Le Père Henri Boulad sur France24 : "le politiquement correct est en train de vous tuer"

Publié le par danilette

      Les Frères Musulmans au pouvoir, quel futur pour l'Egypte

 Interview du père Henri Boulad par Gauthier Rybinski sur France24, le 25/6/2012
Transcris par Danilette, voir la vidéo en bas du texte.

Source : http://blogcopte.fr
Prêtre jésuite, Égyptien, directeur du Centre culturel jésuite d’Alexandrie et vice-président de Caritas Égypte, le Père Henri Boulad est un homme de foi, d’expérience, d’érudition et de sagesse. Il était reçu le 25 juin dernier surFrance 24. 

 


Gauthier Rybinski : comment qualifier politiquement le fondamentalisme musulman en Égypte aujourd'hui ?

 

Père Henri Boulad : le fondamentalisme musulman se veut être un retour aux sources de l'Islam, c'est-à-dire à l'Islam médinois qui a été l'Islam reconnu, accepté par les oulémas de toutes les confessions de l'Islam sunnite et qui est en train de gagner le monde entier à travers la Confrérie des Frères Musulmans.


Gautier Rybinski : Le monde entier c'est-à-dire, le monde arabo-musulman ou l'ensemble...

Père Henri Boulad : le monde arabo-musulman dans une première étape, l'Europe dans une deuxième étape, le Canada et les États-Unis dans une troisième étape et puis le reste. En d'autres termes, le plan des Frères Musulmans et des islamistes d'une façon plus large est une reconquête du monde ou une conquête du monde à l'Islam.


Cette conquête, elle passe par une régression, par quelque chose finalement de réactionnaire sur un certain nombre de principes ou bien est-ce un Islam nouveau ?

Non ce n'est pas un Islam nouveau, c'est l'Islam le plus pur, le plus traditionnel qui soit

 

Le plus pur c'est ambigu comme terme

Le plus pur, c'est-à-dire tel que l'Islam s'est défini au Xe siècle, en refusant trois principes fondamentaux : que le Coran est incréé et non créé alors que les philosophes de l'époque, les Mutazilites avaient opté pour un Coran créé, deuxième option, que les versets médinois qui sont des versets appelant à la guerre, à la violence et à l'intolérance remplacent les versets mecquois qui étaient des versets mystiques, religieux et ouverts

 

Cela veut dire, par exemple que les Musulmans au pouvoir en Égypte sont pour la première option, c'est-à-dire qu'il y a cette interprétation, on va dire violente des effets du Coran ?

Fondamentalement, fondamentalement mais comme en Islam il y a le principe de la Taqiya,la Taqiya c'est cette technique ou cette stratégie de mensonges, de duplicité pour tromper l'autre si c'est pour le bien de l'Islam et donc c'est non seulement un droit mais un devoir pour atteindre son but qui est l'islamisation du monde, de mentir et de tromper l'autre et ceci en toute impunité, si je puis dire

 

Pour vous, ça veut dire qu'il n'y a pas d'Islam qui peut s'accommoder de la démocratie, on pense souvent à la Turquie, quand on dit ça, est-ce que c'est une vue de l'esprit ?

C'est une vue d'esprit, l'Islam turc est disons provisoirement tolérant, ouvert mais il y a incompatibilité totale entre Islam et démocratie, incompatibilité totale entre Islam et laïcité et les Musulmans qui sont pour la démocratie et la laïcité trahissent l'Islam tel que le proclament les fondamentalistes

 

Mais en même temps ils restent musulmans profondément ces gens-là

Ils restent musulmans mais ce n’est pas l'Islam orthodoxe, c'est un Islam à la sauce moderne, c'est peut-être le seul compatible avec la modernité mais c'est là que l'Islam est dans l'impasse, j'avais comme titre de conférence l'année dernière : l'Islam peut-il se réformer sans se dénaturer ? L'Islam peut-il se moderniser sans se dénaturer ? Je mets ça sous forme de questions mais pour moi la réponse est qu'il ne peut pas, il ne peut pas demeurer Islam sans se dénaturer

 

Donc ce que vous dites, c'est que finalement l'Islam originellement a dans ses entrailles le fondamentalisme que l'on connaît aujourd'hui

Absolument

 

Et qu'il n'y a pas d'exception ?

Il y a des exceptions mais qui sont des dérives par rapport à l'Islam qui s'est toujours voulu ce que je viens de dire. Le combat s'est joué au Xe siècle à peu près, donc je vous disais : Coran incréé donc intouchable, deuxièmement les versets médinois remplacent, abrogent les mecquois et troisième option : interdiction de réfléchir après le Xe siècle, c'est ce qu'on appelle la fermeture de la porte de l'ijtihad et tous les Musulmans intellectuels qui ont tenté une réforme de l'Islam se sont faits ou assassinés ou mis à l'écart ou condamnés, nous avons un grand nombre de cas

 

L'Occident face à cela, vous trouvez qu'il se comporte en instance critique ou bien craintive ou bien est-ce qu'il y a réparation d'un complexe colonial vis-à-vis d'anciens territoires : on accepterait l'islamisme au nom de la différence ou du respect à la différence des peuples ?

