Syrie, le massacre qui réveille le monde, le pouvoir d'une photo

Publié le par danilette

Source Israel Hayom

Les photos des 116 victimes du massacre de de Houla vont-elles réussir à faire réagir le monde qui n'a pas bougé pour les milliers de tués au cours des derniers mois ? Il s'agit peut-être d'un tournant décisif dans l'histoire de la Syrie. La petite ville de Houla située à coté deHoms, est devenue le lieu où des dizaines de tués ont été enterrés, et le lieu où a été également enterrée la possibilité qu'Assad reste à son poste.

Après le massacre fait sous le nez des observateurs internationaux se trouvant dans la ville de Homs toute proche, les pays occidentaux ne se contentent pas d'une simple condamnation mais s'activent à la promotion d'une véritable initiative pour résoudre la crise. Et pour la première fois, l'opposition de la Russie ne semble plus un obstacle insurmontable.

Le président américain Barack Obama, tente de convaincre la Russie, alliée d'Assad, de soutenir un changement de régime sur le modèle de ce qui s'est passé au Yémen. Des hauts fonctionnaires américains ont dit que le Premier ministre russe Dimitri Medvedev semble réceptif à ce plan que lui a présenté Obama au cours du sommet du G8, la semaine dernière.

Des familles entières ont été décimées à Houla

Selon la délégation des observateurs internationaux, au moins 116 personnes ont péri dont environ un tiers d'enfants dans les bombardements et les tirs d'artillerie, 300 autres personnes ont été bléssées.

Des témoins ont rapporté qu'après les bombardements, des soldats et des membres de la milice Shabiha pro-Assad sont entrés dans Houla et ont ratissé des maisons en liquidant des familles entières. Dans les images qui circulent sur internet, on voit des cadavres d'enfants avec ce qui semblent être des blessures par balles dans la tête. Beaucoup de femmes et d'enfants ont été tués. On a vu des femmes qui essayaient de protéger leurs bébés et qui ont été tuées avec eux, a rapporté un témoin sur la chaîne Al-Arabya, "où estl'ONU, où est le monde ?"

Les observateurs de l'ONU se trouvaient en fait tout près, à Homs, la capitale de la province. Le Général norvégien Robert Murray qui dirige la délégation d'observateurs a visité lesbléssés et mis en garde contre une détérioration grave de la situation en Syrie qui est au bord de la guerre civile.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a rejoint le choeur des condamnations et a déclaré "je tiens à exprimer mon dégoût du carnage sans fin parpétré par les forces du président Bachar Assad contre des civils innocents, l'Iran et le Hezbollah ont une part active dans ces massacres et le monde se doit d'agir également contre eux". Le ministre de la défense, Ehoud Barak a également condamné les massacres de la manière la plus ferme.

La chaine de télévision britannique Channel 4 a diffusé aujourd'hui une enquête qui apporte de nouvelles preuves de l'implication directe de la famille Assad dans les massacres. Il s'avère que le cousin du président a donné l'ordre "de tirer pour tuer" sur les civils qui manifestaient à Deraa. Le frère du président était présent sur les lieux.

Un général iranien déclare : "les forces d'Al-qods aident Assad"

L'Iran reconnaît pour la première fois : nous sommes présents en Syrie

Les relations entre la Syrie et l'Iran ne sont pas secrètes mais hier, pour la première fois depuis le début du soulèvement, un haut responsable iranien a admis : "nous aidons Assad"

Le vice-commandant des Pasdarans Al-Qods, le général Ismaïl Coani a déclaré hier dans une interview avec l'agence de presse iranienne ISNA que la présence des Iraniens en Syrie a empêché un massacre du peuple syrien bien plus important. Peu de temps après la publication de cette interview, celle-ci a été retirée du site web de l'agence.

Cela n'est pas surprenant, à la lumière des rapports antérieurs concernant l'implication des Gardiens de la révolution (Pasdarans) dans la répression du soulèvement. Par exemple, en février, des sources de l'opposition syrienne ont affirmé que "sur la base des sources les plus fiables, le commandant des forces d'Al-Qods, le général Qassem Sulemani s'est rendu en Syrie link et a participé à une réunion au centre de commande militaire avec Assad. 

Traduit de l'hébreu par Danilette

Syria: Iran's elite Quds force 'advising Assad regime'  Qassem Sulemani

Publié dans Syrie

Commenter cet article

Ephraïm 29/05/2012 08:50


Il apparaît que le monde accepte le fait que les arabes ont le droit de tuer et d'assassiner d'autres arabes par contre si Israël ose riposter aux incessantes attaques terroristes le monde
devient indigné et les rues se remplissent de manifestants hurlant leur haine antisémite :pas de " Assad assassin " mais "Israël assassin " ! et ça passe ....