Qui est Jean Ziegler ? Un rapport de UN Watch

Publié le par danilette

       


Pour accéder au rapport complet, cliquez ici

Extraits : Le 26 mars 2008, Jean Ziegler fut élu, sous les applaudissements et acclamations du public,conseiller émérite par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU nouvellement crée. Ce développement n’était pas vraiment inattendu. La Suisse avait en effet annoncé sa nomination en décembre 2007, débutant ainsi une campagne de pression sans précédent de la part du gouvernement pour le compte de son candidat où figura,entre autres, une brochure sur papier glacé envoyée à toutes les capitales du monde documentant son "engagement inébranlable", son "excellente connaissance" et son "support généreux" envers les droits de l’homme. Ce n’était pas la première fois que Ziegler, ancien professeur de sociologie, membre du Parlement suisse et Rapporteur Spécial du Conseil des droits de l’homme de l’ONU pour le droit à l’alimentation, se trouvait entouré d’un nuage d’adoration et d’acclamations.

Jean Ziegler est le chéri de l’élite académique, littéraire et médiatique européenneRien de cela ne serait problématique si Jean Ziegler n’était qu’un idéaliste inoffensif. Mais il n’en est pas un. En plus d’être l’une des célébrités militantes ayant le plus desuccès en Europe, Ziegler est aussi l’un des idéologues anti-américain et anti-israélien les plus diligents du continent, ainsi que l’apologiste proéminent d’une galerie de fripouilles constituée de dictateurs du tiers-monde, comme le libyen Mouammar Kadhafi, Robert Mugabe du Zimbabwe et le cubain Fidel Castro. Durant son mandat de Rapporteur Spécial pour le droit à l’alimentation, la cause de la faim dans le monde fut systématiquement reléguée à l’arrière-plan de la promotion de son idéologie anti-occident

Au moment où l’ONU annonce une réforme de son dispositif de droit de l’homme et remplace la très discréditée Commission des droits de l’homme par unnouveau Conseil, décrit comme « l’aube d’une ère nouvelle », le cas de Jean Ziegler remet sérieusement en doute le succès possible de cette réforme et révèle le déclin abrupt et accéléré du système onusien des droits de l’homme ainsi que du mouvement international des droits de l’homme en général.

Ziegler a fourni une aide à la fois politique et diplomatique à certains des régimes les plus brutaux qui existent. Le colonel dictateur éthiopien Mengistu Haile Mariam, accusé de violer en masse les droits de l’homme dans son pays et de l’avoir conduit à la famine, choisit Ziegler en1986 comme l’un des cinq experts pour préparer une constitution fondée sur la règle du parti unique (Ziegler était le seul expert qui n’appartenait pas au bloc soviétique 14). 

Par ailleurs Ziegler a aussi rendu visite à Saddam Hussein en Iraq et à Kim Il Sung en Corée du Nord 15. En 2002, il flagornait le dictateur zimbabwéen Robert Mugabe – alors en train de planifier une famine de masse par l’intermédiaire de confiscation violente des terres – en disant « Mugabe a l’histoire et la moralité deson côté ».16

A propos du Hezbollah, Ziegler a déclaré « je refuse de décrire le Hezbollah comme groupe terroriste.C’est un mouvement de résistance nationale ».17

Ziegler a aussi aidé à promouvoir et proteger les carrières de plusieurs intellectuels européens à la réputation discutable voire dérangeante. En avril 1996 par exemple, il prit la défense de Roger Garaudy, ancien staliniste français converti à l’islam et dont le livre Les mythes fondateurs de la politique israéliennecontient des thèses négationnistes.18 En réaction à la controverse publique que la parution du livre avait provoquée, Ziegler écrit une lettre de soutien à Garaudy que le Comité pour un débat ouvert sur l’Holocauste (CODOH), un groupe dédié à la promotion du négationnisme, a reproduit en entier sur son site internet et dont voici un extrait: Je suis scandalisé par le procès que l'on vous fait….Toute votre oeuvre d'écrivain et de philosophe témoigne de la rigueur de vos analyses et de l'indéfectible honnêteté de vos intentions. Elle a fait de vous un des principaux penseurs de notre époque….C'est pour toutes ces raisons que je vous exprime ici ma solidarité et mon admirative amitié.19

Ziegler est aussi venu en aide à Tariq Ramadan, l’auteur islamique controversé qui a fait l’éloge de son grand-père maternel Hasan al-Banna, le fondateur égyptien du groupe fondamentaliste les frères Musulmans, et du Sheikh al-Qaradawi, le théologien moderne de la bombe humaine.20 
Ramadan qui a aussi été élevé à Genève et est maintenant un éminent intellectuel européen, est un ami personnel de Ziegler et de sa famille. En effet, il a rempli des enveloppes, donné des coups de téléphone et placardé des posters lors de la campagne de Ziegler pour les élections parlementaires.21 Cette affection est apparemment réciproque. En 1993, Ramadan écrit une lettre ouverte pour protester contre la mise en scène,à Genève, de Mahomet – une pièce de théâtre écrite en 1736 par le philosophe Voltaire – sous prétexte que cela porterait offense à la communauté musulmane. La femme de Ziegler, Erika Deuber Ziegler – membre du parti travailliste suisse affilié au communisme, puis directrice du département des Affaires Culturelles de la ville de Genève – bloqua sans délai la performance en lui retirant une subvention de 310,000 francs.22 Cinq ans après,lorsque son mémoire fut rejeté par l’Université de Genève, Ramadan se tourna une fois de plus vers Ziegler et sa femme pour demander de l’aide.