L'Occident vit dans un complexe de culpabilité par rapport au passé et il cherche à racheter cela et dès qu'au nom de ses propres principes de démocratie et de liberté il combat l'islamisme, il se fait taxer d'islamophobe. L’islamophobie est la nouvelle arme des Frères Musulmans actuellement en Occident pour pénétrer comme dans du gâteau et à mon avis, l'Occident est d'une naïveté monumentale par rapport à ce qui se passe. Actuellement cette infiltration progressive de l'Islam en Occident qui est un plan clair comme le jour et que beaucoup ne veulent pas voir pour ne pas se faire traiter…

 

Comment est-il si clair ce plan parce que au fond vous êtes en train de nous décrire un mouvement de type fascisant, le fascisme vert, c'est un peu ce que vous nous décrivez ?

Absolument mais allez écouter les discours dans les mosquées, le vendredi à travers tout le monde arabe et musulman, écoutez écoutez ce qu'ils disent, n'écoutez pas ce qu'on vous dit autour de tables rondes à Paris ou à Washington, écoutez ce qu'ils disent, ils disent : notre projet est de conquérir le monde par tous les moyens et les occidentaux sont assez gentils, sont assez naïfs pour croire les propos que nous leur tenons, c'est pour ça que le discours de Morsi en ce moment, disant : « je suis le chef de tous les Égyptiens, ne craignez rien », démocratie, laïcité, ce n'est pas possible, ça ne va pas ensemble

 

C’est consubstantiel finalement, vous dites de manière intrinsèque l’Islam n'est pas perméable à une forme de modernité qui est la démocratie ?

Non

 

Absolument pas 

Non, l'Islam tel qu'il s'est choisi, tel qu'il s'est voulu, qu'il y ait des musulmans qui pensent comme ça, par exemple Abdennour Bidar ou Cheikh Bencheikh ou d'autres qui veulent promouvoir un Islam moderne, un Islam démocratique, un Islam républicain, ils sont de bonne foi et ils voient que c'est la seule issue, la seule possibilité mais ils se font condamnés par les autres et qui a raison ? Eh bien ce sont les autres qui disent : « tu n'es pas fidèle aux principes de l'Islam ». 

 

En Occident il y a deux attitudes finalement, l'attitude précédente qui consistait à ne pas remettre en cause des régimes autocratiques et despotiques par la peur justement de l'islamisme est maintenant vous craignez que l'on soit trop tolérant vis-à-vis de l'islamisme tel qu'il se présente aujourd'hui ? 

Peut-être que c'est la seule issue pour que l'islamisme fasse tomber le masque, peut-être il faut qu'il passe par la prise de pouvoir et montre son incapacité à gérer une société avec sa charia qui n'a aucune réponse à apporter aux problèmes contemporains pour que finalement on se dise bon, la preuve c'est en Égypte, ils ont perdu 50 % de leurs voix entre les législatives et la présidentielle 

 

Vous dites que c'est le résultat de l'usure déjà du pouvoir ? 

Non, c'est le résultat du fait que les Égyptiens ont démasqué ces islamistes en disant : « ils nous mentent, leur pseudo-solutions ne sont pas des solutions », c'est pour ça qu'ils ont perdu une crédibilité considérable entre les législatives et les présidentielles. Par conséquent moi je pense que d'une certaine manière, l'accession de Morsi à la présidence est une bonne chose, pourquoi, parce qu'elle va permettre de voir au jour ces gens-là dans leur absence de solutions à des problèmes réels concrets. 

 

Donc bas les masques ? 

Oui, bas les masques et montrez-nous ce que vous pouvez faire. C'est pour ça que finalement j'étais assez content de la victoire de Morsi parce que la victoire de Shafik aurait amené une guerre civile pratiquement, des massacres. Maintenant bon, tu voulais le pouvoir, tu as le pouvoir, montre-nous ce que tu sais faire, on verra, évidemment nous somme dans l'incertitude totale mais au moins les choses sont claires, on va vers un examen, ce que j'appellerai un test de vérité. 

 

Est-ce qu'il y a une alternative à ce fondamentalisme, une alternative politique, je veux dire, aujourd'hui en Égypte ? 

Non, non, la démocratie n'est pas une alternative puisqu'elle est refusée, ils vont s'accrocher, ils vont lutter, ils seront jetés en prison ils seront torturés mais ils continueront leur combat, ce sont des irréductibles, les islamistes sont des irréductibles, appelez ça Frères Musulmans ou Salafistes c'est du pareil au même, c'est un fascisme, c'est-à-dire une idéologie totalitaire qui refuse tout autre alternative, tout autre perspective autre que la leur. L'Occident est très mal armé pour faire face parce qu'il ne veut pas écouter d'autres voix que la sienne. Nous, Chrétiens d'Orient, qui avons vécu cela, moi, en 1860, mon grand-père a échappé à un massacre de 20 000 chrétiens à Damas, nous avons ça dans notre chair, j'ai rencontré encore ces derniers jours deux Arméniens qui ont échappé au génocide, celui qui a vécu une réalité peut en parler en connaissance de cause. En Occident, on met cela dans des catégories abstraites et dans un politiquement correct qui est en train de vous tuer. 

Merci. 

 

       

 

 

 


Père Henri Boulad : "La révolution égyptienne a commencé avec des jeunes pleins d’idéaux, puis elle a viré"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article