Moshe Katsav : vous enterrez un homme vivant ! IsraelHayom

Publié le par danilette

Source Israelhayom

Moshe-katsav.JPG

 

 

Moshe Katsav, prisonnier N° 1418989

La porte métallique s'est refermée sur l'ex-président qui a commencé à purger sa peine de 7 années de prison.

Après avoir étreint son fils qui l'accompagnait, il est entré dans sa cellule. Moshe Katsav a déclaré aux journalistes en sortant de sa maison : "On m'enterre vivant" ! Des détenus de la prison ont déclaré qu'il a éclaté en sanglots en pénétrant dans sa cellule.

Cinq années et demi de combat juridique se sont achevées hier avec la porte de la prison qui s'est refermée.

moshe-katsav2.JPG

 

 

 

Il n'en a tiré encore aucune leçon,
Dr Aviad Hacohen

La journée d'hier a été triste, vraiment tragique aussi bien pour l'état d'Israël que pour Moshe Katsav et sa famille mais elle a été aussi une journée très importante et édifiante pour l'état de droit et pour les nombreuses victimes, surtout les femmes victimes d'agressions sexuelles. "On ne juge pas un homme qui est dans le malheur" d'autant plus s'il s'agit d'un homme connu, emporté par la colère. [sentences talmudiques]. Moshe Katsav, d'après ce qu'il a dit en entrant dans la prison, n'a rien appris ni rien oublié. Il ne laisse pas les faits avoir raison de lui. Comme toute personne accusée, il a le droit de s'en tenir à sa version qui paraît de jour en jour plus pitoyable. Les témoignages et les lourdes accusations n'ont pas suscité le moindre doute dans le cœur des six juges qui l'ont condamné. Le jugement a été rendu à l'unanimité des voix des juges mais cela importe peu à Katsav.

La tradition des sages d'Israël nous enseigne : "dans un puits dont on a bu l'eau, il ne faut pas jeter de pierre". Katsav a reçu généreusement les bienfaits de l'état d'Israël durant des dizaines d'années en tant que député, ministre et président. C'est pourtant cet état et il faut le souligner qui l'a accusé et condamné et lui n'a pas eu honte de comparer l'état d'Israël à l'Iran.

Il n'a pas le droit de déprécier la cour d'appel parce que le jugement rendu ne lui plait pas car il a malgré tout bénéficié de quelques faveurs qui ne sont pas accordées à un prévenu ordinaire. (Énumération de ce dont il a bénéficié…)

Adapté par Danilette

© http://danilette.over-blog.com

 

 

Publié dans Israël

Commenter cet article