La thèse de Ramadan depeint les frères Musulmans comme un mouvement social et religieux progressiste et excise leurs enseignements du jihad et de la misogynie, sans mentionner leur soutien à l’Allemagne nazie. Cette prise de position parut tellement insoutenable aux deux superviseurs français de Ramadan qu’ils refusèrent de lui décerner leur approbation.23 Cependant, Ziegler et sa femme ayant menacé de faire un scandale public, un nouveau jury de thèse fut formé, chose extrêmement rare. Après la suppression d’un ou deux passages, le travail de Ramadan fut approuvé, lui donnant ainsi la crédibilité académique qui permit à sa carrière de prospérer.24

Le plus surprenant cependant est le rôle qu’a joué Ziegler dans la co-création et la co-direction du prix international Mouammar al-Kadhafi pour les droits de l’homme 25 qu’il a lui-même d’ailleurs gagné. Ziegler annonça la création du prix en avril 1989, quelques mois seulement après l'attentat de Lockerbie, l’attaque du vol103 de la Pan Am par des agents secrets libyens. Il a été dit que cela était une tentative cousue de fil blanc pour changer l’image internationale de la Libye comme pays terroriste. 

Le magazine suisse, L’Hebdo consacra un dossier au prix sous le titre « Le Nobel de Kadhafi : les autorités libyennes créent un nouveau prix pour les droits de l’homme – Jean Ziegler met la main à la pâte ». L’article qui inclue une photo de Ziegler rapporte que : Selon Jean Ziegler : « Le prix Nobel est une humiliation permanente pour le tiers-monde. » 
Voila qui tombe bien. La Libye tient justement à restaurer son image de marque. Avec les intérêts de 10 millions de dollars – placés dans une banque suisse – elle compte s’offrir un Institut international des droits de l’homme (prévu à Genève) et deux « contre-Prix Nobel ». A la mi-avril, Jean Ziegler et une dizaine d’ « intellectuels et de combattants progressistes » se sont donc retrouvés à Tripoli pour mettre le projet sur les rails.27
A en juger par ces articles, Ziegler n’était pas seulement un des membres du jury fondateur du prix mais surtout son porte-parole officieux.28 Les utilisations du prix à but de propagande sont nombreuses et variées. Tout d’abord, la Libye cite l’existence même du prix Kadhafi comme preuve de son engagement pour les droits de l’homme.29

Par ailleurs, au moment où l’Occident essaya de contenir le régime de Kadhafi, le gouvernement libyen utilisa l’argent du prix pour financer des organisations européennes qui le soutenaient. Par exemple, le Centre Europe Tiers Monde (CETIM), une organisation non-gouvernementale antioccidentale qui s’oppose aux sanctions économiques contre la Libye a reçu le prix Kadhafi – ainsi que sa substantielle rémunération – en 2002. Incidemment ou pas, le CETIM a son siège à Genève, la ville natale de Ziegler, et a publié des travaux, faisant son éloge pour avoir tenu tête aux Etats-Unis durant son mandat de Rapporteur Spécial.30

D’autre part, et de manière plus honteuse encore, la Libye a utilisé le prix pour galvaniser et réunir des adversaires majeurs des Etats-Unis. Entre autres, le prix a été décerné à Fidel Castro, Hugo Chavez et aux « enfants en Iraq et aux victimes de l’hégémonie et des embargos ». Enfin, le prix a récompensé des racistes et antisémites de premier plan. Par exemple, Louis Farrakhan, le leader de la Nation de l’Islam, connu pour ses théories sur la suprématie noire et pour ses propos antisémites fréquents, a reçu le prix Kadhafi en 1996. L’ancien premier ministre de Malaisie, Mahatir Bin Mouhammad – qui, à une réunion des nations de l’Islam en octobre 2003, déclara que les juifs étaient responsables de tous les maux de la terre – reçu le prix en 2005. D’autres lauréats du prix incluent les « enfants jeteurs de pierre de la Palestine occupée. »31

En 2002, le prix fut décerné à treize « intellectuels et personnalités littéraires » pour leur « pensée et créativité ».32 
Parmi eux, Garaudy, le négationniste français.33 Ziegler lui-même fit partie des lauréats. A ce moment-là, le prix Kadhafi valait $750,000 et le journal suisse Le Temps rapporte que Ziegler aurait touché 100,000 francs suisse.34 Même les medias de la Suisse natale de Ziegler –généralement tellement respectueux envers leur célèbre militant – froncèrent les sourcils. 

En l’an 2000, Ziegler avait atteint des sphères d’influence internationales, bien au-delà de celles d’un parlementaire genevois. Sous l’initiative de Cuba, la Commission de l’ONU pour les droits de l’homme créa le poste de «Rapporteur Spécial pour le droit à l’alimentation » et nomma Jean Ziegler à ce poste pour une durée de trois ans. Le bureau de Mary Robinson, alors Haut-Commissaire au droits de l’homme, mis son nom en avant et sa nomination fut assurée par un vigoureux travail de lobbying de la part du gouvernement suisse et de certains pays arabes. Lire l'article en entier 

 

Publié dans Onu - Ong

Commenter cet article