Pour une information libre en Israël, Brigitte Ullmo-Bliah

Publié le par danilette

www.parolevolee.com

freeinfo80% des articles parus dans la presse sont suscités par des sociétés de relations publiques lesquelles sont payées pour faire passer tel ou tel article. Le pourcentage baisse toutefois lorsque le journal est animé par une ligne idéologique comme le journal Haaretz ou encore Makor Rishon.

 

Prenons le cas des manifestations –combien justifiées- relatives au coût trop élevé du fromage blanc et des logements en Israël : Les médias se concentrent sur les petits détails lactés et les images des tentes sur les boulevards de Tel-Aviv, sans parler des récupérations politiciennes.

En mettant l'accent sur le phénomène ponctuel qui a déclenché la colère, la presse évite le véritable débat qui doit porter sur la politique économique menée en Israël depuis des dizaines d'années par tous les gouvernements au pouvoir quels qu'ils soient.

Ceci est conforme à ses intérêts : en effet, soulever ce problème, c'est porter atteinte aux intérêts des organes de presse en Israël qui sont constitués de cartels économiques puissants comme dans le monde occidental. Le scandale des écoutes téléphoniques en Grande Bretagne en est une récente illustration.

Cela fait longtemps qu'en Israël les principaux organes de presse sont contrôlés par des sociétés privées. Autrefois il s'agissait de ''familles'' israéliennes, à présent de plus en plus de capitaux étrangers sont impliqués.

Il ne faut jamais oublier que les messages que véhiculent les médias en Israël servent des intérêts précis. Lorsqu'un journal annonce un parti pris idéologique, le lecteur est d'emblée averti, par contre s'agissant de journaux ''grand public'' ou au contraire de journaux spécialisés, le lecteur n'a pas conscience du conditionnement dont il fait l'objet.

Pour que la démocratie fonctionne, c'est-à-dire pour que les citoyens et leurs élus puissent utilement exercer leur souveraineté, ils ont besoin d'une information indépendante et –donc- de qualité.

Cela commence par une prise de conscience du fait que les médias exercent une influence permanente. Le réseau internet peut jouer un rôle essentiel dans la libération des esprits. Encore faut-il savoir l'utiliser.

*Brigitte ULLMO-BLIAH est avocate à Jérusalem

Publié dans Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article