TOUS FOUS! Brigitte ULLMO-BLIAH

Publié le par danilette

avec l'autorisation de www.parolevolee.com

http://www.parolevolee.com/index.php?option=com_flexicontent&view=items&cid=8:articles&id=499:tous-fous&Itemid=1&lang=fr

  • 19.10.10
  •  
  • Brigitte ULLMO-BLIAH

FOUS CES GAULOIS

Les modifications structurelles que connait une société se manifestent aussi aux frontières séparant la normalité de la folie : les régimes totalitaires ont massivement assimilé les opposants politiques aux fous, rappelant ainsi si besoin était que la distinction entre normalité et folie est liée à des normes de société.

Lorsqu’il s’agit de bouleversements profonds, on peut imaginer un renversement total : les ‘’fous’’ prennent le pouvoir et redéfinissent la normalité à leur image, de sorte que les anciens ‘’normaux’’ deviennent fous.

Nous sommes indéniablement dans une période de révolution radicale des esprits : La permissivité à outrance du post modernisme a eu pour effet de rendre inutile le surmoi, puisqu’il n’y a pratiquement plus d’interdits. Les névroses qui caractérisaient la lutte entre les diverses pulsions perdent leur raison d’être, et la maladie actuelle serait plutôt le dégoût de tout, puisque tout a déjà été essayé, exploré, et que sans interdit, le plaisir s’étiole…

Or l’impasse à laquelle conduit cette tendance a suscité des réactions dont la violence est à la mesure du danger suicidaire que représente le post modernisme: la plus manifeste est l’extrémisme religieux sous toutes ses formes, et surtout l’islamisme qui s’est répandu à une telle vitesse qu’on oublie qu’il s’agit d’un phénomène récent.

Il faut remarquer l’accélération fébrile du temps : Trois mondes coexistent : la génération de l’après guerre - qui a été forgée par les valeurs de progrès et de justice sociale.

Le post modernisme -qui a pulvérisé tous les repères, et donc les fondements de la morale. Et l’extrémisme religieux -qui défie le post modernisme, et est à la fois opposé à ce dernier et aux valeurs morales de l’après guerre. Autrement dit, en l’espace de moins d’un siècle, les repères de la psychologie individuelle comme de l’organisation sociale ont été deux fois ébranlés . Il n’y a pas de doute que la génération de l’après guerre- et davantage encore celle des plus anciens – se trouve confrontée à des comportements qui se situent au-delà de ses propres repères.

On a l’impression que le monde est devenu fou : en voici quelques exemples : la télévision propose des programmes exhibitionnistes qui consistent à montrer à l’écran la vie privée des gens dans leur intimité, détruisant ainsi la notion de vie privée. On organise des expositions artistiques de corps humains morts, bafouant ainsi le respect des morts qui est une des caractéristique de base des civilisations. Des mouvements féministes nés pour libérer la femme, défendent le droit des femmes musulmanes à être voilées – alors que le voile est le signe de l’asservissement de la femme musulmane.

L’absence de points communs entre ces trois mondes empêche tout dialogue. Le parti pris de tolérance illimitée du post modernisme fait que ce dernier est incapable de lutter contre la violence et l’intolérance qui caractérisent l’islamisme.

Le post modernisme a secrété l’islamisme . La force de ce dernier ne provient pas seulement de la faiblesse de la civilisation post-moderne. Elle provient aussi de la nature même du post modernisme qui s’inscrit dans l’instantané : pour lui, l’histoire n’a pas de sens et par conséquent le post modernisme est dépourvu de projet. C’est une voie sans issue. Face à cela, l’islamisme propose de conquérir le monde et d’imposer sa loi. C’est un projet, le retour de l’enthousiasme. Le suicide des post modernistes n’est pas le même que les suicides des musulmans porteurs de bombes : pour les premiers c’est un acte de désespoir, pour les seconds, c’est au contraire la croyance en un futur meilleur.

La lutte contre l’islamisme commence par un dépassement du post modernisme : il faut recréer des valeurs et prouver qu’on peut donner un sens à l’histoire. Le judaïsme doit participer à ce combat .

Brigitte ULLMO-BLIAH est Avocate à Jérusalem

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article