Une interview d'un leader du Hamas par un journaliste de Reuters

Publié le par danilette

 

Le Hamas: avec ses propres mots
Dans une interview par un journaliste de Reuters

                      

ZAHAR

Mahmoud Al-Zahar


Remarquez comme le journaliste de Reuters se laisse prendre aux arguments et mensonges de ce très fin stratège qu'est Mahmoud Al-Zahar, est-ce par conviction ou bien est-ce par peur de représailles ? 
Ces citations viennent d'une interview de Reuters, le 28 octobre avec le théoricien en stratégie du Hamas qui dénonce Israël et les Etats-Unis et déclare que les Etats-Unis devraient soutenir les fondamentalistes islamiques comme lui plutôt qu'Israël.

http://uk.reuters.com/article/idUKTRE69R21120101028?pageNumber=1

 

(Reuters) - L'Occident se débat dans l'immoralité et n'a pas le droit de critiquer le mouvement islamiste Hamas sur la façon dont il gouverne le territoire palestinien de Gaza, a déclaré le chef de file qui est un vétéran du groupe militant*1.

Mahmoud Al-Zahar, théoricien du Hamas a déclaré à l'agence Reuters dans une interview que les traditions musulmanes méritent le respect et il a accusé l'Europe de promouvoir la promiscuité et l'hypocrisie politique.

Nous avons le droit de contrôler notre vie selon notre religion et non pas en fonction de la votre. D'ailleurs vous n'avez pas de religion, vous êtes laïcs, a déclaré M. Zahar, qui est l'une des voix les plus influentes et respectées du groupe.

Vous ne vivez pas comme des êtres humains. Vous ne vivez même pas comme des animaux. Vous acceptez l'homosexualité. Et maintenant vous vous permettez de nous critiquer ? Voici ce qu'il a déclaré plus tôt dans la semaine, parlant de son immeuble de la ville méditerranéenne densément peuplée.*2

Le Hamas qui est l'acronyme de Mouvement de Résistance Islamique et signifie zèle en arabe, a remporté légalement les élections parlementaires palestiniennes en 2006, puis a pris le contrôle de Gaza en 2007, après avoir évincé*3 les forces rivales loyales au président Mahmoud Abbas.

Le Hamas dit qu'il a agi préventivement pour contrer une tentative occidentale de le chasser et depuis qu’il contrôle l'enclave, il a dû gérer l’assaut militaire israélien à la fin de l'année 2008 et les sanctions économiques sévères liées à son refus de reconnaître Israël ou de renoncer à la violence.

Assis dans une salle de réception caverneuse avec en décor, une vieille Mercedes de saloon garée dans un coin, Zahar dénonce les états européens tels que la France qui a introduit récemment une législation empêchant les femmes musulmanes de porter le voile intégral en public.

C’est nous qui sommes ceux qui respectons les femmes et leur honneur, pas vous dit-il. Vous utilisez la femme comme un animal. Elle a un mari et des centaines de milliers de petits amis. Vous ne savez même pas qui est le père de vos fils, voilà où cette manière de respecter les femmes vous a conduit !

L'islamisation n'est pas un crime

Zahar parle couramment l'anglais et sert de contact important entre le Hamas et les gouvernements occidentaux. Même si peu de gouvernements occidentaux reconnaissent le groupe à cause de son hostilité à Israël, ils ont souvent des liens indirects avec lui.

Le Hamas a consolidé son contrôle sur Gaza en débarrassant le territoire des clans anarchiques qui régnaient et en imposant un ordre strict au 1,5 millions d'habitants.

Le Hamas fait face à des critiques, y compris au sein de la société locale à cause de sa mise en application de lois cherchant à islamiser Gaza comme l'interdiction aux femmes de rouler en motocyclette ou de fumer le narguilé.

Le mouvement considère qu'il prône un islam politique modéré et a écrasé les défis de petits groupes qui avaient adopté des vues plus radicales. Le barbu Zahar défend les lois du Hamas mais a refusé de dire jusqu'où il irait dans l'islamisation.

Est-ce un crime d'islamiser les gens ? Je suis un musulman vivant ici suivant notre tradition. "Pourquoi devrais-je vivre suivant votre tradition ?" demande Zahar qui a servi comme Ministre des Affaires Etrangères du Hamas entre 2006 et 2007 et est en permanence lourdement protégé.

