Reportage exclusif à l'intérieur d'une prison israélienne, coolisrael

Publié le par danilette

En accord avec le site coolisrael.fr
 
Rare : une camera américaine introduite dans une prison israélienne
 
"Chaque pays a ses putes et ses voleurs", a dit un jour l'un des fondateurs de l'Etat d'Israël, David Ben Gourion.
La série de documentaires, "Lockup: World Tour",  réalisés par la chaîne de télévision américaine MSNBC, qui présente  les prisons à travers le monde, a reçu l'autorisation  d'introduire ses cameras, dans l’établissement pénitentiaire israélien de Rimonim, situé à vingt minutes de Jérusalem.
Les crimes violents et les différences religieuses des détenus représentent un "cocktail explosif", prévient d’emblée le journaliste montrant pour la première fois l’intérieur d'une prison israélienne.
Le sujet principal du reportage est de comprendre comment les responsables des prisons israéliennes parviennent à contenir cette tension au sein d'environnement "relativement confortables" "qui ressemblent plus à des dortoirs d’Université qu'aux cellules des prisons américaines."
"Quand je suis arrivé dans cette prison je me suis senti comme à l'hôtel," explique à la caméra un détenu arabe qui purge une peine à perpétuité pour meurtre. A l’intérieur de sa cellule : une télévision, une radio, un lecteur CD, des plaques de cuisson et une machine à café.
Un second prisonnier, un bédouin musulman, «Nous avons tout. Rien ne manque." Il partage un bloc de cellules avec 20 membres de sa famille. "On se sent à la maison," dit-il. «Ici, nous vivons ensemble."
" C'est un peu comme dans la maison des Sopranos" témoigne le producteur de l’émission, Kimberly Greenhut. Ces hommes condamnés pour crime vivent dans "une ambiance festive"  dans un environnement social - difficile de se rendre compte que ces gens sont capables d’assassiner de sang-froid.
Un troisième entretien se concentre sur deux prisonniers, un juif et un arabe, Neil et Shadi, les deux sont condamnés à perpétuité pour meurtre, ils cohabitent dans le même cellule et, avec le temps, se sont liés d’amitié.
«Nous mangeons ensemble, nous jouons ensemble, nous travaillons ensemble", dit le prisonnier juif. "Je l'aime beaucoup - il est comme mon frère."
   
Il rajoute "En prison, nous sommes déconnectés de la politique, nous ne parlons pas de cela".
"Compte tenu de la situation à l'extérieur entre Palestiniens et Israéliens - l'animosité, le conflit - En fait, j'ai été vraiment surpris» de voir comment les deux hommes s'entendent et se respectent, explique Kimberly devant la caméra.
"En ce qui concerne les relations entre arabes et juifs, "il y' a bien entendu des tensions entre détenus, mais ce n'est certainement pas le principale problème de l’établissement" conclue-t-il.
"De manière générale, il y a autant de tension entre les détenus juifs qu'entre les détenus arabes. La décision de séparer les détenus est moins fondée sur l'origine ethnique, mais davantage sur des questions concernant l'importance de séparer les familles mafieuses et les malades psychiatriques entre autre.
"Nous n'avions pas l'intention de porter un jugement. Nous avons simplement rapporté ce que avons observé".

Publié dans Israël

Commenter cet article