Retour de Jérusalem, Joseph Facal

Publié le par danilette

Lire l'article en entier sur http://blogues.journaldemontreal.comJoseph Facal Je rentre tout juste de deux semaines à Jérusalem. J’ai tellement de choses à vous raconter que je ne sais trop par où commencer.Qu’est-ce que je faisais-là ? Je ne suis pas journaliste. Écrire des chroniques, c’est ce que j’appelle mes activités parascolaires. Mon travail à temps plein, c’est professeur à HEC Montréal.

 Dans le monde universitaire, l’Université hébraïque de Jérusalem, qui compte huit prix Nobel et un médaillé Fields dans son corps professoral, est très réputée. Israël est le pays au monde qui, en proportion de sa population, fait enregistrer le plus de brevets pour des innovations scientifiques. Ce pays minuscule est condamné à l’excellence.On trouve dans cette université un centre d’études canadiennes. À intervalles réguliers, on y invite un universitaire canadien pour de courts séjours.  Jusqu’ici, ils avaient toujours invité des anglophones. Pour la première fois, ils ont choisi un Québécois francophone.

 Je m’intéresse depuis longtemps au rapport entre cohésion sociale et diversité ethno-religieuse. De ce point de vue, Israël, avec 20 % d’Arabes musulmans, 10 % de Juifs ultra-orthodoxes et 70 % de Juifs de toutes les tendances, est un fabuleux laboratoire.Au cas où les gens qui ignorent tout de la liberté académique se poseraient la question, j’ai choisi moi-même tous mes interlocuteurs. Personne ne m’a dit de quoi je pouvais ou ne pouvais pas parler.  Ma liberté fut complète.

Ce que je ne savais pas, c’est que j’arrivais à un moment très spécial. Coup sur coup, les trois fêtes civiles les plus importantes de l’année ont lieu en l’espace de deux semaines.
Le 19 avril, c’était Yom Ha Shoah, le jour du souvenir de l’Holocauste. À 10h00 du matin, une sirène se fait entendre pendant une minute. Les autos s’arrêtent. Les serveurs de restaurant s’immobilisent avec leurs assiettes dans les mains. Plus rien ni personne ne bouge.  lire la suite 

 

Joseph Facal est un politologue, sociologue, chroniqueur et ex-homme politique québécois 

   


On me demande souvent d’où vient ce curieux nom de famille. Je suis né à Montevideo, en Uruguay, en 1961, mais mon grand-père du côté de mon père venait de la Galice, qui est une région située dans le nord-ouest de l’Espagne. Je suis arrivé au Québec en 1970.
Je suis professeur à HEC Montréal où j’enseigne la sociologie et le management. Tous les lundis et les mercredis, je publie une chronique politique dans le Journal de Montréal. Je suis aussi un collaborateur régulier de l’émission de télévision Bazzo.tv qui est diffusée sur les ondes de Télé-Québec. lire la suite

Lire du même auteur : Impressions d'Egypte, Joseph Facal

Publié dans Jérusalem

Commenter cet article

danilette 06/05/2012 18:33


Nina, tu avais raison, nos commentaires ont été censurés

Nina 04/05/2012 16:29


Et moi le mien est toujours en attente de modération...Suivons ce blogue juste pour voir si ce type bien à priori ne sera sous aucune influence.

danilette 04/05/2012 16:23


Nina, je viens de poster un commentaire pour la 3ème fois, j'attends de voir s'il sera modéré ou non...

Nina 04/05/2012 12:33


Pas grand chose à commenter sinon les commentaires dont le papier de ce Monsieur fait l'objet.


La ribambelle de décérébrés pro-palestiniens y sont allés pour camper et influencer la future prose de l'universitaire.


Parce qu'il ne faut pas rêver. Tant d'opprobre on peut être sûrs que l'Universitaire prendra soin de peser chacun de ses mots.

danilette 04/05/2012 15:11



Nina, j'ai lu les commentaires de tous ces intellos complètement tarés, mais il me semble que J.F. qui est un esprit libre n'est pas du genre à se laisser influencer par quoi que ce soit. J'ai
laissé un commentaire sur son blog (qui est en attente) et je t'invite à en faire autant.