Monde arabo-musulman – Permanence et complémentarité de l’idéologie nazie

Publié le par danilette

 Mise à jour 15h45 : Je n'avais pas vu que l'article original était de Aschkel Lévy et Sacha Bergheim pour www.israel-flash.com mis en ligne par ‘Ofek ‘Enayim pour Israël Nouvelles !Toutes mes excuses !

 


Les sympathies arabes pour l’idéologie fasciste remontent aux débuts du 20e siècle lorsque des intellectuels musulmans, à l’image d’Al Afghani, Mu’hammad Abduh, Rashid Ridda, vont chercher à penser les moyens de renverser la décadence du monde musulman dominé par les puissances occidentales.

Il ne s’agit pas d’anticolonialisme. L’enjeu, pour eux, est de réconcilier l’eschatologie islamique (dans laquelle l’islam est amené, dans l’Histoire, à incarner sa suprématie sur les autres confessions abrahamiques ainsi que sur le monde entier) avec le contexte historique de recul politique, économique et culturel.

Les parentés avec le totalitarisme italien et surtout allemand sont nombreuses et profondes : la contestation de l’individu au profit du collectif (la Umma, le Volk), le rejet du libéralisme, la dénonciation des droits humains universels au profit de droits de domination d’un groupe suprématiste sur les autres (la communauté des musulmans, la race aryenne), la haine de la civilisation occidentale tenue pour responsable de la décadence (la Nakba de 1920 et l’échec du grand royaume arabe, le traité de versailles).

À ces éléments idéologiques s’associent les liens militaires et économiques tissés en particulier entre le Reich impérial allemand et l’Empire ottoman. L’idée que le peuple allemand et la Umma font face au même ennemi, le peuple hébreu, conçu comme un obstacle à l’accomplissement de leur destinée collective supposée, achève de lier idéologie islamiste et idéologie nazie.

Toutes deux prônent la conquête de l’humanité et la domination sur les autres peuples ou religions : elles projettent cet impérialisme sur le monde hébraïque, identifié à un Weltjudentum, une « conspiration juive internationale », et justifie leur projet génocidaire de cette façon.

C’est dans ce cadre que peut se comprendre l’essor et la diffusion des thèses nazies dans monde arabe, depuis les premières traductions de Mein Kampf au début des années 1930 (Irak, Syrie, Egypte), l’émergence de groupes fascistes en Egypte dont fera partie Nasser (son frère était traducteur de Mein Kampf) et la protection que les régimes arabes accorderont après 1945 aux criminels de guerre nazis en fuite.

Rappel – Mein Kampf et le faux des Protocoles des sages de Sion, sont des best-sellers dans le monde arabo-musulman.

Ces derniers formeront les cadres du système pénitentiaire tant en Egypte qu’en Syrie, coordonnant la construction de camps d’internement pour les prisonniers politiques et/ou hébreux, soumis à la torture, les cadres des services de renseignement ou encore de la propagande anti israélienne.

Ils serviront également d’intermédiaires entre la RDA et les mouvements palestiniens comme le FPLP. Dans cette guerre, l’utilisation des méthodes de la propaganda-Abteilung de Goebbels se retrouvera dans la rhétorique hébrophobe des médias arabes, dans la démonisation de tout signe hébreu affublé des symboles nazis, afin d’accentuer la haine hébrophobe déjà présente dans le Coran ou les ‘Hadiths.

Aujourd’hui encore, l’imaginaire nazi, les publications best-seller en arabe comme Mein Kampf ou les Protocoles des sages de Sion, constituent la face cachée de cette même alliance verte brune.

 

En même temps, ce qui est spécifique au monde arabo-islamique, c’est l’aptitude à reprendre à son compte stéréotypes, discours et méthodes issus de l’idéologie nazie, tout en les réintégrant dans un cadre culturel qui lui est propre: les découvertes technologiques, provenant de l’Europe libérale, se voient réduites à leur seule fonction instrumentale, afin de les soumettre à une finalité théologique et belliqueuse de restauration de la domination islamique.

De là, ce paradoxe dérangeant d’une société trouvant dans l’idéologie nazie une partie de son socle contemporain mais réutilisant les symboles du nazisme à des fins politiques de stigmatisation de l’ennemi hébreu.

Lire l'article en entier 

 

Commenter cet article

Ofek Enayim 14/09/2011 16:06



Ca marche ;)



Ofek Enayim 14/09/2011 14:43



L'article n'est pas de moi, comme indiqué en fin d'article, il est d'Aschkel Levy et Sasha Bergheim, mais je l'ai édité, corrigeant quelques fautes d'accord, de syntaxe et lexicales et j'ai
ajouté aussi un bon nombre de photos. En fait quand tu me disais que tu avais apprécié mon article et que tu comptais le publier, je pensais que tu parlais de celui que j'avais écrit : "Vent
violemment pourri sur le printemps arabe"
(http://israelnouvelles.wordpress.com/2011/09/11/lambassade-disrael-au-caire-a-ete-detruite-ce-week-end-et-les-diplomates-israeliens-ont-frole-le-massacre), celui-là, oui, je l'ai écrit de bout
en bout.



danilette 14/09/2011 15:51



Je croyais qu'il était de toi, je viens de corriger...