Pourquoi égorgent-ils ? Mordechai Kedar

Publié le par danilette

Je remets en ligne cette analyse de Mordechai Kedar suite à l'attentat de Londres :

Source

Qu'y a-t-il de commun entre Daniel Pearl, Nick Berg, les Juifs des pogroms de Hébron et les membres de la famills Fogel ? Ils ont été tués à l'arme blanche. Pas seulement tués à coups de couteau, mais tués par une action délibérée visant à leur couper la tête ou provoquer une hémorragie mortelle dans la carotide. Encore un petit détail qui est commun à tous : ils ont été abattus par des musulmans. On peut ajouter à cette liste les innombrables filles et femmes musulmanes partout dans le monde tuées d'une manière similaire, par leurs frères, pères ou autres parents parce qu'elles auraient déshonoré leurs familles. La question qui vient à l'esprit est : d'où vient cette tendance des Musulmans à tuer leurs victimes en les égorgeant ?


La réponse est simple: l'abattage est une pratique courante et de routine dans les familles musulmanes. Beaucoup d'enfants musulmans observent comment leurs pères égorgent un mouton pour célébrer un événement important et pour célébrer la fête de l'Aid Aladha, la fête du sacrifice, cela fait partie des commandements de la fête.


En revanche, dans les sociétés modernes, l'abattage des animaux pour la consommation de viande se fait dans les abattoirs, à l'abri du regard du public, en particulier des enfants. Les gens recoivent une viande nettoyée, sans poils ni sang, en morceaux prêts à être cuisinés ou consommés. Cette viande stérile protège le public de la vue de l'abbatage, du sang et des sons qui l'accompagnent. Beaucoup d'occidentaux qui assistent à l'abattage d'un animal deviennent végétariens.


Mais dans les sociétés musulmanes, l'abattage se fait généralement à la maison, devant les petits garçons et les petites filles pour qui cela devient une routine de la vie quotidienne. Ils en prennent l'habitude et ne sont ni impressionnés par la vue du sang qui coule de la gorge de l'animal, ni terrifiés par ses cris, ni par la vue de l'animal mort. Très souvent ce sont les enfants qui tiennent les pieds de l'animal alors qu'il est égorgé pour le maintenir en place et ils sentent très bien l'animal se débattre dans des souffrances terribles alors qu'on plonge le couteau dans sa gorge. La présence des enfants et leur implication dans l'abattage des animaux les rendent mentalement insensibles à cet acte et quand ils deviennent adultes, à leur tour ils pratiquent la coutume de l'abattage de leurs propres mains et en présence de leurs propres enfants.


L'immunité mentale provoquée par l'abattage permet à un musulman d'adopter cette méthode à tout moment  quand il sent qu'il doit se débarrasser définitivement de quelqu'un. L'abattage de l'agneau au cours de la fête du sacrifice est accompagné d'une récitation : "au nom d'Allah le miséricordieux et compatissant", tuer une fille dont le comportement n'est pas conforme est aussi une sorte de rituel d'exécution. Celui qui l'effectue estime qu'il fait un devoir important et utilise un moyen de routine auquel il est habitué dès la petite enfance.


Dans les sociétés occidentales, l'acte d'égorger un animal est perçu comme barbare alors que les sociétés musulmanes considèrent que c'est un acte adéquat et juste, approprié à la situation dans laquelle il est fait. Ainsi le fait d'égorger des Juifs, des Chrétiens ou tout autre ennemi, n'est pas considérée par la société musulmane traditionnelle comme une manière de tuer inacceptable.


C'est ce qu'on appelle dans un langage professionnel : la "différence culturelle". 

