Par contre, si les symptômes perdurent, tout se complique : Ca commence par un sentiment de décalage total.

Publié le par danilette

Alors comme ça, depuis ton dernier voyage en Israël, tu ne penses plus qu'à aller t’installer là-bas?

Quelle poisse ! Tu as du attraper le fameux virus ! Il est réputé pour faire des victimes surtout en été.

Mais sois rassurée quand même. Car en général, son effet disparaît rapidement. Au bout de quelques jours, on peut reprendre une vie normale. 

Par contre, si les symptômes perdurent, tout se complique :

Ca commence par un sentiment de décalage total. D’abord avec les autres, et ensuite avec soi-même. Le corps est là mais la tête est souvent ailleurs. L’obsession se fait permanente. Ça peut durer des mois, voire des années.

Quelquefois on est tenté de tout lâcher mais on s'accroche. 
En cherchant des réponses, on ne trouve que des questions :

"Mais quand même, ma famille, mes amis, je les aime, ils sont toute ma vie, je ne peux pas les abandonner comme ça !
Partir et les laisser ? Non, ce n’est pas possible. Ici, on me connaît. Qu’est ce qui m’attend là bas ? Tout recommencer à zéro ? Je ne parle même pas la langue, la vie y est difficile et les Israéliens n’ont aucune manière. 

Tout compte fait, je ne m’en sors pas trop mal ici. Je vais vivre de quoi là-bas? Me reconvertir? Mais j’ai des responsabilités ! Et puis il y a la guerre. Moi qui tremble dès que les petits sortent en excursion, comment pourrai-je supporter de les savoir à l’armée ? Non vraiment, ce n’est pas raisonnable."

En général, après avoir admis avec amertume que la moitié vide de la bouteille pèse plus lourd que la moitié pleine, on finit par remettre le projet sine die. On prend du recul, on se plonge dans un bon film pour se changer les idées, puis on repart sur le chemin du travail, convaincu qu’on aura mille et une occasions de manifester son attachement à Israël. 

C’en est terminé du virus. La guérison est alors totale. 

D’ailleurs, tu remarqueras qu’un des signes de ce rétablissement est de dresser l’oreille dès que le mot "Israël" est lâché par un poste de radio ou de télévision.

J’espère que pour toi aussi, la maladie s’arrêtera là.

Mais si tu es atteinte plus sérieusement, si l’idée de rejoindre la terre promise ne te quitte plus, il est fort probable qu’aucun médecin ne puisse t’aider. Tu seras seule à lutter et à souffrir. Puis arrivera le jour où parvenue au bout de tes forces, tu oseras boucler tes valises et te tourner vers ce nouveau chapitre de ta vie.

lire la suite http://alainlegaret.blogspot.com/2010/08/alya.html

Publié dans Monde juif

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article