisme comme méthode, lui ont donné des ailes dans le monde entier!
Toutes les entreprises de la gauche, ou inspirées par elle, comme la trop fameuse "hitnatkout" le transfert forcé de 10,000 citoyens israéliens légalement installés sur leur Terre, dans le Goush Katif, en verrou entre l'Egypte et Gaza, qui fait aujourd'hui si cruellement défaut pour empêcher l'entrée d'armes sophistiquées si près de nos centres de population, se sont avérées catastrophiques pour la Nation toute entière. LIRE LA SUITE

Publié dans Léon Rozenbaum

Commenter cet article