Nigeria: 38 morts dans des attaques contre des chrétiens à la veille de Noël

Publié le par danilette

 

Fichier:Nigeria carte.gif

Sources : http://www.leparisien.fr/international/nigeria-38-morts-dans-des-attaques-contre-des-chretiens-a-la-veille-de-noel-25-12-2010-1203164.php

http://www.liberation.fr/monde/01012310026-38-morts-dans-une-serie-d-attentats-au-nigeria

 

Les fêtes de Noël ont été meurtrières pour les chrétiens du Nigeria. Le dernier bilan fourni par les autorités du pays porte à 38 le nombre de personnes tuées dans des attaques qui ont touché plusieurs villes du pays. 
Dans la ville de Maiduguri (nord), des hommes armés suspectés d'appartenir à la secte Boko Haram, les «talibans» nigérians, ont mené trois attaques contre des églises, a précisé le porte-parole de l'armée nigériane.
«Dans une attaque menée contre une église baptiste dans la région d'Alamderi, cinq fidèles dont un pasteur ont été tués par des hommes armés suspectés d'appartenir à la secte Boko Haram», a déclaré le lieutenant Abubakar Abdullahi, ajoutant que cette attaque avait eu lieu dans la ville de Maiduguri, considérée comme un «fief» taliban.
Dans la ville de Jos au centre du pays, beaucoup des victimes étaient en train de faire leurs courses de Noël, dans sept explosions en deux endroits de la ville, qui marque la limite entre le nord majoritairement musulman et le sud principalement chrétien, selon la police.
Aucun lien n'était dans un premier temps établi entre ces différentes violences survenues à la veille de Noël dans le pays le plus peuplé d'Afrique où les tensions entre chrétiens et musulmans s'exacerbent à l'approche du scrutin présidentiel d'avril.
Dans une première réaction, le président nigérian, Goodluck Jonathan, a promis que le gouvernement "ferait tout ce qui est nécessaire pour assurer que les responsables des explosions mortelles de Jos soient traduits en justice".
La situation était particulièrement tendue dans cette ville théâtre dans le passé de troubles intercommunautaires qui ont fait des centaines de morts cette année.
"C'est la première fois que des explosifs de cette puissance sont utilisés", apparemment de la dynamite, a déclaré le commissaire Abdulrahman Akano de la police de l'Etat du Plateau dont Jos est la capitale.
La police n'avait pas encore déterminé qui était derrière les attentats, a-t-il dit.

 

 

 

 

Publié dans Afrique - Maghreb...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article