Révélations du Der Spiegel sur l'attentat des J.O. de Munich

Publié le par danilette

Le commando de l'attentat de Munich avait reçu l'aide d'un néonazi

www.lapresse.ca

Le chef du commando qui a pris en otage des athlètes israéliens à Munich en 1972, le Palestinien Abou Daoud, a eu recours à l'aide d'un néonazi allemand, affirme dimanche le magazine allemand Der Spiegel dans son édition en ligne, voir l'article

Des documents rendus publics à la demande du magazine indiquent qu'en juillet 1972, les services des renseignements intérieurs allemands avaient été destinataires d'un courrier de la police criminelle faisant état d'une rencontre entre un homme d'«apparence arabe», «Saad Walli», un pseudonyme pour Abou Daoud, le chef du commando, et un néonazi allemand, Willi Pohl.

Willi Pohl avait à l'époque des contacts avec l'aile radicale de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), poursuit l'hebdomadaire.

Cet Allemand a offert un soutien logistique au chef du commando en lui fournissant des faux passeports et divers documents.

La prise d'otage des athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich, le 5 septembre 1972, par un commando du groupe palestinien «Septembre noir», a provoqué la mort de onze sportifs, d'un policier ouest-allemand et de cinq membres du commando.

Par la suite, Willi Pohl a continué de jouer un rôle. Le magazine affirme que le chef des services secrets de l'OLP a chargé Pohl de mener des attentats destinés à venger la mort des cinq Palestiniens du commando abattus par les policiers allemands.

Des prises d'otage notamment à la cathédrale de Cologne (ouest) et dans les mairies de plusieurs villes allemandes ont été envisagées, indique leSpiegel.

Pohl et un complice ont été arrêtés à Munich en octobre 1972 en possession d'armes automatiques, de grenades et d'une lettre de menace signée «Septembre noir» adressée à un juge chargé de l'instruction d'une enquête sur les membres du commando, qui avaient survécu.

Le commando s'était servi des mêmes grenades, de fabrication belge avec un explosif d'origine suédoise, pour tuer les otages israéliens, précise le journal.

Pohl a été condamné en 1974 à deux ans de prison pour possession illégale d'armes.

Interrogé sur son soutien à Abou Daoud, Willi Pohl, aujourd'hui auteur de polars, a expliqué : «J'ai transporté Abou Daoud dans toute la RFA, dans différentes villes il a rencontré des Palestiniens».

 


articles à lire :

Publié dans Arabes palestiniens

Commenter cet article