Nous vous comprenons très bien, vous êtes de pauvres gens, moralement pauvres. Ne nous critiquez pas pour ce que nous sommes !

Zahar, un chirurgien qui a enseigné la médecine à l'Université islamique de Gaza, a déclaré qu'il était particulièrement outré par le fait que les pays occidentaux dénoncent le Hamas tout en ayant des relations étroites avec Israël.

Les États-Unis et l'Union Européenne ont placé le Hamas dans la liste des organisations terroristes ; sa charte appelle à la destruction d'Israël, bien que ses dirigeants disent*4 qu'ils pourraient vivre en paix au côté de ce pays avec un cessez-le-feu prolongé.

Le Hamas rejette l'étiquette de mouvement terroriste et affirme qu'il est engagé dans une lutte légitime pour libérer la terre illégalement occupée par Israël.*5

Il observe déjà de facto un cessez-le-feu mais tous les mois des tirs de mortier et de roquettes sont lancés de Gaza sur le territoire de son ennemi juré. Israël accuse le Hamas de ces attaques aléatoires et lance régulièrement des raids aériens contre des cibles de militants*6 suspects.

Deux des fils de Zahar ont été tués dans des raids aériens israéliens distincts, dont un qui est mort en 2003 dans l'échec d'une tentative d'assassinat dirigée contre Zahar lui-même.

Vous devriez avoir honte de soutenir Israël, vous ne pouvez pas soutenir la fondation d'Israël. "Ne vous souciez-vous donc pas des assassinats des gens d'ici ?" demande Zahar.
adapté de l'anglais par Danilette 

Notes de la traductrice

*1 comment peut-il utiliser ce terme de "militant", pourquoi pas militant de la paix pendant qu’il y est ?

*2 comme de nombreuses zones urbaines du monde, y compris Paris, Lyon etc.

*3 évincé, le terme est faible quand on connaît la façon dont les opposants ont été liquidés, souvent jetés du haut des toits des immeubles !

*4 c’est Reuters qui le fait croire !

*5 il n'y a plus un seul israélien, ni même un seul Juif à Gaza !

*6 de combattants qui visent la population civile d'Israël.

Depuis la fin de l’opération Plomb Durci jusqu’à fin septembre 2010, 206 missiles et 95 obus de mortier ont été tirés depuis Gaza sur Israël !

Voir le site  http://www.terrorism-info.org.il sur lequel on peut également lire que « Mahmoud Al-Zahar, membre du bureau politique du Hamas représentant la bande de Gaza, a déclaré : "La rue palestinienne soutient la résistance [cf., les organisations terroristes], pas les négociations". Il a ajouté que le Hamas avait entrepris de s'opposer aux négociations lorsque ces dernières ont commencé à porter atteinte à la "résistance", ajoutant qu'une "intifada peut débuter à tout moment" (Télévision Al-Jazeera, 28 septembre 2010). »

 

 

 

Publié dans Arabes palestiniens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

'Ami Artsi עמי ארצי 05/11/2010 11:49



Erratum : "... il faut bien comprendre que Zahar ne parle pas de Gaza..."



'Ami Artsi עמי ארצי 05/11/2010 11:48



"*6 il n'y a plus un seul israélien, ni même un seul Juif à Gaza !"


 


Danilette, il faut bien comprendre que Zahar ne patle pas de Gaza... Quand il déclare vouloir libérer "la terre illégalement occupée", il
parle en fait de "la terre de Palestine"... Et c'est là qu'il tient un double langage : il laisse entendre qu'il est en phase avec les résolutions de l'ONU (alors qu'il ne respecte même pas la
1ère d'entre elle concernant Israël, la résolution 181, qui stipule la création d'un foyer national juif, il se donne ainsi, devant les occidentaux, des allures de personne défendant le droit
international, de victime d'Israël qui les bafoue, il laisse entendre qu'il parle des territoires (et notamment de Gaza) (alors même que ces territoires, selon les résolutions de la SDN à San
Remo en 1920, revenaient à Israël, mais ça il feint de l'ignorer, surfant sur le fait que les occidentaux l'ont déjà oublié), mais pour lui, Israël est illégitime partout où il est.



danilette 07/11/2010 15:11



Bien sûr, mais je voulais rappeler qu'il n'y a plus aucun juif à Gaza, des tas de gens l'ignorent.