Pourquoi Hollande s'affiche avec Hessel Par Judith Waintraub

Publié le par danilette

 

http://www.lefigaro.fr

INTERVIEW - En réponse à Indignez vous!, Gilles-William Goldnadel a écrit Le vieil homme m'indigne!, où il accuse Stéphane Hessel d'imposture.

Le Figaro.- Pourquoi accusez-vous Stéphane Hessel d'imposture?

Gilles-William Goldnadel.- Pour de multiples raisons. Il se présente et se laisse présenter comme le rédacteur de la Déclaration des Droits de l'Homme, alors que, poussé dans ses derniers retranchements, il a fini par concéder un jour - mais un peu tard - qu'il ne l'avait jamais été. Autre imposture de taille: ses choix dans le registre de sa prétendue indignation. Je vous mets au défi de trouver dans ce livre la moindre indignation en politique étrangère à l'exclusion notable de la Palestine. Il ne s'indigne pas de la Syrie, du Rwanda, du Tibet, ni du sort des chrétiens d'Orient, les nouveaux esclaves des émirats. Le génocide au Darfour ne lui arrache pas un soupir: la seule chose qui l'intéresse, c'est de fustiger Israël. J'ai tout de même le droit de trouver cela sélectif et disproportionné!

Comment expliquez-vous son succès?

Par l'incroyable complaisance d'une très grande partie du corps médiatique, pour cause de bienveillance idéologique pour son post-gauchisme. Le petit livre qui était sur tous les promontoires des grandes librairies, et dont beaucoup d'intellectuels ont fini par reconnaître l'indigence totale, constitue pour pas cher un signe de reconnaissance entre «rebelles résistants». Posture flatteuse s'il en est et, surtout, sans risque! La plus grande imposture de toute cette histoire, c'est sans doute l'écart phénoménal entre l'inconsistance d'un livre qui ne contient aucune idée et son succès planétaire. Je ne crois pas être hyperbolique en disant que c'est une première depuis l'invention de l'imprimerie. LIRE LA SUITE

 

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Averell 25/01/2012 14:14


Merci Danilette. Votre blog est une mine et j'y puise.