L'Aïd al-Adha : remise en ligne de l'article "pourquoi égorgent-ils", de Mordechai Kedar

Publié le par danilette

למה הם שוחטים ?   ל 

http://www.news1.co.il/Archive/003-D-57785-00.html

Qu'y a-t-il de commun entre Daniel Pearl, Nick Berg, les Juifs des pogroms de Hébron et les membres de la famills Fogel ? Ils ont été tués à l'arme blanche. Pas seulement tués à coups de couteau, mais tués par une action délibérée visant à leur couper la tête ou provoquer une hémorragie mortelle dans la carotide. Encore un petit détail qui est commun à tous : ils ont été abattus par des musulmans. On peut ajouter à cette liste les innombrables filles et femmes musulmanes partout dans le monde tuées d'une manière similaire, par leurs frères, pères ou autres parents parce qu'elles auraient déshonoré leurs familles. La question qui vient à l'esprit est : d'où vient cette tendance des Musulmans à tuer leurs victimes en les égorgeant ?


La réponse est simple: l'abattage est une pratique courante et de routine dans les familles musulmanes. Beaucoup d'enfants musulmans observent comment leurs pères égorgent un mouton pour célébrer un événement important et pour célébrer la fête de l'Aid Aladha, la fête du sacrifice, cela fait partie des commandements de la fête.


En revanche, dans les sociétés modernes, l'abattage des animaux pour la consommation de viande se fait dans les abattoirs, à l'abri du regard du public, en particulier des enfants. Les gens recoivent une viande nettoyée, sans poils ni sang, en morceaux prêts à être cuisinés ou consommés. Cette viande stérile protège le public de la vue de l'abbatage, du sang et des sons qui l'accompagnent. Beaucoup d'occidentaux qui assistent à l'abattage d'un animal deviennent végétariens.


Mais dans les sociétés musulmanes, l'abattage se fait généralement à la maison, devant les petits garçons et les petites filles pour qui cela devient une routine de la vie quotidienne. Ils en prennent l'habitude et ne sont ni impressionnés par la vue du sang qui coule de la gorge de l'animal, ni terrifiés par ses cris, ni par la vue de l'animal mort. Très souvent ce sont les enfants qui tiennent les pieds de l'animal alors qu'il est égorgé pour le maintenir en place et ils sentent très bien l'animal se débattre dans des souffrances terribles alors qu'on plonge le couteau dans sa gorge. La présence des enfants et leur implication dans l'abattage des animaux les rendent mentalement insensibles à cet acte et quand ils deviennent adultes, à leur tour ils pratiquent la coutume de l'abattage de leurs propres mains et en présence de leurs propres enfants.


L'immunité mentale provoquée par l'abattage permet à un musulman d'adopter cette méthode à tout moment  quand il sent qu'il doit se débarrasser définitivement de quelqu'un. L'abattage de l'agneau au cours de la fête du sacrifice est accompagné d'une récitation : "au nom d'Allah le miséricordieux et compatissant", tuer une fille dont le comportement n'est pas conforme est aussi une sorte de rituel d'exécution. Celui qui l'effectue estime qu'il fait un devoir important et utilise un moyen de routine auquel il est habitué dès la petite enfance.


Dans les sociétés occidentales, l'acte d'égorger un animal est perçu comme barbare alors que les sociétés musulmanes considèrent que c'est un acte adéquat et juste, approprié à la situation dans laquelle il est fait. Ainsi le fait d'égorger des Juifs, des Chrétiens ou tout autre ennemi, n'est pas considérée par la société musulmane traditionnelle comme une manière de tuer inacceptable.


C'est ce qu'on appelle dans un langage professionnel : la "différence culturelle". 

 

Adapté de l'hébreu par Danilette

 http://cache.20minutes.fr/img/photos/jdn/2010-11/2010-11-16/vignette_photo_1289901892165-1-HD.jpg

 



Mise à jour  10/2014 :

 

Commenter cet article

jacobys 29/10/2012 11:11


quand j'etais petit en tunisie des moutons etaient egorgés "a la maison cassée" et il y avait des mecs qui scandaient adbah el yuds...

danilette 29/10/2012 19:29



Ce qui signifie je crois Tue le Juif, n'est-ce pas ? Ton témoignage est précieux, en égorgeant le mouton, ils scandent "tuez le Juif", et c'était en Tunisie, alors on imagine ailleurs...