Adapté de l'hébreu par Danilette

 http://cache.20minutes.fr/img/photos/jdn/2010-11/2010-11-16/vignette_photo_1289901892165-1-HD.jpg

 



Mise à jour  10/2014 :

 


 

Publié dans Mordechai Kedar

Commenter cet article

Danilette 02/09/2013 00:30


Pour Elie : voir ces articles très documentés



http://danilette.over-blog.com/article-campagne-contre-l-abattage-rituel-etourdissement-et-souffrance-animale-99867576.html


http://danilette.over-blog.com/article-campagne-contre-l-abattage-rituel-reponse-de-shmuel-trigano-en-fevrier-2011-99866669.html


http://danilette.over-blog.com/article-campagne-contre-l-abattage-rituel-une-etude-israelienne-remet-en-question-l-emploi-de-l-etourdiss-99867392.html

elie de paris 01/09/2013 00:43


 


PETIT MEMOIRE SUR L'ABATTAGE HEBRAIQUE ou


Comment répondre aux opposants à notre abattage...


 


L'égorgement rituel juif est codifié dans la Loi Hébraïque depuis la "promulgation" de celle-ci, soit depuis plus de 3300 ans . Ce rituel n'est pas lié à une
prescription hygiénique( même si cette dernière en a la vertu), et n'est demandée à être observée qu'aux seuls Juifs.


Sa raison principale en est l'interdiction de consommer du sang, et ne concerne QUE les animaux désignés et permis, les ruminants à sabots fendus et la plus part
des volatiles non prédateurs listée dans la Torah. On remarquera que SEULS ces ruminants produisent un lait pouvant fermenter, qu'ils ont dans leur système cérébral le "Polygone de Willis", une
vascularisation particulière qui, lors de l'abattage HEBRAIQUE provoque une « anesthésie » (!!) consécutive à la soudaine baisse de pression sanguine, ce que l' être
humain partage avec eux...Cet abattage provoque donc , sous l'action du saignement, l'expulsion du sang dans sa majeure partie, puis un traitement de la viande par trempage dans l'eau
(osmose) puis salaison et rinçage. Ce processus d'extraction sanguine parachèvera le principe de "cachérisation" .Un second interdit biblique de la consommation du nerf sciatique vient , pour
coût trop élevé de dénervage ,nous priver de la partie basse ( la meilleure) de la bête, trop ramifiée; aucune notion « d' impureté » dans cette dernière prescription, et c'est cette
partie qui repart sur le marché, à la joie de la filière classique non cachère qui y trouve son bénéfice, débarrassée des morceaux de second choix, bien moins prisés. Le volume de ces demi
carcasses représente au niveau national une quantité insignifiante... Ainsi, la viande en boucherie cachère coûte 100 à 200 % plus chère que la viande non cachère.


L' abatteur est une sorte de vétérinaire (7 ans d'étude) qui maîtrise parfaitement la morphologie animale, et la saignée de l'animal est exécutée à un endroit très
précis, par un UNIQUE passage d' une lame exceptionnellement effilée, à tel point que la coupure n'est PAS ressentie, ( un peu comme quand on s'est coupé avec du papier et qu'on s'en aperçoit
après coup) .


Toutes ces conditions sont impératives pour la validité de l'abattage.


Derniers détails, la consommation animale est une concession, assortie de conditions pariculieres ( voir les « 7 lois de Noé »), et ce à toute l'humanité,
et la souffrance aux animaux est un interdit biblique de très nombreuses fois mentionnées , que les animaux domestiques ont droit au repos du saint SHABBAT , qu'ils doivent être nourris avant
leur propriétaire etc. etc.,et enfin, l'ovin ou bovin abattu par un autre procédé conserve dans son sang une toxine ,crée par la frayeur et la souffrance qui est un véritable poison , physique,
mental et...spirituel.


L'étourdissement invaliderait tout le processus logique de l'abattage évoqué ci-dessus et les considérations économiques découlant de la mévente des
morceaux signalés «  sans étourdissement » emporteraient les prix de vente en augmentation de 400 à 500 %...


Nous voyons là une discrimination notoire (à l'heure du« mariage») ,sur une communauté de personnes qui devrait justement , par les lois de la République
Française, préserver son particularisme et sa tradition, multi-millénaire...


Savoir et faire savoir , sans modérations...


Channah Tovah...


 

danilette 01/09/2013 01:32



Merci beaucoup cher Elie pour ces infos. J'ai aussi mis en ligne plusieurs articles sur le sujet


Hag Sameah, Chana Tova