Pour guérir de l'antisémitisme, encore faut-il se soigner de l'antisionisme, Yéhochoua Sultan

Publié le par danilette

Lire l'article en entier sur http://vu-sous-cet-angle.over-blog.com

L'amalgame, un principe à trois vitesses

La notion d'amalgame, dans le langage politique et médiatique, est apparente dans un seul contexte, dans lequel elle revêt une puissance tellement grande qu'elle fustige et anéantit les notions de liberté d'expression et de démocratie. Cet amalgame est synonyme de terreur. Par Yéochoua Sultan

Dans pratiquement tous les forums mis sur le devant de la scène par les grands médias, les intervenants, invités, participants, sont soigneusement filtrés, afin que tous émettent sur la même longueur d'onde. Les concepts servant de base à un faux débat sont acceptés par tous. Il est inutile de rappeler, dans ces lignes, qu'une certaine tranche de la population, en Europe, risque à la longue, et pas seulement aux dires des autochtones, de transfigurer ce continent, si ce n'est déjà fait. (Voir Le nouveau monde arabe et la résistance des irréductibles).

Imaginons un seul instant le dérapage suivant, et supposons que l'un des participants à un débat sur la crise économique ou sur l'insécurité, sur un plateau en direct, ne parle pas des problèmes posés par les jeunes mais par les musulmans. Encore, si sa langue ne fourchait qu'en employant le terme islamistes, on le remettrait gentiment en place, en ne faisant que légèrement clignoter un voyant rouge. Et s'il ajoutait là-dessus que ces prétendus jeunes peuvent être âgés aussi bien de quinze ans que de quarante ou cinquante, le téléspectateur verrait alors apparaître automatiquement sur son écran la fameuse note annonçant: «Dans quelques instants, reprise de notre programme». Mais ce genre d'incident ne risque pas d'arriver, vu le nombre de précautions plus draconiennes les unes que les autres, que l'on se rassure.

En revanche, si vous voyez que l'on accorde le droit de parole à une personnalité qui reste persuadée que le déséquilibre sécuritaire et social est dû à une trop forte immigration et à une indulgence sans nom de la justice envers la délinquance d'origine étrangère, vous constaterez assez rapidement qu'il s'agit d'un piège prémédité et destiné à une coupure de la parole dans les règles, avec une contre argumentation souvent fautive et de toute façon fondée sur des remontrances pseudo morales comme : «Vous n'avez pas honte, à notre époque civilisée, de soutenir des propos qui ne sont que l'expression de la haine etc.»

Dans ce dernier cas, de deux choses l'une: ou bien l'antagoniste, insuffisamment préparé parce qu'il s'attendait réellement à un débat équilibré, bafouille ; ou bien il a tout prévu et est prêt à parer en contrattaquant, mais alors on lui fera clairement comprendre qu'il a déjà trop usé et abusé de son temps de parole et qu'il doit penser à laisser aussi aux autres le droit de s'exprimer. La perversité du jeu médiatique aura fait passer pour intolérante et totalitariste une personne à laquelle il aura catégoriquement coupé la parole. LIRE LA SUITE

 

Commenter cet article