On en sait désormais beaucoup sur l’homme qui a tiré sur la représentante Démocrate Gabrielle Giffords

Publié le par danilette

  http://www.menapress.org/

gabrielle-giffords.jpg

Gabrielle Giffords

D’abord annoncée morte, elle est au bénéfice d’un pronostic médical favorable 

Le tueur de Tucson n’était pas Républicain, Guy Millière

[...] On en sait désormais beaucoup sur l’homme qui a tiré sur la représentante Démocrate Gabrielle Giffords, et tué plusieurs personnes présentes autour d’elle, dont un juge et une petite fille de neuf ans, née le 11 septembre 2001.

  

[...] On sait, par divers témoignages, qu’outre le dérangement mental qui le frappait, et que le recours aux drogues ne devait pas arranger, il se définissait comme très à gauche, avec de nettes propensions à l’antisémitisme, ce qui n’est pas du tout incompatible. Il faut savoir que la représentante Démocrate Gabrielle Giffords est une Israélite pratiquante, membre de la congrégation des Khaverim (amis), à Tucson.

 

 

 

Ce qu’on ne sait pas encore, c’est comment Jared Lee Loughner, l’individu suspecté du meurtre de six personnes et d’en avoir blessées quatorze autres, s’est procuré l’arme qu’il a utilisée. Mais on le saura bientôt.  

 

Ce qui a été remarquablement répugnant, fut la façon dont toute une frange de la gauche et de l’extrême-gauche américaines ont, dès l’annonce du drame, commencé à accuser les Tea Parties, sans la moindre preuve.

 

C’est aussi la façon dont les mêmes intervenants ont commencé à montrer du doigt Sarah Palin, en jurant leurs grands dieux qu’il y avait sans aucun doute une connexion, alors qu’il n’y en avait aucune.

 

C’est, en outre, la façon dont lesdits, toujours, ont incriminé la chaîne de télévision conservatrice Fox news, et son principal commentateur politique, Glenn Beck, alors que tout porte à penser que le tueur ne regardait pas Fox news, et moins encore Glenn Beck.

 

Ces gens n’ont ni décence ni pudeur. Ils ne montrent pas le moindre respect pour les morts ni pour la vérité. Sont-ils à ce point frustrés par le fait d’avoir perdu les élections de novembre dernier ? Craignent-ils tant que cette défaite en annonce une autre en 2012 ?

 

S’imaginent-ils que, faute de convaincre les électeurs américains par des arguments rationnels, ils les persuaderont de se rallier à eux en diffamant, en mentant, en écumant de rage de manière incohérente ?

 

Se doutaient-ils que le tueur se prétendait plutôt de leur bord politique, et tentaient-ils de faire écran à des découvertes qui pourraient les embarrasser ?

 

La gauche américaine, en tout cas, ne sortira pas grandie de ce tragique épisode. Les journalistes appartenant à cette gauche devraient perdre davantage de leur crédibilité, déjà bien altérée, depuis qu’ils ont, à l’automne 2008, renoncé à faire leur métier pour devenir le fan club officiel de Barack Obama. [...]

 

Publié dans USA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article